Histoire du Québec

Saint-Gabriel-de-Valcartier

Municipalité de Saint-Gabriel-de-Valcartier

La municipalité de Saint-Gabriel-de-Valcartier est située à environ 25 kilomètres au nord-ouest de la ville de Québec, sur la rivière Jacques-Cartier. Elle couvre un vaste territoire de plus de 441 kilomètres carrés. Environ 3 mille Valcartoises et Valcartois y habitent.

Saint-Gabriel-de-Valcartier appartient à la région administrative de la Capitale-Nationale. Elle fait partie de la municipalité régionale de comté de La Jacques-Cartier et de la Communauté métropolitaine de Québec.

La municipalité est située au pied des Laurentides. Les zones urbaines de Saint-Garbiel-de-Valcartier se concentrent le long de la rivière Jacques-Cartier et de la route 371.

La première route y est ouverte en 1812. Elle reliait la rivière Jacques-Cartier et Loretteville. Ensuite, les colons bâtissent des maisons, des moulins, des églises et des scieries.

Saint-Gabriel-de-Valcartier est constituée officiellement comme municipalité en 1845.

Elle est peuplée par des anglophones et des francophones qui vivent en harmonie et dans un esprit communautaire développé.

Avant l’arrivée des Européens, ce territoire était occupé par différents peuples autochtones, notamment les Hurons, les Montagnais et les Malécites. Mais les missionnaires traversèrent le territoire pour se rendre au Lac-Saint-Jean et une seigneurie y fut constituée en 1647 (elle fut concédée à Robert Giffard, l’un des premiers médecins de l’histoire du Québec). Cependant, la région reste peu peuplée jusqu’au début du XIXe siècle, grâce à l’arrivée de loyalistes britanniques fuyant les États-Unis. Ces derniers fondent Saint-Gabriel-de-Valcartier en 1817.

Jusqu’à nos jours, les églises de confessions différentes témoignent de la diversité d’origine des résidents de Saint-Gabriel-de-Valcartier.

L’économie de la localité se centre autour de l’élevage de volailles et de l’exploitation du centre touristique Village Vacances Valcartier, avec des jeux d’hiver, une quarantaine de pistes de glissade, des sentiers de ski de fonds, un parc aquatique, un camping d’été et bien d’autres installations.

La vie de la municipalité est fortement influencée par la présence d’une base militaire des forces canadiennes, implantée depuis 1914. Le gouvernement ouvre alors un vaste champ de tir d’une superficie de plus de 30 kilomètres carrés destiné à l’entraînement du corps expéditionnaire canadien. Aujourd’hui, on y trouve également un Hôpital des Forces armées canadiennes et les Arsenaux du Canada, une entreprise de production de munitions.

Le gouvernement du Québec a annoncé des plans pour la création d’un centre du développement des logiciels à l’usage des forces armées, ce qui devrait transformer la région en une sorte de Silicon Valley canadienne. On a annoncé la création de plus de 600 emplois dans cette entreprise informatique.

Historique de la municipalité de Saint-Gabriel-de-Valcartier

Vaste territoire qui occupe une superficie de plus de 440 km2, dans la partie sud-ouest de la MRC de La Jacques-Cartier, cette municipalité s’insère entre Shannon, au sud-ouest, et Lac-Delage ainsi que Stoneham-et-Tewkesbury, à l’est. Dénommée couramment Valcartier, nom orthographié Val-Cartier au XIXe siècle, cette municipalité, qui doit sa notoriété à la présence d’une importante base militaire sur l’emplacement de laquelle la paroisse originelle était située avant la Première Guerre mondiale, tire son appellation de la paroisse de Saint-Gabriel-de-Valcartier. Détachée de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier et de Charlesbourg, elle voit le jour en 1832 et sera érigée canoniquement en 1864. Cependant, c’est vers 1816 que le député John Neilson (1776-1848), avec ses amis Andrew Stuart et Louis Moquin, deux avocats de Québec, obtient une cinquantaine de concessions dans le fief Saint-Gabriel de la part des commissaires des biens des Jésuites.

Ainsi débute l’établissement de Val-Cartier qui, suivant un plan de colonisation datant de 1819, était destiné à accueillir des Irlandais et des Écossais surtout. Sur le plan municipal, une première entité répondant au nom de Valcartier est créée en 1845 et abolie en 1847. La municipalité de la paroisse de Saint-Gabriel-de-Valcartier est officiellement établie en 1855, puis divisée en 1862 en deux municipalités distinctes:Saint-Gabriel-Ouest et Saint-Gabriel-de-Valcartier qui fusionnent en 1985 pour former l’actuelle entité. Municipale. L’hagionyme souligne que le territoire ressortissait anciennement à la seigneurie Saint-Gabriel, concédée à Robert Giffard en 1647, devenue la propriété des Jésuites en 1667 et celle de la Couronne en 1800. Le spécificatif Valcartier, résultant de l’agglutination de val et de Cartier qui arrose tout l’espace. Depuis plusieurs années, on a mis l’accent sur la pratique des sports de loisirs dans un décor enchanteur à la campagne près de la ville. L’endroit compte un nombre significatif d’anglophones dont plusieurs se spécialisent dans l’élevage de la dinde pour fin de consommation depuis les années 1940, leurs prédécesseurs ayant surtout oeuvré au XIXe siècle dans des scieries.

st gabriel de valcartier

Hôtel de ville de Saint-Gabriel-de-Valcartier. Photo : Site Web de la municipalité.