Paroisse de Saint-Michel-du-Squatec

Municipalité de Paroisse de Saint-Michel-du-Squatec dans le Bas-Saint-Laurent

La paroisse de Saint-Michel-du-Squatec, aussi appelée tout simplement Squatec, se déploie sur une vaste superficie de plus de 363 kilomètres carrés dans la région administrative du Bas-Saint-Laurent, au bord du Petit Lac Squatec, à environ 60 kilomètres au sud-ouest de Rimouski. Elle fait partie de la municipalité régionale de comté de Témiscouata.

Saint-Michel-du-Squatec regroupe une population d’environ 1300 Squatécoises et Squatécois. Le nom Squatec vient du micmac et signifie «source des rivières».

Le territoire de Saint-Michel-du-Squatec est recouvert d’une forêt sauvage de conifères, traversé de rivières et parsemé de lacs.

Il est donc naturel que l’industrie forestière soit la principale source de revenus de Saint-Michel-du-Squatec pendant de nombreuses années. Aujourd’hui, l’industrie du tourisme prend la relève.

En effet, le territoire de Squatec est parcouru par le Sentier national. Au total, près de 50 kilomètres de ce réseau, divisés en cinq trajets, y sont aménagés. On y trouve aussi une pourvoirie très connue au Québec – la pourvoirie du Lac Anna, des pistes de motoneige et de quad, des érablières, et de magnifiques vues sur les montagnes à partir des belvédères.

Notons que le site archéologique de Squatec, témoignant de la période paléo-indienne, se trouve sur le territoire de la municipalité.

La paroisse naît à la fin du XIXe siècle. Le premier bûcheron qui s’y établit est M. Joseph Viel dit «le Père Jos». Il fonde la mission Saint-Joseph-de-Viel en 1893 et il devient défricheur, cultivateur, architecte, bâtisseur de moulins à scie, de ponts flottants, et constructeur de routes jusqu’à son décès, survenu en 1941.

Parmi les lacs qui parsèment le territoire, on doit citer avant tout le lac Petit Skuateck (ou Scuatec), le Grand Scuatec, qui est peut-être le plus beau de la région (il est en tous cas le deuxième en dimensions), le lac Pain-de-Sucre, le lac Touladi, le lac Grand Touladi, et le lac Témiscouata, le plus grand de ce vaste espace.

Notons en passant que ces lacs et cours d’eau sont parfois désignés avec une orthographe variable. Alors méfiez-vous, et si vous ne trouvez pas Skuateck, cherchez Scuatec. Même chose pour Touladi ou Touradi, etc.

Historique de la municipalité de Saint-Michel-du-Squatec

Petite localité agro-forestière qui présente les caractéristique inhérentes aux municipalités de l’arrière-pays du Témiscouata, Saint-Michel-de-Squatec se situe à 26 km au nord-est de Cabano et à une quarantaine de kilomètres au nord de Dégelis. Littéralement couvert de lacs (Aubert, Étroit, Sauvage, Croche), de cours d’eau (rivières Horton, des Aigles), le territoire compte une grotte sise à 2,5 km de la pointe du lac Anna.

Sur 200 m, se développe un labyrinthe de galeries, inondées en période des hautes eaux. Les premiers défrichements remontent aux environs de 1893, avec la fondation de la paroisse de Saint-Michel-du-Squatec, aussi identifiée, à l’époque, comme la mission de Viel, qui prend l’appellation de Squatec à partir de 1913.

Toutefois, les débuts se révèlent particulièrement lents puisque en 1910 on ne compte que sept familles à cet endroit. L’érection canonique de la paroisse en 1926 et la création de la municipalité de paroisse en 1928 marqueront le coup d’envoi du développement de cette localité essentiellement agricole. Le patronage de saint Michel serait redevable à l’un des pionniers ainsi prénommé.

En ce qui concerne le mot Squatec, certaines sources avancent qu’il faut postuler la modification de la forme exqoateg, d’origine micmaque ou malécite, au sens de la source d’une rivière. D’ailleurs, c’est de ce dernier q’a été tirée la dénomination collective des citoyens, les Squatécois, adoptée en 1986. L’hypothèse voulant que ce mot puisse être d’origine montagnaise (eckwatek) et signifier le brûlé nous apparaît douteuse, compte tenu du fait que toponyme se situe sur la rive sud du Saint-Laurent alors que les Montagnais vivent sur la rive nord de celui-ci.

À lire également :

riviere touradi
Un coin de la rivière Touradi. Source de la photographie : Réserve faunique Duchénier.

Laisser un commentaire

Exit mobile version