Histoire du Québec

Saint-Médard

Municipalité de Saint-Médard

La municipalité de Saint-Médard est située dans la région administrative du Bas-Saint-Laurent, à 50 kilomètres au sud-ouest de Rimouski. Elle fait partie de la municipalité régionale de comté Les Basques et se déploie sur un territoire d’environ 75 kilomètres carrés, mais elle ne compte qu’environ 250 Médardoises et Médarois. La riviètre Boisbouscache traverse le territoire de la municipalité.

L’arpentage de ce territoire, qui reçut le nom de canton Bédard, commence en 1854. Une première route y est ouverte en 1870. Cette route commençait par Saint-Mathieu et débuchait sur le lot 11 du rang 9. Un projet de chemin de fer qui devait passer dans cette région, ne vit jamais le jour, ce qui retarda la colonisation des terres.

Fondée comme mission en 1910, érigée canoniquement en 1931 par Mgr Courchesne sous le nom de la paroisse de Saint-Médard-de-Rimouski et constituée civilement le 1er janvier 1949, la localité a été nommée en l’honneur de saint Médard de Noyon (456-545) dont la fête est célébrée le 8 juin. D’ailleurs, c’est l’abbé Joseph-Médard Belzile qui a effectué les démarches en vue de la colonisation de la partie ouest du canton de Bédard et qui a desservi le territoire entre 1903 et 1916.

C’est effectivement grâce aux efforts de l’abbé Belzile que les premiers colons vinrent s’établir.

En 1911, un chemin reliant Saint-François à Saint-Médard était commencé et surnommé « Le chemin de la colonisation ».

Dans cette même année, un moulin à scie fut construit. Malheureusement, ce moulin fut détruit par un feu d’abattis le 6 mai 1913.

En 1914-1915, une première école-chapelle fut érigée sur le lot 46 du rang 9, grâce à la bonne volonté des paroissiens. L’abbé Belzile y célébra la première messe, le 12 septembre 1915 et assura la suite d’un service religieux.

La formation de la paroisse en 1931 engendre l’annexion d’une partie de Saint-Jean-de-Dieu à Saint-Médard, ce qui donne suite à la construction d’une église,  aux débuts de l’enseignement, à la formation du conseil de fabrique, l’arrivée d’un bureau de poste, l’installation d’une ligne de téléphone, le développement des commerces de tout genre, ainsi que à l’arrivée de la caisse populaire, d’un service de santé et de l’électricité.

En 1938, quatre moulins à scie sont en fonction à Saint-Médard, ce qui apporte un bond considérable au développement de la région. En 1950, un couvent y a été construit.

Dès le début de la municipalité, l’agriculture et le travail en forêt demeurent les deux activités économiques majeures de Saint-Médard, mais on y trouve également quelques petites entreprises industrielles et la résidence de personnes âgées Claudette Damien.

Le Club de motoneige Les Rafales a pignon sur rue dans le village.

L’histoire de Saint-Médard continue et continuera toujours en vue du meilleur et le village se développe de plus en plus en prévision du futur.

Pour accéder à Saint-Médard, il faut emprunter la route 296 via route 132 et route 293.

Historique de la municipalité de Saint-Médard

Offrant grosso modo l’aspect d’un carré s’amenuisant vers le nord-est, le territoire de cette municipalité de la région de Rimouski est enclos dans la partie est de la MRC des Basques, à environ 25 km à l’est de Trois-Pistoles. La rivière Boisbousache y coule du nord au sud et les lacs du Diable et du Sud offrent d’excellentes ressources pour la pêche, dans le canton de Bédard.

Quoiqu’elle n’ait été érigée canoniquement qu’en 1931, la paroisse de Saint-Médard a été fondée vers 1910 et la première messe célébrée en 1915 par l’abbé Joseph-Médard Belzile, né en 1861 et mort en 1905, il a multiplié les démarches auprès du député de Rimouski de 1907 à 1912, Pierre-Émile D’Anjou (1859-1937), pour ouvrir à la colonisation la partie ouest du canton de Bédard. La reconnaissance des Médardois s’est exercée en retenant le prénom de cet ecclésiastique, qui a desservi Saint-Médard entre 1903 à 1916, pour identifier la paroisse. Cette appellation servait par la suite à dénommer tant le bureau de poste local (1925) que la municipalité créée en 1949.

Il est intéressant de noter que l’on retrouve à Soissons les vestiges de la célèbre abbaye de Saint-Médard, au voisinage des restes de cet évêque français (vers 456-vers 545) de Noyon et de Tournai, dont le fête a été fixée le 8 juin et que l’on invique pour la pluie et le beau temps. L’agriculture et le travail en forêt demeurent les deux activités économiques majeures de l’endroit.

Saint-Médard

Paysage du Bas-Saint-Laurent. Photographie de Histoire-du-Québec.ca.