Le monde du crime en mai 1930

Chronique criminelle. Le monde du crime en mai 1930

Rixe sanglante entre apaches Deux bandits s’affrontent à coups de revolver dans un bar

3 mai 1930 : Nice. Une scène tragique s’est déroulée dans un bar de la vieille ville. Les trois frères Magrino étaient depuis longtemps en inimitié avec un certain Mathieu Papa, 26 ans, repris de justice.

Celui-ci avait, en novembre dernier, tiré sans avoir été aucunement provoqué un coup de feu sur un des frères Magrino justement dans le même bar et avait été condamné à la prison. Il venait d’être libéré récemment. Or, les trois frères Magrino – consommaient tranquillement lorsque Papa fit son entrée avec sept autres individus parmi lesquels un certain Antonio dit le « Calabris » et Depugia, beau-frère de Papa.

La patronne du bar ne présageant rien de bon de ce voisinage conseilla aux frères Magrino d’aller finir leurs consommations dans une salle voisine. Ceux-ci dirent qu’ils ne bougeraient pas. Alors la bande de Papa se leva, traversa lentement la salle. Puis près de la porte, les huit individus se retournèrent brusquement. Ce fut une véritable fusillade. Les trois frères Magrino portent de nombreuses blessures. Deux d’entre eux sont très gravement atteints. Les coupables sont en fuite.

Bing Anderson sera pendu.

4 mai 1930. Emmett Sioane alias « Bing » Anderson sera pendu à Sydney, Nouvelle-Écosse, mardi, 20 mai 1930, le ministère de la justice étant refusé sa demande de commutation de sentence.

On pend un meurtrier à San Quentin, en Californie. Armando Boltares, bandit mexicain, âgé de 26 ans, a été pendu dans la cour de la prison de San Quentin, pour un crime atroce. Il avait assassiné froidement une famille de cinq personnes l’hiver dernier. Il est mort avec calme et sans dire un mot. Le cœur a cessé de battre 16 minutes après l’ouverture de la trappe.

Il se suicide sans réussir son double meurtre. Raymond Hotmann, âgé de 26 ans, résident à Passaie, New Jersey, décida d’assassiner son beau-père et sa belle-sœur. Il se rendit de New-York à Boston en avion. Dès son arrivée ici, il courut chez son beau-père et lui tira un coup de revolver, mais sans l’atteindre. Cerné par la police, il tourna son arme contre lui-même et s’infligea une blessure mortelle à la poitrine. Il est mort à l’hôpital quelques heures après.

Vrais coupables qui sont envoyés au pénitencier

Les deux innocents seront libérés aussitôt que possible

9 mai 1930 : Ottawa. Le juge Daly a con damné aujourd’hui à deux ans de pénitencier chacun, Eugène Barnabé et Duncan Larocque, qui se sont avoués coupables sur l’accusation du vol de $260, à la pointe du revolver, sur la personne de James Simpson.

Lionel Fontaine et Ernest Laçasse ont déjà été condamnés à deux et quatre ans de pénitencier respectivement sur cette accusation, pour un crime qu’ils n’avaient pas commis. Ces deux derniers avaient été trouvés coupable» d’avoir attaqué Simpson, laitier, principalement sur l’identification que la victime du vol avait faite des deux innocents. L’avocat des deux innocents a déclaré qu’il demanderait un nouveau procès pour ses clients, car c’est, dit-il, la seule manière de faire disparaitre la tache infligée à leur nom, par leur séjour en prison. Un pardon n’aurait pas le même effet. Le vol à main armée en question s’est produit en novembre dernier.

Ravages des bandits et communistes

10 mai : Shanghai. Les journaux ont publié aujourd’hui des chiffres au sujet des massacres faits par les bandits et les communistes dans la province d’Homan. Les brigands ont dévasté une région très étendue au sud de Haifeng et un autre district à l’ouest de Cheng-Chow. 600 villages ont été détruits.

