Célébrations de Noël à Québec

Québec célèbrera dignement la naissance du Christ – chronique de Noël de 1938 (journal Le Soleil, 24 décembre 1938)

Cette nuit, dans toutes les églises, on célébrera la fête de Noël – En face du spectre de la guerre qui se dresse sur le monde, le peuple priera le Seigneur d’accorder la paix aux hommes de bonne volonté – Le Cardinal officiera à la Basilique

Célébrations de Noël à Québec – « Loué soit le Seigneur, un Sauveur-Enfant nous est né ». Ce message réconfortant qu’apportèrent les Anges à la terre, au moment où s’accomplissait le mystère de l’Incarnation, retentira cette nuit dans toutes nos églises et chapelles. Avec les accents d’une foi vive et profonde, les chœurs ajouteront : « Gloire à Dieu au plus haut des Cieux et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté. »

On le répétera cet homme de paix avec plus de ferveur que jamais au moment où tant de maux menacent l’humanité. On priera la Providence d’éloigner le spectre de la guerre qui se dresse sur le monde. Cette paix, nous l’implorerons aussi pour notre patrie, notre province, nos familles et nous-mêmes.

Déjà, les fidèles sont animés des sentiments profonds que suscite la solennité de Noël. Les pasteurs passeront la journée et une partie de la nuit au confessionnal dans toutes nos églises pour satisfaire à la piété des citoyens désireux de se purifier davantage pour célébrer avec le plus de profit possible cette grande fête liturgique. Des milliers et des milliers de communions seront distribuées à la messe de minuit. Les temples revêtiront leurs plus belles toilettes ce soir et la traditionnelle crèche sera dressée et encadrée de féériques parures. C’est Noël !

S. E. le cardinal officiera pontificalement à la messe de Minuit en l’église Métropolitaine. Les membres du Chapitre et plusieurs dignitaires ecclésiastiques entoureront le Primat de l’Église canadienne au cours de cette importante fonction pontificale. Le Cardinal assistera paré à la messe du Jour et prononcera une homélie sur les enseignements de la fête. On sait qu’à la messe du Jour, Mgr B.-P. Garneau, P.A., V.G., célèbrera une messe pontificale.

S. Exc. Mgr J.-Omer Plante, auxiliaire de Québec, fidèle à une tradition, officiera pontificalement à la messe de Minuit en l’église paroissiale de l’Ange-Gardien où durant quelques années il a déployé son zèle pastoral. Chaque année, la solennité de Noël revêt un bel éclat à l’Ange-Gardien.

M. l’abbé Réal Tomassin, directeur du Séminaire de Québec, célébrera la messe de minuit en la chapelle extérieure de cette institution pour les élèves externes. Les collégiens auront ainsi l’avantage d’avoir leur messe de minuit particulière qui revêtira un cachet dont l’éclat ne le cédera en rien à celui dont seront témoins leurs temples paroissiaux. Plusieurs prêtre du Séminaire assisteront aussi à la messe de minuit en la chapelle extérieure.

La solennité de Noël prendra aussi un cachet particulier dans la paroisse de St-Rédempteur où elle coïncidera avec l’inauguration d’un nouveau temple paroissial. M. l’abbé Pamphile Roy, le dévoué pasteur de la paroisse, officiera à la messe de minuit. Il sera assisté à l’autel de diacre et sous-diacre. Mgr A.-A. Faucher, P.D., donnera le sermon de circonstance. Un programme de chant spécial sera exécuté au cours de la cérémonie.

Aux hommes de bonne volonté

« Gloire à Dieu dans le ciel, chantaient les voix angéliques, et paix sur terre aux hommes de bonne volonté » ! C’est par ce divin cantique que les plus humbles d’entre les mortels furent avertis les premiers de la naissance du Messie. Les bergers se hâtèrent vers un rustique abri, où ils aperçurent la scène la plus touchante de l’histoire universelle :

Marie et Joseph, en adoration devant l’Enfant Jésus, gisant sur la paille fraîche de la crèche. Et le faste des cérémonies les plus grandioses n’a rien ajouté à la grâce de ce tableau de parfaite simplicité.

Aujourd’hui comme alors, pour croire, espérer, aimer — c’est-à-dire pour comprendre le mystère de la vie, — il faut avoir le cœur pur de l’enfant ou l’âme soumise du pauvre. Relativement peu nombreux sont les hommes de bonne volonté qui remplissent l’une ou l’autre de ces conditions de prédestination bienheureuse. Mais le rayonnement de leur sincérité touche ceux qui vivent dans leur ambiance. La joie des innocents est plus enviable que le bonheur, et la bonté des humbles plus sublime que la charité de leurs témoins.

