Histoire du Québec

Kingsey-Falls

Ville de Kingsey-Falls

La population de Kingsey-Falls, une petite localité, érigée en ville en 1963 et située dans la région administrative du Centre-du-Québec, à environ 25 kilomètres de Victoriaville, est de 2000 résidents (Kingsey-Falloises et Kingsey-Fallois) et sa superficie en terres fermes est de soixante-dix kilomètres carrés. Kingsey-Falls fait partie de la Municipalité régionale de comté d’Arthabaska.

Cette belle ville renommée pour la beauté de ses paysages, est traversée par la rivière Nicolet.

Parmi ses attraits principaux, on retrouve les Jardins publics Marie-Victorin d’une superficie de 26 acres abritant plus de mille espèces horticoles. Chaque année, des dizaines de milliers de visiteurs parcourent ses sentiers.

En parlant de Kingsey-Falls, on parle toujours de Cascades, une entreprise d’importance internationale œuvrant dans le domaine des fibres recyclées qui a contribué à la notoriété de la ville de Kingsey-Falls.

La ville vous invite à découvrir la piste cyclable reliant Kingsey-Falls à la Route Verte. Le parc Bernard-Lemaire et le parc municipal de jeux pour enfants et de tables de pique-nique en font une halte idéale au bord de la rivière Nicolet pour la famille.

Finalement, citons les Ateliers Marie-Victor, lieu d’exposition et la possibilité d’acheter des créations des artistes et artisans de la région. Vous y trouverez plus de cinquante participants. L’éventail des médiums présentés vous émerveillera : huile, aquarelle, vitrail, broderie norvégienne, dentelle fuseau, peinture sur ardoise, accessoire d’ardoise, savon, papier artisanal, produits alimentaires, poteries, tricot, tissages, chandelle, bijoux… On y voit un grand nombre d’oeuvres originales créées à partir de matériaux recyclés (bois, ardoise, métal, papier).

Historique de Kingsey Falls

Ce territoire agricole et industriel des Bois-Francs, situé près de Warwick et de Tingwick, a été érigé en municipalité en 1865, sous la double appellation de Chutes-de-Kingsey/Kingsely Falls, cette dernière étant également celle du bureau de poste établi en 1849. Pour sa part, Stanislas Drapeau (1863), signale l’endroit comme le florissant village des Chutes qu’il place toutefois par erreur sur le Saint-François. En 1886, on procédait à l’érection tant canonique que civile de la paroisse de Saint-Aimé de Kingsey-Falls, devenue depuis Saint-Aimé, ainsi dénommée en l’honneur de Louis-Aimé Masson (1841-1904), curé de Danville de 1865 à sa mort, fondateur et premier desservant de la paroisse. Si l’élément Kingsey témoigne de la situation géographique du territoire municipal enclos dans le canton du même nom, le constituant Falls signale la présence d’une chute sur la rivière Nicolet Sud-Ouest qui le baigne.

Ainsi, ce village est arrosé par la branche sud-ouest de la Nicolet, à proximité de Warwick. Il a été colonisé par des pionniers venus de la Nouvelle-Angleterre, au début du XIXe siècle, quoique l’érection en municipalité ne s’est effectué qu’en 1922. Les Kingsey-Fallois doivent leur prospérité à la présence de modestes industries au cœur d’un territoire environnant à vocation agricole. Les Abénaquis identifient l’endroit comme Mamidapskidzowek, « un cours d’eau qui coule le long des rochers ».

La municipalité est desservie par le bureau de poste de Kingsey Falls dont le nom remonte à 1849. Le parc Marie-Victorin constitue l’hommage tangible de la population locale à l’endroit du célèbre religieux québécois, né Conrad Kirouac à Kingsey Falls en 1885, et décédé accidentellement dans la région de Saint-Hyacinthe en 1944. Ce remarquable botaniste est l’auteur d’une « Flore laurentienne » publiée en 1935.

Parc Marie-Victorin

Parc Marie-Victorin. Source de l’image : Site Web de la ville de Kingsey-Falls.