Histoire du Québec

Stoneham-et-Tewkesbury

Municipalité de Stoneham-et-Tewkesbury

La municipalité des Cantons unis de Stoneham-et-Tewkesbury fut constituée en 1855 sur une superficie d’environ 685 kilomètres carrés, dans la région administrative de la Capitale-Nationale. Elle fait partie de la municipalité régionale de comté de la Jacques-Cartier et se trouve dans les limites de la Communauté métropolitaine de Québec. À Stoneham-et-Tewkesbury vivent plus de 6 mille résidents pour qui la Commission de la toponymie du Québec semble éprouver des difficultés à trouver un gentilé. Les Cantons-Unis de Stoneham-et-Tewkesbury se trouvent à 20 minutes de la ville de Québec. La municipalité est composée de trois principaux pôles territoriaux, soit Stoneham, Tewkesbury et Saint-Adolphe. Stoneham, le premier hameau, fut fondé par M. Philip Toosey. Son nom, de «stone» (pierre) et «hamlet» (hameau), désigne bien la caractéristique de son sol et rappelle également le canton britannique d’où M. Toosey était originaire. C’est en 1855 que la municipalité qui regroupait à l’époque moins de vingt-cinq familles prend l’appellation de Cantons-Unis de Stoneham-et-Tewkesbury. Après la construction du chemin de fer qui relie la municipalité à Loretteville, on commence à exploiter la forêt et le village se développe rapidement. Cette voie ferroviaire était utilisée par la Brown Corporation et la Donnacona Paper Co. dans la Seigneurie du Séminaire de Québec (aujourd’hui Saint-Adolphe). Ces compagnies s’occupaient de la coupe du bois et de la fabrication de la pâte de papier. Le chemin de fer n’existe plus, mais l’architecture de certaines maisons de Stoneham rappelle cette époque. Puis Stoneham fusionne avec Saint-Adolphe en 1973. L’exploitation de la forêt constitue toujours l’un des piliers de la municipalité. Pourtant, les activités touristiques sont de plus en plus populaires et les Cantons-Unis de Stoneham-et-Tewkesbury sont devenus l’un des pôles majeurs du tourisme et des activités de loisir au Québec. On y compte d’ailleurs de 2000 résidents saisonniers qui choisissent cet endroit pour la qualité de son environnement et pour les nombreux services offerts à la population. La Station de ski Stoneham, un club de Golf, et le Parc de la forêt ancienne du mont Wright sont les attraits les plus importants de la municipalité.

Canton de Tewkesbury

Le canton de Tewkesbury, dont le nom apparaît sur la carte de Gale et Duberger en 1795, est situé à une quarantaine de kilomètres au nord de Québec, entre les cantons de Stoneham, à l’ouest et de Cauchon, à l’est. De forme rectangulaire et orienté du nord-ouest au sud-est, il est traversé du nord au sud par la belle vallée glaciaire de la rivière Jacques-Cartier et par deux de ses principaux affluents, les rivières Sautauriski et à l’Épaule, venant du nord-est. Presque partout montagneux, son relief atteint plus de 770 m non loin de la confluence de la Sautauriski avec la Jacques-Cartier. À l’instar de son voisin Stoneham, le canton de Tewkesbury, dont la moitié supérieure a longtemps fait partie du parc des Laurentides, a été arpenté en 1792 et a reçu sa première vague d’immigration irlandaise, anglaise et écossaise vers 1815. Tewkesbury (Gloucestershire), lieu d’origine de Kenelm Chandler, concessionnaire de terrains dans le canton voisin de Stoneham. La première partie du nom Teodecesburg, qui remonte au haut Moyen Âge, est en réalité une déformation par Péod. Plus tard, l’appellation a dérivé vers les formes Teodekesberie, puis Tewkesbury. Quant à bury, provenant de burg, ce mot désignait à l’origine un manoire fortifié ou une maison forte. Le canton a été proclamé en 1800.

Historique de la municipalité de cantons unis Stoneham-et-Tewkesbury

Cette municipalité, sise sur les bords de la rivière des Hurons, est encaissée dans un décor boisé et accidenté, constitué du massif laurentidien, à la limite nord de Québec, dont elle est distante de 25 kilomètres.

La partie propre à Tewkesbury est parcourue par les eaux de la rivière Jacques-Cartier, alors que celle comprise dans le canton de Stoneham est arrosée par le cours supérieur de la rivière Sainte-Anne. De très nombreux lacs parsèment le paysage ; lacs Beaumont, Saint-Vincent, Saint-Guillaume, de même que des rivières (Jacques-Cartier, à l’Épaule, des Hurons…).

Couramment dénommé Les Cantons ou les Cantons-Unis, l’endroit reçoit ses premiers colons en 1815, des Irlandais, des Anglais et des Écossais. La première église anglicane verra le jour en ces lieux en 1830, alors que la première chapelle catholique sera érigée en 1842. La population passe de 175 habitants en 1831 à 640 âmes en 1871, répartis en 360 personnes pour Stoneham et 280 pour Tewkesbury. En 1850, la paroisse de Saint-Edmond (Edmund)-de-Stoneham fait l’objet d’une érection canonique, le titulaire, saint Edmond Rich ou de Canterbury (1170? – 1240) ayant été choisi parce que les lieux avaient été colonisés par des Anglais. Le bureau de poste de Stoneham ouvre ses portes en 1854, neuf ans après la création de la municipalité du même nom, abolie en 1847, et qui revivra à titre de municipalité des cantons unis de Stoneham-et-Tewkesbury en 1855.

Les deux constituants du toponyme apparaissent en 1792 et identifient des unités cantonales proclamées toutes deux la même année, soit en 1800. Le premier évoque probablement la localité de Stonham (Suffolk), en raison, peut-être, de la venue du révérend Philip Toosey, pasteur anglican qui en était recteur. Le mot anglais « ham » signifie village, hameau. Le second constituant rappelle la ville de Gloucestershire, théâtre de la bataille qui assure le trône à Édouard IV en 1471. Le pasteur Toosey s’était fait donner vers 1790 une vaste terre sise dans l’actuel territoire de Stoneham-et-Tewkesbury. Pour sa part, Tewkesbury est redevable de sa dénomination à Kenelm Chandler, né à Tewkesbury en Angleterre, qui arrive ici en 1764 et se fait concéder 9 113 ha de terrain dans Stoneham en 1800. Ce personnage, décédé en 1803, exerçait la fonction d’écuyer au service de l’artillerie. Son lieu d’origine identifiera également un bureau de poste service entre 1880 et 1963. L’avènement d’une ligne de chemin de fer, en 1912, propriété de la St.Charles and Huron River Railway Co., permettra d’effectuer le transport des marchandises et du bois de pulpe entre Stoneham-et-Tewkesbury et Loretteville, de telle sorte que vers 1920 l’endroit constitue un centre commercial important du nord du Québec. Par le passé, on y a extrait la pierre de gravier brut. De nos jours, l’exploitation forestière constitue la principale activité économique. La station de ski de Stoneham attire les adeptes de ce sport dans cette localité à vocation récréative et résidentielle.

Stoneham

Stoneham. Rue des Chalets Stoneham en automne. Photo : André Beauséjour