Ville de Saint-Félicien

Ville de Saint-Félicien dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean

La ville de Saint-Félicien se trouve en bordure du lac Saint-Jean, dans la région administrative du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Elle fait partie de la municipalité régionale de comté du Domaine-du-Roy. La ville se déploie sur un territoire de 360 kilomètres carrés et sa population est d’environ 10 500 Félicinoises et Félicinois.

Saint-Félicien est traversé par la rivière Ashuapmushuan qui était jadis une importante voie de circulation pour les Amérindiens et les Européens en route vers le lac Mistassini et la Baie d’Hudson. La région fut appelée la Porte d’or de Chibougamau parce que de là, on pouvait entreprendre le voyage vers Chibougamau.

Les premiers colons s’y installent en 1864, dans le voisinage de la rivière à l’Ours, et la première localité prend le nom de Rivière-à-l’Ours, mais en 1875, on baptise la municipalité du nom de Saint-Félicien qui est érigée civilement en 1885. En 1976 Saint-Félicien est incorporée en ville. La nouvelle ville de Saint-Félicien a été constituée en 1996 à la suite de la fusion de la ville de Saint-Félicien et de la municipalité de Saint-Méthode, au nord-est de la ville, à l’ouest de la rivière Mistassini.

Une première scierie avec une roue à vent y fut bâtie en 1894. Trois ans plus tard, une scierie à vapeur y fut installée. De nos jours, on y trouve une usine de pâte à papier.

En 1913, le chemin de fer de la Northen Canadian Railway rejoint Saint-Félicien. La même année, l’église de Saint-Félicien est érigée.

L’exploitation forestière, l’industrie laitière, les bleuetières, la chasse au canard et à l’outarde, de même que la pêche au brochet et au doré ont toujours constitué les activités principales des habitants de ces lieux.

Un parc zoologique unique au Canada s’y trouve depuis 1961, ainsi que le Musée de l’auto avec ses nombreuses voitures anciennes.

Ville de Saint-Félicien

Située au cœur du Lac-Saint-Jean, la ville de Saint-Félicien a été implantée sur la rive ouest de la rivière Ashuapmushuan, au sud de Saint-Méthode et au nord de Saint-Prime. Jadis, ce territoire constituait une grande voie de circulation pour les Amérindiens et les Blancs en route vers la baie d’Hudson et le lac Mistassini. C’et en 1864 que les premiers colons, issus de Charlevoix et de Chicoutimi, s’installèrent dans le voisinage de la rivière à l’Ours qui arrose cet espace, établissement qui prendra alors le nom de Rivière-à-l’ours jusqu’en 1875 alors que sera ouvert le bureau de poste local dénommé Saint-Félicien.

Suivront la municipalité, créée en 1882, et la paroisse, canoniquement érigée en 1884, reconnue civilement en 1885. L’actuelle ville de Saint-Félicien a été formée en 1976 grâce à la fusion de la municipalité et de la ville formée en 1946, cette dernière étant issue de la municipalité de village établie en 1905. Le nom choisi rappelle que Prime et Félicien, deux frères martyrisés le même jour à la fin du IIIe – début du Ive siècle, ont eu la tête tranchée sous l’empereur Maximien. On rappelle avec tristesse que le Grand Feu qui a ravagé une vaste partie du Saguenay-Lac-Saint-Jean en 1870 a pris naissance sur la terre d’un Félicinois.

L’importance stratégique de Saint-Félicien qui permet de rejoindre par route ou par chemin de fer la région de Chibougamau a valu à l’endroit le surnom de Porte d’or de Chibougamau. Ville industrielle et commerciale, Saint-Félicien compte quelques scieries et une importante usine de pâtes et papier. Un parc zoologique unique au pays y est fonctionnel depuis 1961 et offre un magnifique sentier de la nature où les animaux sont en liberté sur plus de 400 ha.

Voir aussi :

St-Félicien
Le boulevard Sacré-Cœur à Saint-Félicien. Photo : Clou

Laisser un commentaire

Exit mobile version