Histoire du Québec

Val-des-Lacs

Municipalité de Val-des-Lacs

Implantée dans les denses forêts des Laurentides, au nord de Sainte-Agathe-des-Monts, la municipalité de Val-des-Lacs s’étend sur une superficie de 122 kilomètres carrés. Elle fait partie de la MRC des Laurentides et on y compte environ 750 Vallacquoises et Vallacquois.

Cette municipalité est un écrin de verdure et de montagnes constellé par de nombreux lacs. Son histoire débute en 1884 avec la fondation de la mission de Saint-Agricole et la construction d’une première chapelle. En 1907, la paroisse de Saint-Agricole est constituée canoniquement.

En 1925, les paroissiens érigent leur première église Saint-Agricole. Cependant, en 1932, cette église est détruite par le feu et une nouvelle église est construite immédiatement sur un nouveau site. En 1943, pourtant, la nouvelle église est consommée par le feu à son tour et une troisième église est érigée. Aujourd’hui, cette belle petite église est le lieu de nombreuses festivités et de prestations d’artistes.

Val-des-Lacs fut constituée civilement en 1932 sous le nom de Saint-Agricole et ce n’est qu’en 1968 que la municipalité adopte son nom actuel.

Les activités touristiques offertes par les entreprises de la région sont très diversifiées : randonnée pédestre et à cheval, camping en tipi, observation des bisons, traîneau à chien et bien d’autres.

Kanatha-Aki, Réserve de Bisons, est la première réserve de bisons des bois au Québec dans le but de protéger l’espèce qui est menacée d’extinction. Sur le domaine des Étangs Tremblant, cette réserve offre la possibilité de faire la rencontre du plus grand mammifère terrestre en Amérique du Nord, le bison des bois Athabascae. Les visiteurs se rendent sur le territoire des bisons – ce territoire s’étend sur une trentaine d’acres. Suite à l’appel du guide, les bisons descendront de la montagne et les touristes pourront assister à leurs repas. Le guide fera découvrir l’histoire de l’espèce des bisons ainsi que le mode de vie de ce noble animal.

Les Étangs Tremblant offrent d’ailleurs l’opportunité de pratiquer des méthodes ancestrales de pêche et d’attraper la truite à la main dans un torrent. Cette expérience unique en son genre, débute par l’ascension d’un torrent où le temps a laissé un amas de rochers de toutes formes et grosseurs. Le torrent a laissé par endroits des crevasses où la truite se trouve piégée.

Des forfaits attirants de survie en forêt sont offerts par l’entreprise. Par exemple, lors d’une journée d’initiation à la survie en forêt, vous les participants apprennent différentes techniques pour allumer des feux en toutes circonstances, comment s’orienter sans GPS, construire un abri de fortune et bien plus. Des forfaits de deux jours au cœur de la nature avec un excellent instructeur en survie sont également offerts. Vous vous déplacez dans les endroits sauvages des Laurentides (marais, montagnes, lacs, etc.) et vous apprenez les façons de survivre en ne disposant que d’un minimum (couteau, gourde, pierre à feu).

Centre de villégiature Lac-Quenouille

Ce centre de villégiature fait partie de la municipalité de Val-des-Lacs, dans les Laurentides, au nord de Montréal. Il est établi sur les bords du lac aux Quenouilles. Les séjours de repos et les activités de plaisance y ont été organisés après la Première Guerre mondiale ; on y venait alors pour pêcher la truite rouge. Dès 1927, une communauté d’estivants était desservie par le bureau de poste de Lac-Quenouille, appellation qui est depuis restée attachée au centre de villégiature. Ce service postal a été supprimé en 1970. D’une étendue de 2 km carrés, le lac aux Quenouilles se déverse dans la rivière Archambault, dans le bassin de la rivière Rouge. On fait mention du lac aux Quenouilles sur plusieurs cartes publiées en 1873, 1894 et 1930. Il tire son nom de la grande quantité des quenouilles qui poussaient autrefois sur ses rives. Cette plante aquatique ou palustre se multiplie facilement et se caractérise par une haute tige (jusqu’à 3 m) surmontée d’un épi cylindrique brun. Au Québec, on trouve deux espèces du genre Typha : la quenouille à feuilles étroites (Typha angustifolie) et la quenouille à feuilles larges (Typha latifolia). L’une et l’autre sont aussi appelées massette, canne de jonc ou roseau des étangs. La quenouille joue un rôle écologique en absorbant les détritus organiques. En mélangeant le coton de l’épi a du saindoux fondant, on en fabriquait jadis un onguent contre les brûlures.

lac de la montagne noire

Lac de la Montagne Noire, dans les environs de Val-des-Lacs. Source de la photo : Val-des-lacs.qc.ca.