Notre-Dame-du-Nord

Municipalité de Notre-Dame-du-Nord

La municipalité de Notre-Dame-du-Nord dans la région administrative de l’Abitibi-Témiscamingue est peuplée par environ 1100 Notre-Damiennes et Notre-Damiens. Elle fut constituée en septembre 1919. La municipalité occupe une superficie de plus de 103 kilomètres carrés et appartient à la municipalité régionale de comté de Témiscamingue, se situant à l’endroit de confluence de la rivière des Quinze et du lac Témiscamingue, à la frontière de l’Ontario.

Notre-Dame-du-Nord occupe une position avantageuse à la croisée des routes qui relient Rouyn-Noranda, l’Ontario et le centre du Témiscamingue (Ville-Marie). Remarquons que la proximité de l’Ontario qui se trouve à moins de 2 kilomètres du village, est un atout important pour les entreprise qui désirent s’établir à Notre-Dame-du-Nord.

Le village fut fondé par des colons d’origine écossaise, irlandaise, ainsi que par des Canadiens français, mais on sait que M. Augus McBride, un métis, fut le premier colon à s’établir à Notre-Dame-du-Nord et à y défricher des terres vers la fin du XIXe siècle.

Les industries manufacturières et agroalimentaires sont les principaux pôles d’activité économique de cette municipalité familièrement appelée « le Nord ».

De nos jours, Notre-Dame-du-Nord est connue pour sa marina municipale et son quai public, pour l’Église de Saint-Joseph, pour le barrage historique Première-Chute et pour son Centre thématique fossilifère d’importance provinciale (le Centre thématique fossilifère propose des safaris-fossiles – excursions par la route où la cueillette limitée de fossiles est permise. On y apprend ensuite à identifier et à dégager les fossiles dans l’atelier). Toutefois, l’attrait majeur de la municipalité est son Festival Rodéo du Camion, un événement d’envergure qui rassemble annuellement des dizaines de milliers de spectateurs, provenant de tout le Canada et des États-Unis.

D’ailleurs, la municipalité de Notre-Dame-du-Nord a été la première communauté témiscamienne à intégrer le Réseau québécois de Villes et Villages en Santé.

Les résidents de Notre-Dame-du-Nord s’occupent d’agriculture, elle y est développée grâce à des terres riches et argileuses. Aujourd’hui, les terres agricoles représentent environ 65% du total du territoire de la municipalité.

On y retrouve en bordure du lac une promenade éclairée et une marina qui fait partie de la voie navigable de la rivière des Outaouais qui prend d’ailleurs naissance à Notre-Dame-du-Nord.

Au 56-A, route 101, on retrouve Saugeeng Algonquin Handicrafts. Le peuple algonquin est de nature pacifique et artistique. Aujourd’hui, comme jadis, les vêtements, outils et objets d’artisanat sont confectionnés avec soin et grande minutie. Les procédés ont peu changé au cours des siècles. Les Algonquins ont troqué les aiguilles d’os pour celles de métal, mais les matériaux et les méthodes sont restés les mêmes. À la boutique, en plus de vous offrir une vaste gamme d’œuvres artisanales confectionnées à la main à partir de matériaux authentiques, vous pourrez observer les artisans à l’œuvre et ils vous feront partager leur passion et leurs secrets.

Historique de Notre-Dame-du-Nord

C’est sous l’appellation de municipalité du canton de Nedelec-Partie-Sud, érigée en 1919, que cette municipalité est d’abord connue ; tirée de la dénomination du canton où elle se situe, elle rappelle le père oblat Jean-Marie Nédélec (1834-1896), missionnaire au Témiscamingue. En 1928, elle recevait son nom actuel qui marque son implantation au nord-est du lac Témiscamingue. Au cours de son histoire, Notre-Dame-du-Nord a porté les appellations successives de : Fête-du-Lac (en raison de sa position à la tête du lac Témiscamingue) ; Pointe à Polson en 1858 (famille amérindienne qui s’y est installée à ce moment) ; Murray City en 1862 (Thomas Murray de Pembroke (Ontario) qui y fait couper du bois), nom du bureau de poste entre 1906 et 1907 ; North Temiscaming ou Timiscaming/Nord-Témiscamingue à la fin du XIXe siècle (allusion à la situation du village au nord du lac Témiscamingue).

En 1895, la mission installée sur la rive nord des rapides des Quinze devient paroisse sous le nom de Notre-Dame-du-Nord, lequel sera retenu pour la municipalité trente ans plus tard. La localité est implantée sur la rive droite des rapides des Quinze avant qu’ils atteignent la baie Paulson du lac Témiscamingue, à 100 km au sud-ouest de Rouyn-Noranda et à environ 38 km au nord de Ville-Marie. Le premier noyau de Notre-Damiens, quelques familles seulement, s’est établi à l’emplacement de l’établissement amérindien actuel, faisant de l’endroit l’un des plus anciens centres peuplés du Témiscamingue.

Notre-Dame-du-Nord
Vue aérienne de Notre-Dame-du-Nord. Source de la photographie : Site Web de Notre-Dame-du-Nord.

Laisser un commentaire