En Canada français, en dépit du vent de malheur qui souffle sur le monde, les enfants égayent encore le foyer chrétien, et une société moyenne a toujours sous les yeux les bons exemples d’un peuple sain. Celui-ci forme le corps des justes dont les mérites nous protègent contre les châtiments que provoque l’orgueil ; et ceux-là sont l’espoir de la conservation nationale dans une tradition pacifique.

C’est dans ce sentiment religieux que nous souhaitons à tous et à chacun les douces émotions et le réconfort d’un beau Jour de Noël.

Cloches de Noël

Cloches gui, dans la nuit, sonnez éperdument.
Carillons qui volez au-dessus des prairies,
Mêlez aux flocons blancs vos claires sonneries,
Cloches qui, dans la nuit, sonnez éperdument.

Laissez tomber sur nous un peu de votre joie,
Emportez jusqu’aux deux les désirs de nos cœurs
Sans jamais mettre fin à vos accents vainqueurs.
Laissez tomber sur nous un peu de votre joie.

Chantez pour le vieillard et riez pour l’enfant.
À l’un donez la force, à l’autre l’espérance.
Loin du pauvre qui pleure, écartez la souffrance
Chantez pour le vieillard et riez pour l’enfant.

Du Roi de Bethléem, alertes messagères.
Vous annoncerez partout la venue ici-bas
En passant, répandez des roses sur ses pas.
Du Roi, de Bethléem, alertes messagères.

O carillons d’airain, chantez; nous écoutons.
De cet Enfant qui nuit, célébrez les louanges
Et mêlez vos accords aux douces voix des anges.
O carillons d’airain, chantez; nous écoutons.

Élevez-vous là-haut, près des pâles étoiles.
Efjleurez-les sans bruits de vos sons argentés.
Et revenez vers nous, pleines de leurs beautés
Élevez-vous là-haut, près des pâles étoiles.

Chantez-nous la splendeur de cette grande nuit ;
Parcourez sans arrêt les pays de la terre :
Redites à chacun le sublime mystère;
Chantez-nous la splendeur de cette grande nuit.

Sonnez, sonnez toujours, cloches de nos églises ;
En nos cœurs déposez tous nos accents joyeux.
Et demeurant pour nous la voix qui vient des deux.
Sonnez, sonnez toujours, cloches de nos églises.

Jean Bruchesi.

Le Père Noël à l’Union Commerciale

Dimanche dernier, tous les petits enfants des membres de l’Union Commerciale de Québec se réunissaient aux salles de la rue du Pont, avec leurs mamans, pour faire une réception enthousiaste au Père Noël qui vient chaque fin d’année leur rendre visite, le dimanche précédant Noël, et leur apporte à chacun cadeaux et douceurs.

À cette occasion, environ 175 enfants étaient réunis autour d’une monumentale cheminée artistiquement décorée et d’un gros arbre de Noël charge de nombreux cadeaux. L’horloge de la salle marquait à peine trois heures et M. Gérard Letarte venait de souhaiter la bienvenue à tous, de donner l’historique de la fête et de déplorer l’absence de quelques-uns pour cause de maladie que nous perçûmes dans le lointain le son des grelots des rennes du père Noël.

Après avoir serre la main des petits enfants, le bon père des tout-petits préside à la distribution des bas de Noël et des cornets de bonbons. Puis, quelques enfants, qui pour la circonstance avaient appris de petites
pièces, y allèrent de leur boniment et furent très goûtés par l’assistance. Parmi ces petits artistes mentionnons M. André Paquet et Mlles Claire Asselin, Renée Paquet, Jeannine Vézina. Renée Gingras, Louisette Belleville et Marie-Claire Clavet. Puis, chaque enfant s’entendit appeler par son nom et le bon père Noël remit à chacun un joli cadeau approprié à son âge.

Cette fête organisée depuis 11 ans à l’Union Commerciale, a toujours remporté un franc succès. Cette année, cette fête était sous la présidence conjointe de MM. Gérard Letarte et Louis-B. Asselin.

Le nombre de verres qu’il faut

Le chef de police de Montréal, M. Fernand Dufresne, invite les Montréalais et particulièrement ceux qui roulent auto à se conduire « en monsieur », pendant les fêtes afin d’éviter les accidents et les désagréments. « Certaines personnes, dit-il, peuvent prendre trois ou quatre verres et conduire tout aussi bien. Mais il y en a d’autres sur qui deux verres font l’effet de dix. Il est difficile d’établir une ligne de démarcation ». Il a prévenu les automobilistes que tous ceux qui paraîtraient « en avoir trop » se verraient enlever temporairement leur voiture.

Voir aussi :

Ho ! Ho ! Ho ! Joyeux Noël à tous ! Photo d'Histoire-du-Québec.ca.
Ho ! Ho ! Ho ! Joyeux Noël à tous ! Photo d’Histoire-du-Québec.ca.

Laisser un commentaire