Histoire du Québec

Prévost

Ville de Prévost

Prévost est une ville assez grande au niveau du Québec qui appartient à la région administrative des Laurentides et fait partie de la MRC de La Rivière-du-Nord. La population de Prévost est d’environ 10 mille Prévostoises et Prévostois. La superficie occupée par la ville de Prévost est d’environ 35 kilomètres carrés. Située à 55 kilomètres au nord de Montréal, cette ville touristique des Laurentides, vous charmera par ses paysages montagneux et la beauté de la Rivière-du-Nord qui sillonne son territoire.

La ville de Prévost est renommée pour sa qualité de vie, offrant de nombreux avantages aux nouveaux résidents, c’est pourquoi Prévost est une ville choisie par plusieurs jeunes ménages comme nouveau lieu de résidence. D’abord, elle se trouve à proximité de grandes agglomérations urbaines et bénéficie d’un accès aux grands axes routiers. Ensuite, Prévost est connue pour ses sentiers, pistes cyclables, pistes de ski de fond, et enfin, pour ses paysages et sa nature sauvage.

Les premiers habitants s’y établissent en 1842. Ce sont des Irlandais, William Shaw et Martha Maria Matthews qui commencent à défricher ces terres. Une année plus tard, en 1843, une petite colonie irlandaise est déjà formée et un recensement révèle que la population de Mount Pleasant ou Shawbridge (tel est le nom de la ville à l’époque) a atteint les 50 âmes, en majorité d’expression anglo-protestante.

En 1861, une première école et l’église sont construites. En 1900, l’Usine Latour ouvre ses portes et l’année suivante, le téléphone fait son apparition à Shawbridge.

La municipalité de Shawbridge est constituée civilement le 27 avril 1909. Elle devient très vite l’un des plus fameux centre de ski en Amérique et vers 1920, Hermann Smith Johannsen, dit «Jack Rabbitt», trace la fameuse Maple Leaf, une piste de ski qui relie Shawbridge à Sainte-Agathe. Ensuite, Alex Foster y installe le premier remonte-pente mécanique en Amérique du Nord.

Dans les années trente, Shawbridge devient également un centre de villégiature estivale. Encore aujourd’hui, on trouve à Prévost des maisons de style victorien, des chalets et des pistes de ski de fond datant de cette époque.

En 1959, le premier tronçon de l’autoroute des Laurentides atteint Shawbridge.

Le 20 janvier 1973, la fusion des municipalités de Prévost, Shawbridge et Lesage a lieu. La nouvelle municipalité choisit le 15 octobre 1977 le nom de Prévost et le 8 mai 1999, Prévost acquiert le statut de ville.

Le Parc régional de la Rivière-du-Nord, le parc linéaire Le P’tit Train du Nord, avec sa gare centenaire et son accueil, ainsi que plusieurs circuits locaux ont été intégrés pour faciliter des randonnées pédestres, en vélo ou en ski de fond.

Des attraits de la ville soulignons une fois de plus l’importance de la Gare historique de Prévost, relais par excellence pour les cyclistes, les marcheurs et skieurs qui utilisent le parc Le P’tit Train du Nord et les sentiers de montagne.

La boutique Printemps gourmet est reconnue mondialement pour ses produits alimentaires.

La visite au célèbre marché aux puces Lesage complètera la visite. Le marché est situé au 2845, boulevard Labelle, au nord de Saint-Jérôme sur la route 117. Le site peut accueillir jusqu’à 300 commerçants extérieurs en saison estivale, en plus des 75 commerces intérieurs.

Historique de la municipalité de Prévost

Plusieurs membres de la famille Prévost ayant joué un rôle important dans les Basses-Laurentides, notamment à Saint-Jérôme, il apparaît normal que ce patronyme ait été retenu pour identifier une municipalité de village créée en 1927, dont le territoire longe la rivière du Nord, presque à mi-chemin de Saint-Jérôme et de Sainte-Adèle, au nord-ouest de Montréal.

Celle-ci devait toutefois fusionner à la municipalité du village de Shawbridge (1909) et à celle de Lesage (1948) pour devenir Shawbridge en 1973, nom qui rappelle l’un des premiers colons, irlandais d’origine, William Shaw (1805-1894) qui s’établit dans le canton d’Abercromby en 1847 et bâtit le premier pont sur la rivière du Nord. En 1977, après avoir écarté les suggestions de Rivière-du-Nord, Belvédère et Mirador, on modifiait cette appellation en Prévost.

Le bureau de poste a d’abord été identifié en 1860, sous la dénomination de Shawbridge, et ce, jusqu’en 1981. Un bureau de poste d’été, ouvert en 1923, portait, par ailleurs, le nom de Prévost. Certains estiment que l’on a voulu ainsi honorer Wilfrid Prévost (1832-1898), député de Deux-Montagnes à la Chambre des communes, conseiller législatif qui a longtemps pratiqué le droit à Saint-Jérôme, ou encore son fils Jean-Benoît-Berchmans Prévost (1870-1915), député provincial du comté de Terrebonne à l’Assemblée législative de 1900 à 1915 et ministre de la Colonisation, des Mines et des Pêcheries de 1905 à 1907.

On a également avancé l’hypothèse qu’il pourrait s’agir de Jules-Édouard Prévost (1871-1943), cousin du précédent, député fédéral de Terrebonne à Ottawa (1917-1930). En fait, c’est davantage la famille Prévost que l’on a désiré honorer plutôt que l’un de ses représentants en particulier.

Les pionniers prévostois s’installent dans la région en 1847 et font de leur municipalité l’une des premières stations de sports d’hiver des Laurentides. La première course de slalom s’y déroule en 1928. L’agriculture et l’industrie du bois sont les fondements de l’économie locale.

Prévost

Prévost. Gare de vélo Prévost (ancienne gare du Canadien Pacifique). Photo : Capbat