Histoire du Québec

Nédélec

Municipalité de Nédélec

Nédélec est une municipalité de la région administrative de l’Abitibi-Témiscamingue. Elle occupe une superficie de plus de 373 kilomètres carrés dans le secteur nord de la MRC de Témiscamingue. Environ 400 Nédélecoises et Nédélecois y habitent.

Le territoire de Nédélec commence à être exploité dès la fin du XIXe siècle, quand la Colonial Lumber Company y entreprend la coupe du bois. Les premières familles s’y installent et la paroisse de Saint-Louis-de-Nédélec est fondée en 1914. Le canton de Nédélec est proclamé en 1919.

Le nom de la municipalité a été choisi en l’honneur du père Jean-Marie Nédélec, missionnaire oblat qui a évangélisé les Algonquins du lac Témiscamingue vers la moitié du XIXe siècle.

La municipalité se développe mais, en 1922, un incendie détruit une bonne partie du village.

Aujourd’hui, la plupart des résidents sont agriculteurs.

Parmi les attraits touristiques de Nédélec, on peut citer le centre d’interprétation de la nature Becs et Jardins, réalisé par l’organisme Sentier Urbain, et le Sentier écologique d’interprétation et d’hébertisme du Témiscamingue.

Ce sentier écologique traverse le territoire de la municipalité et les visiteurs peuvent découvrir les secrets des herbes par le biais d’une randonnée, guidés par des panneaux d’interprétation. Les touristes seront séduits par la flore d’une variété incroyable qu’ils pourront admirer tout au long du parcours. D’ailleurs, on y peut démontrer ses habilités en défiant les obstacles de la piste d’hébertisme et profiter ensuite d’une pause bien méritée dans l’aire de pique-nique ou prendre quelques photos à partir d’une passerelle surplombant un plan d’eau. Ce sentier est accessible du printemps à l’automne.

Quant au Centre d’interprétation Bec et Jardins, situé à la sortie sud de Nédélec, en bordure de la route 101, il offre, depuis 1993, des activités d’animation, de sensibilisation et d’éducation en environnement. Les amateurs d’ornithologie peuvent y observer plusieurs espèces d’oiseaux.

Deux forêts importantes se trouvent sur le territoire de Nédélec, soit l’érablière à bouleau jaune et la sapinière à bouleau jaune (la sapinière à bouleau jaune, par exemple, est définie comme étant un domaine bioclimatique, c’est-à-dire un territoire caractéristique par la nature de sa végétation).

Le 7 octobre 1995, le Territoire Non Organisé de Roulier a été annexé à la municipalité.

On accède à Nédélec par la route 101.

Historique de la Municipalité de Nédélec

Reconnus administrativement tous deux en 1909, le canton et la municipalité du canton de Nédélec portent le nom du père oblat Jean-Marie Nédélec (1834-1896. Forme anciennement orthographiée Nédelec par suite de la présence de quelques attestations lors de la proclamation à la Gazette officielle, elle est rectifiée pour celle de Nédélec dans les noms de lieux officiels en 1985.

Le père Nédélec a d’abord évangélisé les Algonquins du lac Témiscamingue et du lac Abitibi de 1867 à 1869 et de 1892 à 1896. Arrivé au Canada en 1863, il a effectué avec héroïsme les pénibles missions de la Baie-James à pas moins de 21 reprises, ce qui lui a valu le surnom de Petit Zouave du Bon Dieu de la part de l’archevêque de Québec, alors que les Amérindiens l’appelaient « celui qui est brûlé (par le soleil) ».

Situé à 80 km au sud-ouest de Rouyn-Noranda, au nord de Notre-Dame-du-Nord, Nédélec reçoit son premier défricheur en 1909, un cultivateur originaire de Grand-Mère. Cependant, dès 1895, on y retrouvait un magasin général alimentant les nombreux chantiers forestiers de l’époque, plus au nord. En 1914, la paroisse de Saint-Louis-de-Nédélec était fondée.

La profusion des lacs sur tout son territoire de même que celle des orignaux et des castors font de Nédélec un endroit de prédilection pour les amateurs de pêche et de chasse.

Logo de Nédélec

Logo de Nédélec.