Histoire du Québec

Pourquoi Champlain s'établit à Québec

Pourquoi Samuel de Champlain s’établit à Québec

“Vous le savez, les hommes de France qui, les premiers, pénétrèrent dans le Saint-Laurent y furent attirés par la pêche et surtout par le désir d’y faire le commerce des fourrures. Champlain entra dans le Saint-Laurent avec l’intention de foncer une nation dans laquelle seraient perpétuées la langue, la religion et la civilisation de la France. C’est la mission qu’il se donna et la mission qu’il remplit.

“Il choisit le site ce Québec et le choisit avec connaissance de cause. Il était décide, comme il le dit lui-même, “de s’aller loger dans le fleuve Saint-Laurent,” parce que là plus que partout ailleurs, le commerce, le négoce et le trafic pouvaient se faire, montrant par là qu’il avait parfaitement reconnu l’importance commerciale de la route du Saint-Laurent. Il s’y décida aussi, parce que la plus qu’ailleurs la colonie pouvait être défendue et protégée, montrant par la qu’il avait parfaitement compris l’importance stratégique du Saint-Laurent. Il s’y décida enfin, parce qu’il espérait, en pénétrant toujours plus vers l’ouest, dans cette grande artère ouverte à travers le continent, qu’il finirait par tomber dans cette mer de l’ouest, qui attirait tous les explorateurs du seizième siècle, et par laquelle ils espéraient arriver à Cipangu et au Cathay, ces pays merveilleux qui alors éveillaient toutes les curiosités des explorateurs. Il s’y décida parce qu’il savait qu’il y avait là de la place pour une grande nation agricole et enfin, par l’attirance que la forte nature de ce pays exerçait sur sa propre nature.”

Nombreuses épreuves

La ville de Québec prenait naissance, mais de nombreuses épreuves devaient fondre sur la jeune colonie. Ce fut d’abord la dysenterie et le scorbut qui l’assaillirent. Des intrigues de toutes sortes divalent aussi entraver son essor.

La férocité des Iroquois et les rigueurs du climat auquel il fallait s’adapter furent aussi la source de très sérieuses difficultés. Champlain dirigea personnellement ces Tombais victorieux contre les Iroquois. Il fut même blessé par des fléchés Indigènes.

La plus cruelle de toutes les épreuves qui frappèrent la colonie fut a coup sur la reddition aux mains des frères Kirke le 20 juillet 1629. Une poignée de colons devaient toutefois rester attachés au sol de la Nouvelle-France sur la recommandation de Champlain.

Dans l’automne suivant, Charles I restituait à la France le fort et l’habitation de Québec. Champlain revint a Québec le 23 mai 1633 avec le titre ne gouverneur de la Nouvelle-France. Ce devait être le début d’un mouvement intense de colonisation et d’un regain de vie religieuse. À l’instigation de Champlain, des missionnaires plus nombreux vinrent au Canada et se fixèrent au milieu des tribus huronnes.

L’oeuvre du Père de la Nouvelle-France était désormais assise sur des bases solides et promise à un glorieux avenir.

Champlain avait épousé Helene Boullé y 27 décembre 1610. Celle-ci émit la fille de Nicolas Boulle, secrétaire de la Chambre du roi. Mais ce n’est qu’en 1620 qu’il eut la consolation de pouvoir l’emmener avec lui au Canada, la colonie n’offrant pas jusque là des conditions de sécurité suffisantes.

Madame de Champlain devint l’hôtesse de la modeste habitation de la basse-ville.

Elle consacrait beaucoup de temps a l’étude de la langue algonquine et enseignait le catéchisme aux petits sauvages. Elle conquit rapidement l’affection de ces barbares. Madame de Champlain retourna dans son pays après un séjour de quatre années au Canada. Elle se fit religieuse à Meaux après la mort de son époux.

Voir aussi :

Érables du Québec. Photo d'Anatoly Vorobyev.
Érables du Québec. Photo d’Anatoly Vorobyev.