Histoire du Québec

Saint-Siméon

Municipalité de Saint-Siméon

La municipalité de Saint-Siméon se déploie sur un vaste territoire de 290 kilomètres carrés dans la région administrative de la Capitale-Nationale. C’est une des sept municipalités de la MRC de Charlevoix-Est. On y compte environ 1400 Saint-Siméoniennes et Saint-Siméoniens qui habitent dans ses trois hameaux, soit Baie-des-Rochers, Port-au-Persil et Port-aux-Quilles.

Saint-Siméon se trouve à environ 140 kilomètres de la ville de Québec.

La nature y est grandiose et présente une flore et une faune diversifiées. Une partie de la réserve mondiale de la biosphère de Charlevoix se trouve à Saint-Siméon. Ce domaine, façonné par le passage de grands glaciers, représente un site de choix pour l’escalade de rocher. Via Ferrata, sentier en falaises, muni d’un câble et d’équipements de sécurité propose ici une expérience à mi-chemin la randonnée en montagne et l’escalade de rocher.

Tous les ans, Saint-Siméon accueille des milliers de visiteurs. Au milieu de forêts luxuriantes et de paysages fluviaux majestueux, ils peuvent goûter les plaisirs d’une table rustique et visiter les multiples attraits de la municipalité. Le traversier N. M. Trans-Saint-Siméon permet au voyageur de connaître une expérience unique en traversant sur toute sa largeur le fleuve Saint-Laurent jusqu’à Rivière-du-Loup.

Sur les quais, on peut voir en haute saison des pêcheurs d’éperlans. Le sentier de l’Orignac compte parmi les plus intéressants du Québec.

L’économie de Saint-Siméon repose entre autres sur l’exploitation du bois, l’agrotourisme, l’écotourisme et l’agriculture. Randonnée à pied, raquette, ski de fond, plage, excursions, canot, pêche, baignade, parties de sucre, observation des baleines, camping et pique-nique complètent les activités qui peuvent être pratiquées à cet endroit et au Centre récréotouristique Camp Arthur Savard.

Le hameau de Port-au-Persil, ainsi nommé au XVIIe siècle par Samuel de Champlain, fait partie de l’Association des plus beaux villages du Québec.

Ces terres étaient fréquentées par des Amérindiens depuis de nombreux siècles. Les premiers colons européens s’y établissent en 1813 et le premier moulin à scie est construit en 1834.

Parmi les attraits patrimoniaux, citons la chapelle anglicane de Port-au-Persil, l’Écomusée de la Baleine, le phare de Saint-Siméon (le musée se trouve juste au pied du phare), l’église de Saint-Siméon, le parc d’aventure en montagne Les Palissades.

En juillet et août, les Spectacles Hors-ChantEauFête se tiennent à Saint-Siméon. Il s’agit d’une série de spectacles qui mettent au premier plan la chanson francophone d’ici et d’ailleurs. Ces spectacles sont présentés au Cabaret du Centre des loisirs de Saint-Siméon où règne une ambiance intime et chaleureuse. Des artistes reconnus se joignent à une centaine d’artistes de la relève francophone pour animer en chanson et en la musique cette municipalité. Quelques spectacles sont présentés dans la ville de La Malbaie.

Soulignons finalement que Saint-Siméon aime aussi utiliser l’appellation de Village-hôtel afin d’exprimer la convivialité qui caractérise cette municipalité.

Hameau de Port-au-Persil

Rattaché administrativement à la municipalité de la paroisse de Saint-Siméon, dans la région de Charlevoix, ce hameau se trouve à quelque 25 km au nord-est de La Malbaie. Cette dénomination s’applique également à une anse, à un lac ainsi qu’à une rivière appartenant à cette même municipalité.

Dans le récit de ses voyages pour l’année 1626, Samuel de Champlain note : « Du port aux femmes (rivière-Noire) l’on va au port au Persil, distant près d’une lieue, que est anse derrière un Cap, où il y a une petite rivière qui assèche de Bassemer, elle vient des montagnes qui sont fort hautes, il y a ancrage proche, et à l’abri du vent du Sud, venant à Ouest jusqu’au Northnordest ».

Par la suite, Port au Persil sera régulièrement attesté, notamment sur une carte de Franquelin, en 1685. Quant au persil, il s’agit de la « ligustique » ou « livêche écossaise », dite aussi « persil de mer », plante herbacée ombellifère qui croît uniquement dans L’hémisphère Nord. Sa présence a été notée sur les deux rives du Saint-Laurent et consignée dans la toponyme. Un quai qui n’est guère utilisé, une petite chapelle anglicane, construite en 1897, qu’évoque toponymiquement la pointe de la Chapelle et quelques maisons presque toutes blanches se détachent dans un décor de falaises qui constitue un oasis touristique de grande beauté.

saint siméon

Saint-Siméon. Photo : Thewhite, Wiipedia