Histoire du Québec

Kipawa

Municipalité de Kipawa

La municipalité de Kipawa se trouve dans le secteur sud de la MRC de Témiscamingue, dans la région administrative de l’Abitibi-Témiscamingue.

Kipawa recouvre une superficie de près de 37 kilomètres carrés. La municipalité est formée de deux agglomérations urbaines, soit le Tee Lake et le Kipawa. On soupçonne que le secteur de Tee Lake est situé près du Lac Tee, et que le secteur de Kipawa se dresse sur les rives du lac Kipawa.

Quoi qu’il en soit, plus de 500 Kipawais et Kipawaises habitent sur ces terres.

C’est la Compagnie de la Baie d’Hudson qui fut la première à s’installer dans les environs de Kipawa vers les années 1850. L’industrie forestière est donc au cœur des activités économiques de la région. On dénombre à l’époque une vingtaine de compagnies forestières autour du lac Kipawa qui se sont multipliées avec l’arrivée du chemin de fer dans les années 1880.

Kipawa devient une municipalité en 1985. Le nom du village, d’origine amérindienne, signifie «eau fermée».

On trouve une dizaine d’entreprises établies à Kipawa, dont une industrie manufacturière, des commerces et des entreprises de services ainsi que deux propriétaires de lots forestiers privés.

Les touristes peuvent visiter l’usine de sciage et déroulage de la Commonwealth Plywood ou encore pratiquer la chasse et la pêche dans les forêts et sur les plans d’eau de la région. On compte sur le territoire de Kipawa et dans les environs pas moins de 16 pourvoiries. Mais les amateurs de vélo, de VTT, de canot, de kayak, d’équitation, de ski de fond, de raquette et de motoneige sont aussi les bienvenus.

La municipalité de Kipawa entretient de très bonnes relations avec la communauté autochtone d’Eagle Village, enclavée sur son territoire. Les deux communautés développent des services en commun et se retrouvent lors des fêtes populaires des environs.

On accède à Kipawa par le chemin Kipawa qui se joint à la route nationale 101 près de la ville de Témiscaming.

Lac Kipawa

D’une superficie de 300 km carrés, le lac Kipawa se situe à une dizaine de kilomètres à l’est du lac Témiscamingue, au nord-est de la ville de Témiscaming. Le toponyme, d’origine algonquine, identifie principalement une grande nappe d’eau. Le nom du lac a été orthographié de multiples façons avant que la variante Kipawa ne soit officialisée : Kipawa Kippewa, Kepawa, Kipawe, Kipakowe, Kipahowe. L’expression algonquine a pour sens « c’est fermé » ou « c’est bouché ». Cette nappe d’eau, qui couvre cinq cantons, est un véritable labyrinthe constitué de grandes baies (Chemagan, des Plongeurs, du Huard, Dorval, Pratt, des Anglais, Campbell) et d’îles (McKenzie, aux Ours). Le lac forme, avec plusieurs autres nappes d’eau de grande dimension, un système hydrographique autonome.

Les compagnies forestières s’attaquent vers 1850 aux belles forêts de pins blancs et rouges du Kipawa. Cette région forestière devient à la fin du XIXe siècle, le royaume de la J.R.Both Lumber, compagnie encore en activité aujourd’hui dans la région. Au Québec, le toponyme désigne officiellement, outre le lac, une rivière une municipalité, une baie, un barrage, une zone d’exploitation contrôlée (ZEC) ainsi qu’un chenal. La rivière Kipawa prend sa source dans la baie de Kipawa du lac Dumoine ; elle coule ensuite vers l’ouest pour rejoindre les lacs McLachlin, Grindstone, Hunter et Kipawa, puis elle poursuit sa cours pour aller se jeter dans le lac Témiscamingue. Le barrage de Kipawa, construit pour fournir de l’électricité à l’usine et à la ville de Témiscaming, se trouve à l’embouchure du ruisseau Gordon, à proximité de la municipalité de Kipawa.

Le toponyme désigne aussi la ZEC qui entoure le lac Kipawa et qui fut d’abord créée en réserve de chasse et de pêche, en 1950, avec un territoire de 4636 km carrés. On y accède par le hameau de Laniel, au nord ou par la municipalité de Kipawa, au sud.

Kipawa

Bouchers, Kipawa. Source de l’image : Site Web de Kipawa.