Terrible incendie à Saint-Hyacinthe

Terrible incendie à Saint-Hyacinthe en 1898

Une dizaine de personnes restent sous les décombres – La Métairie des Sœurs Grises en cendres – Une perte de $60,000

Un des plus considérables pièces de Saint-Hyacinthe a été rasé par un incendie qui a jeté la désolation dans tous les alentours durant la nuit de dimanche.

La métairie de Saint-Joseph, succursale de l’Hôtel-Dieu de Saint-Hyacinthe, tenue pur les Révérends Sœurs Grises, à été détruite de fond en comble, et cette perte est d’autant plus terrible qu’une dizaine do personnes y ont trouvé la mort

Voici les faits tels que les racontent la Révérende Mère Bidini, supérieure des Sœurs Grises, à Saint-Hyacinthe :
« La métairie Saint-Joseph, qui est la ferme de notre institution, a un personnel d’environ soixante-quinze personnes, sœurs, travailleurs, infirmes et pensionnaires. Vers neuf heures, dimanche soir, la Révérende Sœur Lajoie, économe de la maison, fit en tournée d’inspection et ne remarqua rien d’insolite dans la maison. Tout le monde dormait lors que vers minuit et quelques minutes une des sœurs qui reposaient au deuxième étage se réveilla suffoquée par la fumée et sortit dans le corridor voir d’où cela provenait. Ouvrant la porte donnant sur la chapelle, elle aperçut toute cette pièce en flammes et donna vivement l’alarme. La parte qu’elle ouvrit ainsi donna passage à l’air qui communiqua les flammes à la maison entière, on moins de temps qu’il no faut pour l’écrire.

Vite, la Sœur Lajoie courut au rez-de-chaussée, téléphoner au poste des pompiers; mais ceux-ci ne purent répondre à l’appel, l’incendie s’étant déclaré au village de la Providence, qui est en dehors des limites de la ville de Saint Hyacinthe.

On téléphona à M. le maire Richer pour lui demander la permission d’envoyer ses pompiers sur le théâtre de l’incendie. Lorsque les pompiers arrivèrent, toute la maison était déjà en feu, et les pompiers durent es contenter du concentrer leurs efforts sur les bâtiments qu’ils réussirent heureusement à sauver. Ou désespérait de sauver la maison, qui était la principale maison des Sœurs Grises de Saint-Hyacinthe.

Les premières sœurs qui aperçurent les flammes donnèrent l’alarme qui réveilla tout le monde ; et n’eût été l’excitation générale, nous n’aurions pas à déplorer aujourd’hui un si grand nombre de pertes de vie.

Les deux escaliers étaient parfaitement aménagés, mais la plupart des victimes réveillées en sursaut ne surent que donner de la tête et ne durent leur sort qu’à leur énervement,

À 10 heures, lundi matin, la Rév. Mère Supérieure dressa la liste suivante des morte et des blessés.

Morts:

  • Sœur Marie des Anges, Samson, auxiliaire, 33 ans.
  • Sœur Alexandrine Manscau, auxiliaire, 33 ans.
  • Sœur Philomène Demers, 55 ans.
  • Mme Dr Chagnon, de Fall River, 55 ans.
  • Mme Félicité Joyal veuve Marcel Guertin, 60 ans.
  • Émile Beauchemin, 12 ans.
  • George Beauchemin, 10 ans.

Blessés :

  • Sœur Delphine Cormier, 28 ans.
  • Mme Veuve Raphaël Bourgeois, de Saint-Hughes.
  • Mme Valéria Archambault.
  • Mme R. G. Coderre.
  • Mlle Elmir Bibault, 30 ans.
  • Sœur Amanda Vallée, auxiliaire, 26 ans.
  • Sœur Adélaïde L’Hérault, 18 ans.
  • Monsieur Dolphis Blancherd, 34 ans.

Absents :

  • Mlle Diana Boudrier, 16 ans.
  • Mlle Maria Méthot, 23 ans.
  • Célina Bissonnette, 53 ans.
  • Mme Rosalie Brodeur.
  • Mme J. B. Berthiaume, 78 ans.

La plupart de ces blessés ont été meurttris en sautant, car personne n’a été atteint par le feu.

Le Dr. G. Turcotte soigne les blessés à l’Hôtel-Dieu. Plusierus ont été administrés et l’on attend à de nouvelles morts.

Mme Chagnon, épouse du Dr. Chagnon, de Fall Rivers, était depyis trois semaines, à la métairie, tout près de laquelle elle venait d’acheter des fermes. Elle devait repartir pour Fall River la semaine prochaine.

Les pertes

Les portes générales s’élèvent à au-delà de $60,000, sans un sou d’assurance. Cinq ou six prêtres en retraite ont aussi subi des pertes sérieuses. M. M les abbés Springer, Girard, Gatien, Bessette, du diocèse de Saint-Hyacinthe et Rimouski, ont ou de magnifiques bibliothèques ainsi que leurs meubles détruits. Les sœurs n’out pu rien sauver.

Le bâtiment de la métairie à été construit en 1885, et ses profits étaient affiliés à l’entretien de l’Hôtel-Dieu. Son personnel était composé de sœurs qui dirigeaient la maison, de vieillards sans gîtes, ne pouvant être utiles à la ferme, d’employés, de deux orphelins qui servaient aux commissions et de quelques pensionnaires, eu tout une soixantaine de personnes.

La façade de cet édifice mesurait 140 pieds, aux deux extrémités duquel se trouvaient deux ailes, l’une de 100 pieds et l’autre de 45 pieds, Il ne reste plus que des ruines fumantes de cet édifice, qui était le refuge assuré du tous ce que le diocèse contenait de pauvres et miséreux.

L’origine du feu

Bien qu’on ne sache pas encore exactement où le fou à pris naissance, on peut dire approximativement qu’il a été allumé par l’explosion de la veilleuse qui brûlait devant le Saint-Sacrement. Bien qu’il n’y eût ni rideaux ni tenture, ce soir-là dans la chapelle, l’huile enflammée ce sera répandue par terre et aura communiquée le feu aux tapis et aux boiseries. Cette chapelle se trouve dans le corps principal de
l’édifice.

Quelques personnes disaient ce matin que vers minuit et quart, elles avaient vu sortir les flammes de l’aile droite ; mais cette hypothèse n’est guère accréditée.

Les recherches

Dès que les flames furent contrôlées, ou s’aperçut qu’une dizaine manquaient a l’appel, et los employés de la métairie, aidés des pompiers, se mirent incessamment aux recherches

Avant l’aurore ou trouvait déjà les cadavres dont les noms out été mentionnés ci-haut. Ces personnes out trouvé la mort en se précipitant par les fenêtres ; celles qui ont péri dans dans les flammes furent plus difficiles à retrouver.

Lire aussi :

Saint-Hyacinthe
Photo : Parc des Salines à Saint-Hyacinthe. Image libre de droit.

Laisser un commentaire