Histoire du Québec

Naissance de Québec

Naissance de la ville de Québec

Samuel de Champlain fut licencie de l’armée après avoir consacre une grande partie de sa jeunesse au service d’une noble et sainte cause. La vie militaire n’avait toutefois pas éteint en lui sont attrait pour la mer.

Une occasion heureuse allait aussitôt s’offrir à lui de compléter son apprentissage au métier de marin. Il eut en effet l’avantage d’accompagner son oncle, le capitaine Provençal, un excellent marinier français, qui avait reçu mission rie rapatrier des garnisons espagnoles après le traité de Vervins. Le capitaine Provençal était alors pilote général des armées de mer du roi d’Espagne.

Cette mission accomplie, Champlain accepta la charge d’un navire pour un voyage aux Indes Occidentales et en la Nouvelle-Espagne. Le jeune capitaine fit voile vers l’Amérique latine au début de janvier 1590. Ce fut pour lui l’occasion de s’affirmer comme un observateur scrupuleux et intelligent. il devait rapporter de cette expédition une abondante documentation qui, espérait-il, pourrait être utilisée plus tard au bénéfice de ses compatriotes. Il en revint en mars 1601.

En Nouvelle France

Le rapport, très détaillé et rédigé avec un soin scrupuleux que lui fit Champlain de sa mission en Amérique, plût au roi Henri IV au point que celui- ci lui accorda une pension et le nomma son géographe.

Bien plus, le souverain autorisait bientôt ce marin qui avait su gagner sa confiance à participer à une expédition au Canada, sous la direction de M. de Pont-Gravé. La mission s’embarqua à Honneur le 15 avril 1603 pour fouler le sol canadien à, Tadoussac après avoir essuyé une rude tempête en mer. Le voyage avait duré un mots et neuf jours. Après avoir pris trois semaines a visiter la région, Pont-Gravé et Champlain poursuivirent leurs explorations dans la Gaspésie, la baie des Chaleurs, la côte du Nouveau Brunswick, le Cap Breton, l’Acadie et la baie Française.

Ils recueillirent des renseignements précieux qu’ils rapportèrent au roi à la fin d’août suivant. En arrivant en France. Pont-Gravé et Champlain devaient apprendre avec un amer regret, la mort du commandeur de Chastes qui avait patronné leur expédition et qui rêvait sérieusement à la colonisation de la Nouvelle-France. Pierre du Guaste, sieur de Monts, lui succéda et reçut, le titre de lieutenant général de l’Acadie.

Le futur fondateur de Québec était la aussi pour encourager le roi à ne pas renoncer au projet de colonisation. En mettant le pied sur le sol de sa patrie, il produisit au souverain une carte minutieusement dresser, décrivant les lieux, les ressources et le climat et soulignant aussi l’accueil sympathique des Indiens Le roi se montra très satisfait des observations de son géographe et lui promit de favoriser dans toute mesure du possible l’oeuvre projetée.

Au printemps de 1604. Pont-Gravé et Champlain partaient pour l’Acadie sous la direction du commandeur de Monts. Après un examen attentif des lieux, on décida de se fixer pour l’hiver sur une île a laquelle M de Monts donna le nom de Sainte-Croix. La colonie fut décimée par le scorbut au cours de la saison froide. Sur 79 personnes, 35 furent victimes du terrible mal Cette cruelle expérience contraignit la colonie a rechercher un lieu plus favorable pour le prochain hivernement.

On choisit Port-Royal, future capitale de l’Acadie M. de Monts partit pour la France, laissant, le commandement du fort à Pont-Gravé. Il ne restait plus que 40 à 45 personnes à Port-Royal. Et encore le scorbut devait faire douze nouvelles victimes au cours de l’hiver suivant.

Naissance de Québec

Après deux autres voyages en France en 1606 et en 1607 pour déjouer des intrigues et surmonter des difficultés quasi inextricables, Champlain était nommé le lieutenant de M. de Monts pour commander une expédition à Québec.

Samuel de Champlain quitta le port de Honfleur le 13 avril 1608 sur le “Don-de-Dieu” que pilotait Henry Couillard Au nombre de ses compagnons, on relève les noms de Nicolas Marsolet, Étienne Brûle, Bonnerme, chirurgien, Jean Duval, Antoine Natel et La Taille.

Le 3 juillet suivant, la petite troupe débarquait à Québec après une nouvelle série d’explorations qui duraient depuis le 30 mai. Champlain choisit pour le site de l’habitation le heu désigné par les sauvages sous le nom de pointe de Québec.

Il fit abattre un petit carré d’arbres, puis creuser une cave et ries fosses. L’habitation se dressa bientôt avec, ses trois quarts de logis a deux étages. On construisit aussi un magasin assez vaste pour abriter les provisions et l’outillage.

Dans le choix du site de sa ville. Champlain avait avant tout recherché un endroit éventuel naturellement fortifié dans lequel il serait facile de se protéger contre un ennemi éventuel.

Ses premiers adversaires ne devaient pas être des aborigènes, mats bien plutôt des Français. Des membres de son équipage, sous des prétextes non fondés, tramèrent de l’assassiner malgré ses bonnes dispositions à leur endroit.

Mais le complot fut heureusement éventé et la paix fut vite rétablie dans la petite famille coloniale.

Québec en automne. Photo d'Anatoly Vorabyev.
Québec en automne. Photo d’Anatoly Vorabyev.