Histoire du Québec

Saint-Moïse

Municipalité de Saint-Moïse

Nous avons très peu de données sur la municipalité de Saint-Moïse, le premier village dans la Vallée de la Matapédia, la porte d’entrée de La Vallée, fondé en 1873.

Saint-Moïse est une paroisse qui se trouve dans la région administrative de Bas-Saint-Laurent et occupe une superficie de plus de 110 kilomètres carrés. Le village compte environ 630 Moïsiennes et Moïsiens et le nombre des habitants diminue à l’instar d’autres municipalités matapédiennes.

La paroisse fut créée en tant que mission à l’initiative de l’abbé Moïse Duguay, archiprêtre du diocèse de Rimouski et curé de Sainte-Flavie. Plus tard, un camp de bûcherons y est installé et plusieurs familles y déménagent. En fait, les lots de Sainte-Angèle et de Saint-Octave, paroisses mères, se raréfiant, quelques défricheurs avaient déjà suivi le chemin Matapédia jusqu’à Saint-Moïse. Georges Saint-Armand, Éphrem Harvey et Étienne Gagné, arrivés en 1868, étaient des colonisateurs patientés et peuvent être considérés comme les pionniers de Saint-Moïse. D’autres sont venus tout de suite après en assez grand nombre pour obtenir l’autorisation d’ériger une chapelle en 1870. Le flot ne tarissant pas, Mgr Jean Langevin devra, trois ans plus tard, ériger en paroisse la colonie qui comptait à l’époque 51 familles (d’après Michel Dompierre et Bertrand Leblanc, La Matapédia, édition MRC de la Matapédia, 2004).

Vers 1918, la terrible grippe espagnole frappa Saint-Moïse et entraîna le décès de familles entières.

Aujourd’hui, la forêt et l’agriculture continuent à être les principaux moteurs de l’économie locale. L’exploration forestière est la première source de revenus de la région.

L’église du village, construite entre 1914 à 1916 dans le style renaissance baroque, vaut l’attention des visiteurs, particulièrement la façade arrière avec une vitrine en forme de demi-lune. Ses côtés se détachent des formes habituelles des églises du Québec qui sont plutôt rectangulaires. Les vitraux de l’église se démarquent par leur beauté.

Historique de la municipalité de Saint-Moïse

Cette municipalité de paroisse de la vallée de la Matapédia a été bâtie sur les hauteurs qui séparent le versant du Saint-Laurent de celui de la baie des Chaleurs, à 40 km au nord-ouest d’Amqui, entre Saint-Noël, au nord, et La Rédemption, au sud.

Enclos en partie dans les cantons de MacNider, de Cabot et d’Awantjish, ce territoire est émaillé de plans d’eau dont les lacs à Ti-Blasse, à Pierre, du Quinzièe Mille et le Grand Étang. L’année 1783 marque l’envol véritable de la colonisation de l’endroit avec l’érection canonique de l’une des plus anciennes paroisses de la vallée de La Matapédia, fondée en 1870. La dénomination retenue également attribuée au bureau de poste (1873) et à la municipalité de paroisse (1877), rappelle le souvenir de l’abbé Moïse Duguay (1820-1870), archiprêtre du diocèse de Rimouski (1869-1870), archiprêtre du diocèse de Rimouski (1869-1870) et premier curé de Sainte-Flavie (1850-1870), lieu d’origine de bon nombre des pionniers.

Cette appellation évoque également le grand prophète Moïse, fondateur de la religion d’Israël, qui a vécu au XIIIe siècle avant Jésus-Christ. C’est à lui que Dieu remet les Douze Tables de la Loi. Ce personnage biblique a inspiré nombre d’artistes et d’écrivains. Concentrées autour de l’exploitation forestière anciennement, les activités des Moïsiens concernent maintenant davantage l’agriculture et l’élevage des animaux. La chasse et la pêche complètent de manière significative le portrait de l’économie locale.

Saint-Moïse. Source de l’image : Site Web de la municipalité.