Histoire du Québec

Saint-Lin-Laurentides

Ville de Saint-Lin-Laurentides

La ville de Saint-Lin-Laurentides est située dans la région administrative de Lanaudière, au pied des Laurentides, dans la Municipalité régionale de comté de Montcalm à 30 kilomètres au nord de Montréal.

Saint-Lin-Laurentides est une ville québécoise d’une certaine importance. Elle regroupe quelque 14 mille Saint-Linoises et Saint-Linoise (ou Linoises et Linois, tout simplement). et s’étend sur un territoire de 117 kilomètres carrés.

Saint-Lin-Laurentides se trouve à mi-chemin entre Joliette et Saint-Jérôme, sur la Route 158. Cette situation géographique lui permet de profiter des avantages de la campagne tout en bénéficiant des services de la ville, dont un grand nombre de commerces.

Notez que Wilfrid Laurier, le premier ministre du Canada de 1896 à 1911 est né à Saint-Lin.

Parmi les attraits de Saint-Lin, on remarque son église, un véritable chef-d’oeuvre de style byzantin, érigée en 1887.

Saint-Lin possède des centres sportifs, dont le plus remarquable est la spacieuse aréna de Saint-Lin avec ses 850 places, où se déroulent des compétitions de hockey de la ligue mineure, de patinage artistique et de ballon sur glace. On y trouve aussi Le Centre de conditionnement physique «Gym Tonic». Il y a également des patinoires extérieures, la plus longue mesurant plus d’un kilomètre est aménagée sur la rivière Achigan, une piscine municipale et encore bien d’autres installations qui vous attendent avec impatience !

La salle l’Opale de Saint-Lin, inaugurée en 1998, peut accueillir 600 personnes. On peut aussi la diviser en trois salles de 200 personnes chacune. Actuellement, c’est dans cette belle salle que se célèbrent la plupart des mariages, défilés de mode et autres événements. En outre, la salle l’Opale abrite un théâtre d’été.

Au nord de Saint-Lin, dans le rang Double, se trouve un boisé où résident de nombreux chevreuils (cerfs de Virginie). On peut s’y rendre en famille et faire des photographies de ces gracieux animaux.

Plusieurs cabanes à sucre se trouvent dans la municipalité de Saint-Lin-Laurentides pour le plaisir des gourmets qui savent apprécier la bonne cuisine au lard et les belles soirées dansantes que rien ni personne ne saurait interrompre !

Autour de Saint-Lin-Laurentides, un grand nombre de sentiers d’équitation, de randonnée pédestre, de vélo de montagne et de motoneige sont aménagés.

Les touristes peuvent profiter des trois campings de Saint-Lin:

  • le Camping Morin qui se trouve près de Saint-Calixte ;
  • le camping Les Cascades ;
  • le Royaume de l’Éden (qui est un camping régulier).

Historique de la ville des Laurentides

On observe beaucoup de confusion autour des dénominations municipales de Saint-Lin et de Laurentides, parce que la ville de Laurentides a été tout entière enclose dans le vaste territoire de Saint-Lin, à l’extrémité ouest de la région de Lanaudière, autour de la rivière de l’Achigan, à une quarantaine de kilomètres de Joliette. Un autre facteur qui peut contribuer à cette situation repose ru le fait qu’à l’origine le territoire municipal a été érigé comme municipalité du village de Saint-Lin (1856), du nom du second pape de l’Église, lequel avait été attribué à la paroisse de Saint-Lin-de-Lachenaie (Lachenaie), érigée en 1828.

Cette appellation et ce statut étaient modifiés en Ville des Laurentides, en 1883. Il convient de ne pas confondre celle-ci-avec la municipalité de Saint-Lin établie en 1845, abolie en 1847 et rétablie en 1855 comme municipalité de la paroisse de Saint-Lin-de-Lachenaie. À noter que la paroisse voisine de L’Assomption, Saint-Pierre-du-Portage à l’époque, avait le premier pape pour patron. En outre, les bureaux de poste de Saint-Lin (1847) et de Laurentides (1883) ont tour à tour desservi l territoire. Petite ville industrielle et commerciale, sise aux limites nord de la plaine laurentienne, elle a reçu ses premiers colons, originaires de L’Assomption et de Saint-Roch-de-l’Achigan particulièrement, vers 1807. Son nom s’accorde parfaitement avec la nature du territoire, formé d’une plaine faite de vastes espaces et de grands horizons, avec pour toile de fond le rebord méridional du Bouclier canadien, c’est-à-dire les Laurentides. L’appellation de Laurentides a été attribuée par l’historien François-Xavier Garneau, en 1845, à ces montagnes qui suivent, au nord, une direction parallèle au fleuve Saint-Laurent, nom sur lequel a été formé celui de Laurentides. On y remarque la présence de nombre de lacs. C’est sur ce territoire, soutiennent avec fierté les Laurentiens et les Saint-Linois, qu’est né Wilfrid-Laurier (1841-1919), premier ministre du Canada de 1896 à 1911, dont le père, Carolus, occupait la charge de maire de Saint-Lin en 1855. Sa maison natale et les environs ont été classés lieu historique national.

Lieu historique national Sir Wilfrid Laurier

Lieu historique national Sir Wilfrid Laurierю Maison rurale de Sir Wilfrid Laurier. Photo : Benoît Rochon