Histoire du Québec

Franquelin

Municipalité de Franquelin

La municipalité de Franquelin se situe dans la région administrative de la Côte-Nord, dans la MRC de Manicouagan. Cette petite municipalité d’environ 350 Franquelinoises et Franquelinois se déploie sur une superficie de 530 kilomètres carrés. Franquelin a été édifiée au pied des massifs rocheux des Laurentides, dont les impressionnantes falaises plongent dans la mer.

Le nom de la municipalité de Franquelin évoque Jean Baptiste Franquelin, premier cartographe officiel de la Nouvelle-France. Il dressa la carte du Saint-Laurent en 1685.

La municipalité de Franquelin voit le jour grâce à l’industrie forestière. Deux compagnies américaines s’établissent à Franquelin au début du XXe siècle, dont l’Ontario Paper Company, propriété du colonel Robert McCormick, qui deviendra plus tard la Quebec North Shore Paper Co. Le colonel avait besoin de papier pour approvisionner le Chicago Tribune et le New York Daily News dont il était également propriétaire.

Ainsi, le canton de Franquelin est constitué en 1911.

On commence alors à couper le bois, à le transporter jusqu’aux rivières à l’aide de chevaux et à le draver. On expédie ensuite le bois vers Thorold, en Ontario, puis vers Baie-Comeau à partir de 1937.

Les opérations de coupe et de transformation du bois nécessitent beaucoup de main-d’œuvre, ce qui permet à la région de Franquelin d’être épargnée par la crise économique de 1929. Un petit monde relativement isolé y est ainsi créé. Il faut se souvenir que Franquelin n’était alors accessible qu’en été par la voie fluviale du Saint Laurent. La première route fut ouverte en 1960.

Dans les années 50, une révolution mécanique vient changer le visage de l’industrie forestière. Le travail devient mécanisé grâce aux inventions de Joseph-Armand Bombardier et à l’introduction des scies mécaniques. En 1959, l’épuisement des forêts à proximité de village a eu raison, entre autres, de la vocation forestière de la municipalité.

pointe mistassini

Pointe Mistassini.

Aujourd’hui, les résidents de Franquelin conservent la mémoire de cette époque. Le Village forestier d’antan, une reconstitution des installations d’autrefois, constitue un centre d’interprétation de la vie en forêt. On peut visiter divers bâtiments qui présentent de nombreux objets d’époque.

Aujourd’hui, la construction d’une petite centrale hydroélectrique de 15 MW est envisagée à Franquelin. Cette centrale sera construite sur la rivière Franquelin si les audiences publiques et les recherches sur les impacts du projet aboutissent à une solution positive.

franquelin

Franquelin. Source de l’image : Accueil Amical Assuré – Maison à louer, 4 saisons.

Historique de Franquelin

Bordée de trois côtés par les Laurentides, cette municipalité nord-côtière, située entre Baie-Comeau et Godbout, baigné par les eaux du fleuve Saint-Laurent et irrigué partiellement par la rivière Godbout, à l’est, et la rivière Franquelin, à l’ouest; celle-ci a la particularité d’être un filet d’eau très sinueux après le rattachement de la rivière Franquelin Branche Ouest au tronc principal. Le canton de Franquelin a vu le jour et s’est développée grâce à l’industrie forestière. Alors que le canton qui lui a donné son nom était proclamé en 1911, ce N’est qu’en 1972 que la municipalité sera érigée. Le nom de Jean-Baptiste-Louis Franquelin (1651?- après 1712) est intimement lié à l’histoire de la cartographie canadienne dont il est réputé avoir produit les plus beaux spécimens au XVIIe siècle.

Arrivé au pays en 1671, il fit d’abord du commerce et commença ses travaux de cartographie dès 1674, sous l’influence de Frontenac, paraît-il. Géographe du roi (1686), puis hydrographe du roi (1687), Franquelin dresse, entre 1674 et 1708, une cinquantaine de cartes de la Nouvelle-France, production justifiée par les besoins économiques et militaires de l’époque.

Après 1694, sa carrière se poursuivit en France. En raison de sa situation à l’embouchure de la rivière Franquelin, auparavant Becsie, le village a aussi été appelé Bec-Scie par le passé de même que Baie-des-Cèdres, nom porté par le bureau de poste local entre 1920 et 1928, alors qu’il était modifié au profit de Franquelin. Les Franquelinois ont failli être dénommés Franquelinois, car les habitants de langue anglaise trassposaient tout naturellement Franquelin en Franklin, incités en ce sens par l’établissement, vers 1920, de la Franklin Lumber Company à cet endroit.

Le centre du territoire, plus arrosé que le reste, est occupé par le grand lac Saint-Nicolas, enchevêtrement de nappes d’eau communiquant entre elles par de petites passes pour aboutir, par la rivière Saint-Nicolas, à une profonde échancrure, la Grande baie Saint-Nicolas. Le canton de Franquelin a été proclamé en 1911.