Histoire du Québec

Bouchette

Municipalité de Bouchette

La municipalité de Bouchette occupe un territoire de 132 kilomètres carrés dans la région administrative de l’Outaouais, sur les bords de la rivière Gatineau. La population de Bouchette n’atteint cependant que 750 Bouchettoises et Bouchettois

Bouchette fait partie de la vingtaine de municipalités qui forment la Municipalité régionale de comté de La Vallée-de-la-Gatineau. Elle se trouve au centre géographique de la MRC.

L’actuelle municipalité a été créée en 1980 suite à la fusion entre deux villages voisins, Bouchette et Cameron.

L’économie de Bouchette repose essentiellement sur l’agriculture. Toutefois, le tourisme tend à se développer et le nombre de villégiateurs qui viennent goûter aux plaisirs de la localité, jouir de ses paysages, et qui n’hésitent pas à longer les rapides de la Gatineau situés sous le pont de Bouchette, surpasse aujourd’hui le nombre de résidents permanents du village.

Bouchette offre à la population locale et aux vacanciers un grand nombre de services, de restaurants et de lieux d’hébergement, dont un camping.

Les premiers résidents d’origine européenne viennent y vivre vers 1845. Il s’agit de familles originaires de Maniwaki, une municipalité voisine qui se trouve au nord de Bouchette. En 1849, une mission des Oblats y est constituée canoniquement et, le 16 mars 1858, le canton de Bouchette est proclamé. Le nom de la municipalité rappelle Joseph Bouchette, arpenteur général du Bas-Canada.

Trois ans plus tard, le 27 juin 1861, le canton de Cameron est créé. Il emprunte son nom à Malcolm Cameron, originaire de Trois-Rivières et député au Parlement.

En 1905, la paroisse de Saint-Gabriel est constituée. Elle embrasse la plus grande partie du territoire des deux cantons. Finalement, le 22 mars 1980, comme on l’a déjà mentionné plus haut, on assiste avec émotion à la fusion entre Cameron et Bouchette.

Lac des Trente et Un Milles

Grande étendue d’eau de la région de l’Outaouais, le lac des Trente et Un Milles s’étire sur 29 km de longueur et atteint une profondeur de 88 m. Il s’étale sur le territoire de plusieurs municipalités, dont Notre-Dame-de-Pontmain et Bouchette. Ce plan d’eau est entouré de plusieurs lacs, le principal étant le lac Pemichangan ; il se déverse au nord-ouest en direction de la rivière Gatineau et est situé entre cette dernière et la rivière du Lièvre. En 1925, le géographe Eugène Rouilalrd signale l’utilisation du nom Lac du Commissaire pour l’identifier. On a aussi relevé le nom de Lac Papenegoegawong pour ce plan d’eau.

L’origine de son appellation officielle demeure inexpliquée car ni sa longueur, ni sa distance d’un point de repère régional important ne correspondent à 31 milles (50 km). Il est toutefois connu sous ce nom depuis au moins 1889, alors que l’arpenteur John O’Sullivan en a décrit les caractéristiques. Pour sa part, Stanislas Drapeau (1863); le dénommé Grand Lac et signalé qu’il compte 22 milles de longueur. L’abondance du poisson dans ses eaux limpides en a tôt fait la renommée ; déjà en 1895, on y pratiquait la pêche commerciale pour approvisionner le marché d’Ottawa en poisson blanc, truite grise, achigan et brochet. Un club de pêche portant le nom du lac a longtemps été en activité sur ses rives. Ses contours pittoresques ont contribué à son attrait dans la région car plusieurs secteurs de villégiature se sont développés sur ses berges.

bouchette

Bouchette. Photo : © Georgette Critchley.

riviere gatineau

La Gatineau à la hauteur de Bouchette. Photo : Municipalité de Bouchette.

bouchette

Vue panoramique de la municipalité. Photo : Municipalité de Bouchette.