Histoire du Québec

New Richmond

Ville de New Richmond

La ville de New Richmond fait partie de la municipalité régionale de comté de Bonaventure, dans la région administrative de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, sur la côte sud de la Gaspésie. Elle regroupe près de 4 mille New-Richmondoises et New-Richmondois et sa superficie totale atteint 169 kilomètres carrés.

L’histoire de New-Richmond débute vers 1761, avec l’arrivée d’un groupe d’environ 40 Acadiens expulsés de leurs terres. Cependant, ce sont des Loyalistes britanniques originaires des États-Unis qui fondent le village en 1784. Ce village porte le nom de Cascapédia jusqu’en 1921. Ensuite, il prend le nom de Saints-Anges de New Richmond.

Au fait, le nom Cascapédia est une modification du mot micmac «Gaskapédiak » qui signifie quelque chose comme « rivière au courant très violent ». Le nom de New Richmond aurait été choisi par les résidents en l’honneur d’une ville de Grande-Bretagne et la partie New a été ajoutée pour la différencier de la ville de Richmond en Estrie.

Le premier moulin à scie y est construit vers 1833 par un Écossais du nom de William Cuthbert. Le deuxième moulin est érigé en 1846. Au même moment, on y ouvre un chantier naval.

Au XIXe siècle, Cascapédia était l’une de plus grandes municipalités de la région de la Baie-des-Chaleurs. En effet, vers la fin du siècle, on y comptait plus de 2000 résidents.

La municipalité conservait pourtant son caractère rural et ce n’est qu’en 1962 qu’une première grande industrie moderne, une usine de sciage ouvre ses portes. En 1965, on y voit une usine de carton d’emballage de la Consolidated Bathurst inc. qui emploie près de 450 travailleurs. Cette usine a existé sous le nom de la Stone Consolidated inc., une usine de la papeterie Kraft. Elle a fermé ses portes en 2004 et son demantellement quazi-complet a pris fin a l’été 2012.

En 1969, New Richmond acquiert le statut de ville.

Aujourd’hui, la ville de New Richmond compte environ 275 commerces et industries de tous genres, ainsi qu’un aréna, une piscine couverte et une salle de spectacles. La ville se divise en trois secteurs, soit New Richmond station, le hameau New Richmond Centre et le hameau New Richmond Ouest.

À New Richmond, on trouve plusieurs services gouvernementaux au niveau fédéral et provincial, telles que la Commission de la santé et de la sécurité du travail, le Développement des ressources humaines Canada, la Sûreté du Québec et une bibliothèque publique.

On trouve à proximité de New Richmond les stations de ski Pin Rouge et Saint-Edgar. Deux rivières à saumon, soit la Grande et la Petite Cascapédia sont très réputées dans le Canada et les États-Unis auprès des pêcheurs. Les sports aquatiques sont très développés, une école de planche à voile s’y trouve, ainsi qu’une marina.

(source des informations de cet article: «Histoire de New Richmond», de Jean-Marie Jobin).

Historique de la ville de New Richmond

Ce nom de lieu figure déjà sous la forme de Richmond sur les cartes de Bouchette de 1815 et de 1831, et sous celui de New Richmond sur celles de Russell qui remontent respectivement à 1847 et à 1861.

Cependant, dès le XVIIIe siècle, le territoire recevait ses premiers pionniers, des Acadiens, arrivés en 1756, suivis par des Loyalistes fidèles à la couronne britannique, à compter de 1784. Ce n’est toutefois qu’aux premières années du XIXe siècle que le village connaîtra ses véritables débuts, grâce à l’initiative de William Cuthbert (1795-1854) qui y construit en 1833 un important moulin à scie, à l’embouchure de la Petite Rivière Cascapédia.

Tour à tour s’implantent la St. Andrew’s United Church en 1839 et la paroisse de Saints-Anges-Gardiens-de-Cascapédia érigée canoniquement en 1860. New Richmond identifie d’abord un canton proclamé en 1842, puis une municipalité de canton érigée en 1845 et rétablie en 1855, laquelle allait obtenir son statut actuel de ville en 1969, le premier octroyé à une municipalité de la baie des Chaleurs.

Attribué par des anglophones qui s’y sont établis en grand nombre, on a avancé que ce nom rappelle le souvenir de Charles Lennox, 4e duc de Wellington, vainqueur de Napoléon à Waterloo, et gouverneur en chef de l’Amérique du Nord britannique (1818-1819). Toutefois puisque le canton est arpenté en 1786, cette explication se révèle tout à fait irrecevable. Il faut plutôt y voir soit un emprunt à la toponymie anglaise du Surrey ou à celle des colonies américaines de l’époque.

Érigée à l’embouchure de la Petite rivière Cascapédia, entre Bonaventure et Maria, la ville donne sur la baie des Chaleurs et est entourée d’un territoire aux rivières poissonneuses et aux forêts giboyeuses. Elle constitue, de plus, la porte d’entrée de la région minière des Chic-Chocs qui s’étend de New Richmond à Sainte-Anne-des-Monts. Le paysage new-richmondois rappelle certains endroits de l’Écosse, lieu d’origine de maints pionniers. En effet, l’implantation des habitations en retrait, loin de la route, les fermes disséminées à flancs de coteaux, les allées parées de grands arbres et le foisonnement de la verdure véhiculent un air écossais au sein d’un territoire jadis identifié par les Micmacs comme Gesgapegiag, rivière formant une large nappe d’eau, dont le courant dévient insensible ; forts courants, caractéristiques que présentent encore les rivières locales et la baie de Cascapédia.

New Richmond

New Richmond. Photo : Site Web de la ville de New Richmond.