Seize mille personnes, en tout, ont été tuées par les bandits, et un grand nombre ont été amenés en captivité. Ceux qui ne pouvaient suivre la marche des bandits, tels que les vieillards et les enfants, étaient massacrés sans pitié. L’incendie des villages se propage» durant quatre jours, et était visible de plusieurs milles.

Escroc qui vient de mourir au Mexique

10 mai 1930 : Stratford, Ontario. Les autorités britanniques de Mexico ont pris sous leurs soins le cadavre que l’on croit être celui de Tom Brown, ancien maître et avocat en vedette de Stratford. Brown était disparu depuis la veille du Jour de l’An de l’année dernière, et l’on avait émis des mandats d’arrestation contre lui, pour vol au montant de $200,000. Cet argent lui avait té confié par des clients. L’homme en question est mort de syncope jeudi dernier. Les parents de Brown sont à Toronto, actuellement.

Arrestation de quatre voleurs

11 mai 1930 : Quatre individus ont été arrêtés, hier après-midi, alors qu’ils pratiquaient un vol sur la personne. Les sergents – détectives L. Blanchette, et Nantel, du bureau local des détectives, ont procédé à l’arrestation.

Les détectives prétendent avoir vu les individus opérant sur la Place d’Armes et ils ont porté une accusation de vol sur la personne contre les individus qui comparaîtront devant le juge ce matin.

L’espion russe condamné

11 mai 1930 : Bucarest. L’ancien chef de la police roumaine, Tibescu, a été condamné aujourd’hui à dix ans d’emprisonnement et à une amende de cent mille li (environ $500), après qu’il eût plaidé coupable à l’accusation d’espionnage pour le compte de la Russie soviétique. Sa femme a été condamnée à cinq ans de prison et trois courriers roumains dressés par Tibescu ont reçu une sentence de cinq ans chacun.

Jeune livreur attaqué par deux inconnus.

11 mai 1930 : Ils se ruent sur lui dans l’obscurité et lui volent 40 dollars. Dents brisés.

Alors qu’il livrait une commande d’épiceries à minuit 45, dimanche matin, au #231, rue Bellechasse, Raoul Charlebois, 6364 rue Drolet, pénétra dans la maison après avoir sonné la cloche. L’intérieur était, toutefois, dans l’obscurité et en entrant, deux hommes se ruèrent sur lui. On lui brisa les dents et le soulagea de la somme de $40 qu’il avait sur lui. Le bureau de la sûreté a été notifié et des recherches sont faites.

Le capitaine Tourville apprit que Charlebois était à l’emploi de G. – H. Granges, 226 rue Beaubien est, comme commissionnaire.

Il attendit quelques minutes après avoir sonné. Finalement, la porte s’ouvrit et on lui dit d’entrer. Quand Charlevois fut rendu au haut de l’escalier, il s’aperçut que la maison était dans l’obscurité. Il raconta à la police qu’il fut tiré à l’intérieur et reçut immédiatement un coup sur la mâchoire qui lui brisa les dents. Il ne peut donner de description des deux hommes, mais affirma qu’il avait été volé de son argent. Les détectives s’attendant d’opérer une arrestation bientôt.

Deux hommes attaqués et battus

Un étranger dont on recherche la trace frappe les victimes à coups de marteau en automobile

11 mai 1930 : Deux hommes, Sinco Landilaus, âgé de 20 ans, demeurant au #3623, avenue de l’hôtel de ville, et Laslo Lukas, âgé de 21 ans et dont on ne sait pas l’adresse, furent affreusement battus et soulagés de leur argent, samedi matin à 3 heures. Ils furent transportés à l’Hôpital Général. Leur état, cependant, n’inspire aucune crainte. Ce sont les victimes elles-mêmes que murent au fait le chef des détectives Tourville et les sergents détectives Therrien, Francœur et Prysky.

Police de Montréal
Police de Montréal. Photo de Megan Jorgensen.

Laisser un commentaire

Exit mobile version