L’invasion des Américains au Canada en 1775

L’invasion des rebelles américains en 1775

D. Que firent les colonies anglo-américaines après avoir semé la rébellion chez elles ?

R. Elles projetèrent de l’introduire en Canada par une invasion. Les colonels Allen et Arnold s’emparèrent d’abord des forts de Ticonderoga et de la Pointe à la Chevelure, sur le lac Champlain, faisant partie du territoire de la province de Québec. Peu de temps après, les généraux Montgomery et Schyler, s’étant avancés avec une armée d’environ 2,000 hommes jusqu’à l’île aux Noix, s’approchèrent du fort de Saint-Jean pour en faire le siège ; le major Preston, qui y commandait, se voyant sans espoir d’être secouru dans un poste où il était à la veille de manquer de tout, fut forcé de se rendre, le 3me jour de novembre 1775 ; de là, le général Montgomery s’avança jusqu’à Montréal, que le général Carleton avait abandonné pour aller s’enfermer à Québec ; il le suivit, et commença le siège ; mais ayant voulu enlever la ville
d’un coup do main, les assiégés reçurent si vigoureusement les Américains, que ceux-ci furent contraints de se retirer avec la perte de leur général, Montgomery, qui fut tué avec plusieurs des principaux officiers; ils perdirent aussi 400 prisonniers de guerre. Ceci se passa le 31 décembre de la même année.

D. Que firent les Américains ayant reçu quelques renforts d’hommes commandés par le général Thomas ?

R. Ils érigèrent, en mars 1776, quelques batteries qui ne causèrent aucun dommage à la ville. Deux mois après, ils apprirent que deux bâtiments anglais avaient fait entrer dans Québec deux compagnies de soldats et un parti de marins qui, avec environ 1,000 hommes de la garnison, marchaient vers le camp avec quatre pièces de campagne pour les attaquer j à cette nouvelle, ils se retirèrent avec tant de précipitation qu’ils abandonnèrent
leurs canons et leurs munitions, quoiqu’ils f i r e n t près de trois milles
hommes.

Ils gagnèrent Sorel, d’où ils partirent peu de temps après le jour de Saint Jean, et enfin traversèrent le lac Champlain, et prirent poste à a Pointe à la Chevelure, d’où ils furent chassés le 12 octobre suivant. Ainsi finit l’invasion des Américains.

D. Que fit l’Angleterre voulant soumettre les colonies rebelles ?

R. Elle crut qu’il serait bon d’opérer par le Canada une jonction avec Sir William Howe, à New-York, et séparer les colonies du sud d’avec celles de l’est. Elle envoya un corps considérable de vétérans, sous le commandement du général Bourgoyne, qui passait alors pour un officier expérimenté. Celui-ci eut d’abord plusieurs avantages sur les Américains et emporta tous les postes qu’ils occupaient près du lac Champlain.

Ayant résolu de s’approcher d’Albany, il traversa la rivière Hudson, les 13 et 14 septembre 1777, et vint camper sur les hauteurs de Saratoga ; le 18 il s’avança par le grand chemin et campa à deux milles du camp du général Gates et à trois milles de Still-Water ; il y fut tellement assailli par les Américains et cerné do toutes parts, qu’il ne put retraiter et fut obligé de se rendre. Ainsi finit l’expédition du général Bourgoyne sur laquelle l’Angleterre avait fondé ses plus belles espérances.

D. Que fit le général Carleton, piqué de la préférence que l’on avait donnée au général Bourgoyne, de commander l’expédition contre les Américains ?

R. Il demanda son rappel, et fut remplacé dans le gouvernement du Canada par le général Haldimand, en 1778.

Celui-ci fit faire le recensement des habitants de la province de Québec en 1784 ; il se trouva qu’il se montait à 113,012 âmes. L’année suivante, il fut porté plusieurs plaintes contre son administration, et par suite il fut rappelé en Angleterre. Henry Hamilton le remplaça en qualité de lieutenant-gouverneur.

L'invasion des Américains au Canada en 1775
Duel. Photo libre de droits.

Laisser un commentaire