Saint-Barnabé

Paroisse de Saint-Barnabé

La paroisse de Saint-Barnabé (connue familièrement comme Saint-Barnabé-du-Nord pour la distinguer de la municipalité montérégienne de même nom), se déploie sur un territoire de 59 kilomètres carrés, dans la région administrative de la Mauricie (MRC de Maskinongé), au nord-ouest de Trois-Rivières. Constituée civilement le 1er juillet 1855, la municipalité compte 1200 résidents (il semblerait que leur gentilé est Barnabenoises et Barnabenois, mais on n’est pas sûr).

La municipalité possède autant de charme que de séduction, et la richesse de ses terres en fait un lieu propice à l’agriculture.

Historiquement, ses débuts se remontent à 1672. En effet, le 3 novembre 1672, une seigneurie qui couvre le territoire actuel de Saint-Barnabe est concédée à Pierre Boucher de Grosbois. En 1712, cette seigneurie est acquise par Louis Gastineau qui lui donne le nom de Gastineau. Le 25 avril 1832, la paroisse Saint-Barnabé est constituée canoniquement par détachement de la paroisse de Sainte-Anne-d’Yamachiche (son territoire couvre une partie de la seigneurie de Gastineau et du canton de Caxton). On l’appelle à l’époque Saint-Barnabé-de-Gastineau ou encore Saint-Barnabé-de-Gatineau. Vingt années plus tard, notamment en 1852, un bureau de poste sous le nom de Saint-Barnabé y est ouvert. Beaucoup plus tard, en 1911, ce bureau de poste prendra le nom de Saint-Barnabé-Nord.

Des attraits de la municipalité, mentionnons l’église Saint-Barnabé, d’une architecture moderniste, érigée en 1950.

St-Barnabé est située à environ 125 kilomètres de Montréal et un peu plus de 160 kilomètres de la ville de Québec. On accède au village en suivant la route 153 via route 138 ou autoroute de la Rive-Nord.

Historique de la municipalité de Saint-Barnabé

En 1832, était érigée canoniquement la paroisse de Saint-Barnabé, dont le territoire avait été détaché de celui de la paroisse de Sainte-Anne-d’Yamachiche, située plus au sud.

Étant donné que cet espace appartenait à la seigneurie Gastineau, concédée à Pierre Boucher de Boucherville par Talon en 1673 et vendue à Louis Gastineau en 1712, la nouvelle paroisse, territoire du fief Gastineau, était régulièrement identifiée comme Saint-Barnabé-de-Gastineau.

Cette paroisse, tout comme le bureau de poste créé en 1852, allait donner son nom à la municipalité de paroisse érigée en 1855, à quelques kilomètres au nord-est de Maskinongé en Mauricie.

Cependant, celle-ci avait déjà été créée comme municipalité de Gatineau en 1845, et abolie deux ans plus tard. La dénomination retenue évoque saint Barnabé, apôtre mort vers l’an 60, lapidé, suivant la tradition. Originaire de Chypre, celui qui répondait au nom de Joseph sera baptisé Barnabé par les disciples de Jésus. Il a œuvré à Chypre et en Asie Mineure, tout en prêchant avec saint Paul à Antioche, au début de son ministère. Sa fête liturgique est le 11 juin. Municipalité agricole dès sa création, qui remonte à 1800, Saint-Barnabé a longtemps répondu à la dénomination de Saint-Barnabé Nord, nom que le bureau de poste a pris à compter de 1911, afin d’éviter toute confusion avec l’autre Saint-Barnabé québécois, celui situé dans la région de Saint-Hyacinthe, et que l’on identifiait comme Saint-Barnabé Sud.

eglise st barnabe
Église de Saint-Barnabé. Photo : © Fondation du patrimoine religieux du Québec.

Laisser un commentaire