Le budget Dunning

Le budget Dunning mis à la portée de tout le monde

Ottawa. 3 mai 1930 — Certains journaux ont consacré 9 et 10 pages au budget de M. Dunning. Il est possible de tout condenser en quelques lignes

  1. La taxe des ventes de 2 sous par piastre est diminué à 1 sou.
  2. L’impôt payable par ceux qui ont de gros revenus est diminué dans je cas de dons aux institutions, aux églises et aux écoles; il est maintenant payable par les fonctionnaires et directeurs de compagnies canadiennes, même par ceux qui demeurent à l’étranger.
  3. Les taxes sont complètement enlevées sur 598 articles que nous pouvons acheter en Angleterre. Il y a une disposition de la Loi du budget qui permet d’imposer des taxes aussi élevées sur les produits venant des États-Unis et de tout autre pays, — que les taxes que ces pays pourraient imposer sur les produits et marchandises venant du Canada. C’est dire que si certains pays veulent accepter nos marchandises sans imposer de droits, nous faisons la même chose. Si d’autres pars veulent fermer les portes à nos produits en imposant des droits élevés, nous faisons la même chose.
  4. Les produits américains entrent librement au Canada jusqu’à nouvel ordre. Si les États-Unis modifient les droits de douanes sur les fruits, les légumes, les produits de la terre, nous en faisons autant. S’ils ne font rien, nos maraichers ne sont pas protégés contre les produits
    américains.
  5. Le beurre de la Nouvelle-Zélande ne paie qu’un sou de droits en entrant au Canada. Le traité actuel reste en vigueur jusqu’au 12 octobre de l’année 1830. Après cette date le beurre de la Nouvelle-Zélande sera sujet à un droit de 4 sous la livre.

La liste des item était de 598 articlos. M. Dunning la porte à 1187 item ou articles. C’est un changement considérable, au point de vue technique.

Il est à noter que le budget n’est pas comme une autre loi. Une fois déposé, il entre en vigueur immédiatement. Tous les percepteurs des douanes du Canada, pas moins de 500, ont reçu instruction d’évaluer les marchandises qui entrent depuis le 1er mai, à 3 heures de l’après-midi et à l’avenir, sur la base des listes tarifaires présentées par M. Dunning au Parlement, jeudi après-midi.

Les fermiers-Unis de la Saskatchewan protostent, disant que ce budget et les nombreuses modifications qu’il comporte ne leur sont pas acceptables.

Les grandes industries du colon, de la soie, de la laine et autres entreprises importantes du centre du Canada se demandent comment elles vont pouvoir conserver leur marché devant les faveur, les avantages immenses de l’entrée libre de tous ces produits venant d’Angleterre, sans qu’ils soient sujets à la moindre taxe.

Devant une telle situation, il y en a qui persistent à croire que Mackenzie King fera des élections générales dès cet automne. D’autres sont d’avis qu’il fera adopter tout de même ce budget, qu’il ira à la conférence de Londres, offrira au premier ministre anglais son projet de préférence britannique et ne fera des élections générales que pendant l’année 1931.

Le débat sur le budget reprendra probablement lundi, ou peut-être seulement mardi lorsque l’hon. M Bennett, après avoir entendu les avis de ses experts et reçu les conseils de ses chefs dans toutes los provinces exprimera l’opinion conservatrice officielle.

Les enthousiastes veulent que ce soit un “budget d’élections”.

Les gens avertis prétendent que ce n’est “qu’un budget pour aller à Londres cet automne”.

Les cinq plus vieux sénateurs canadiens

Ce sont les honorables Daniels, Béique et Lavergne, nés en 1845; l’honorable John McLean, né en 1846, et sir George Foster, né en 1847,

Les candidats probables :

La physionomie du Sénat change rapidement. Il y a deux semaines s’éteignait paisiblement le doyen, l’honorable Casimir Dessaulles à l’âge de 102 ans et six mois.

Une dépéche apprit la mort soudaine de l’honorable Hewitt Bostock, président du Sénat depuis 1922, à l’âge de 65 ans seulement.

LES DOYENS ACTUELS

La Chambre Haute compte encore quelques personnalités très en vue, alertes de corps et d’esprit, — des hommes dans les quatre-vingts ans avancés. Ce sont les sénateurs Daniels, né en janvier 1845; F. L. Béique, né en mai 1845, et Louis LaVergne, né en décembre 1845. Ils ont tous quatre-vingts ans.

Le sénateur McLean est né en septembre 1848, et sir Geo. E. Foster est né en 1847. Tous sont assidus aux libérations de la Chambre Haute et en bonne santé, à l’exception du sénateur LaVergne qui est impotent depuis quelques années, mais se rend tout de même au Sénat, dans une chaise roulante.

SEPT VACANCES AU SENAT

Les vacances au Sénat sont au nombre de 7 et se répartissent comme suit par province: Colombie Britannique – 1; Ontario – 1; 5 dans Québec, par suite de la mort des sénateurs suivants qui n’ont jamais été remplacés, mais qui le seront sans doute d’ici à la veille des élections générales: Gustave Boyer, L.O. David, M.K. Laflamme, Cloran er Casimir Dessaulles.

LES CANDIDATS PROBABLES

On mentionne comme candidats de la province de Québec aux vacances du Sénat: MM. Jules – Édouard Prévost, E. W. Tobin, l’honorable P R. du Tremblay, l’honorable Rodolphe Lemieux et un ministre actuel du gouvernement King qui passerait à la Chambre Haute avant les élections.

Rivière des Outaoauis
Vue sur la rivière des Outaouais depuis une tour de la ville d’Ottawa. Crédit photo : Andrijko.

Laisser un commentaire