Histoire du Québec

La Minerve

Municipalité de La Minerve

La Municipalité de La Minerve, constituée le 30 décembre 1892, de par ses points de vue magnifiques que l’on estime être parmi les plus beaux des Laurentides, vous séduira à bien des égards. Située à quelques kilomètres au nord de Labelle, La Minerve regroupe environ 1300 Minervoises et Minervois et se déploie sur un territoire vaste de 298 kilomètres carrés. La municipalité fait partie de la municipalité régionale de comté des Les Laurentides.

Le nom de La Minerve rappelle le journal La Minerve fondé en 1826 par Augustin-Norbert Morin, puis acheté en 1827 par Ludger Duvernay.

La Minerve doit sa naissance au célèbre curé Labelle, l’apôtre de la colonisation du nord du Québec. En effet, en 1878, au retour d’un de ses nombreux voyages dans le cadre de la colonisation, Joseph – Antoine Labelle écrivait à Mgr Duhamel un compte-rendu de son expédition : «J’ai placé quatre églises en haut de Clyde. La première a la Chute aux Iroquois près d’un magnifique pouvoir d’eau… j’ai placé la seconde près de la Ferme du Milieu (L`Annonciation) et la troisième près de la Ferme d’en Haut (L`Ascension) et la quatrième à la tête du grand Lac Maskinongé (Lac Labelle) entre le lac aux Sables et les Îles de la Nation (Canton La Minerve)». Ce document nous indique de façon précise les origines des paroisses de la région.

Selon le site Web de la municipalité de La Minerve, le journal La Minerve publiait, le 30 janvier 1886, le texte suivant :

” De la Chute aux Iroquois, on peut se diriger par un bon chemin jusqu’au Canton Minerve, où l’on compte plusieurs habitants et où la chapelle, le moulin à scie doivent se construire prochainement. Le site du village est admirable. À deux milles plus loin, en face du Lac Désert, on trouve le Lac Chapleau, un des plus beaux lacs de cette région. On y voit une belle île de 3200 acres de superficie, fertile et bien boisée, qui appartient à l’honorable secrétaire d’État. Il y a de quoi faire une demeure princière et jouir en été de tous les avantages de la vie champêtre et des plus belles places d’eau. Ce voyage du Curé Labelle dura 10 jours par la tempête et le beau temps et souvent par froid excessif. C’est un parcours d’environ cent lieues et notre voyageur a fait jusqu’à dix huit lieues par jour “.

À l’époque, l’île du Club portait le nom de l’île du Gouverneur et appartenait à Sir Adolphe Chapleau, contrôleur du journal. De ce fait provient l’origine des noms du Lac Chapleau.

En fait, dans les cantons du Nord, la propagande du Curé Labelle faisait son oeuvre. Au cours des années 1880 à 1890, le gouvernement a accordé les premières concessions de lots.

En 1888, une chapelle y est érigée. En 1896, un bureau de poste sous le nom de Minerve s’ouvre. En 1906, l’Église Sainte-Marie est bénie. Cette église a gardé son cachet d’antan et est reconnue bâtiment historique (tout comme la ferme Vézina).

Entre la période 1887 à 1897, plusieurs familles s’y établissent. En 1917, on comptait sur le territoire, 677 habitants groupés en 125 familles.

En 1995, les territoires non organisés de Lac-Marie-Le Franc et Lac-aux-Castor sont annexés par la municipalité.

Aujourd’hui, La Minerve est l’une des destinations les plus prisées dans les Laurentides. C’est un lieu de villégiature renommé pour ses lacs. En été, aux 1300 résidents permanents s’ajoutent près de 15 mille villégiateurs  Le paysage de La Minerve est parsemé d’une multitude de lacs aux eaux limpides et la vie sociale de ses habitants y est intense et animée. Ces lacs sont de grande et petite envergure et plusieurs d’entre eux ont un accès public. Des sentiers de ski de fond, un sentier provincial de motoneige (reliés avec la Trans-Québec #319) et des sentiers de tout-terrain traversent son territoire.

Plusieurs organismes oeuvrent bénévolement au sein de la municipalité et des activité sont organisées tout au long de l’année.

De plus, la réserve faunique de Papineau-Labelle est accessible par La Minerve.

Pour accéder à La Minerve, il faut emprunter la route 117 et ensuite prendre le chemin de La Minerve.

Historique de la municipalité de La Minerve

Située dans le canton de La Minerve dont elle tire son nom, la municipalité, érigée en 1892 tout comme ce dernier, occupe une place de choix au cœur de ce territoire. Les Minervois habitent un magnifique coin de pays de la région laurentienne parsemé de lacs, à 3 km au sud du lac Désert, à l’ouest de Labelle et au sud-est de Lac-Nominingue. Le nom de cette municipalité lui vient d’un journal acheté en 1827 par Ludger Duvernay (1799-1852) et créé en 1826 par Augustin-Norbert Morin (1803-1865), au moment où « Le Canadien » venait d’interrompre sa publication. C’est à la suite d’un voyage de reconnaissance et d’exploitation dans l’arrière-pays de Saint-Jovite et de Labelle par des employés du journal que Duvernay se mit à encourager vigoureusement la colonisation du canton de La Minerve. Duvernay a oeuvré à « La Minerve » de 1827 à 1852 et ce journal a existé de 1826 à 1899. On peut avancer qu’il a probablement été le journal le plus important du XIXe siècle québécois, tant par les idées qu’il a véhiculées que par l’importance des collaborateurs. Cette dénomination a également identifié le bureau de poste sous la forme tronquée de Minerve (1896-1946), l’article initial étant restitué en 1949.

la minerve

Vue panoramique de La Minerve. Photo : site Web de La Minerve.