Armoiries de Percé

Armoiries de la Ville de Percé

En 1994, le conseil municipal de la Ville de Percé mandate un comité afin de travailler avec l’Autorité héraldique du Canada pour doter la Ville d’armoiries officielles.

Plus de trois ans de discussions et d’échanges ont été nécessaires pour arriver à un résultat répondant aux attentes de la Ville et aux exigences de l’Autorité héraldique du Canada.

Ce long processus a connu son dénouement le 16 septembre 1998 alors que Son Excellence le très honorable Roméo Leblanc, alors Gouverneur général du Canada, procédait à la présentation officielle des armoiries dûment homologuées de la Ville de Percé.

Comme le mentionnait monsieur Leblanc, que ce soit en Gaspésie, au Québec, ailleurs au Canada, ou n’importe où dans le monde, nos armoiries, dorénavant, symboliseront la bonne renommée mondiale de Percé.

La devise choisie par la ville Vaillance et Persévérance tire sa justification, entre autres, de : la vaillance et la persévérance des explorateurs qui ont découvert ce coin de pays; la vaillance et la persévérance des défricheurs, des premiers habitants et des artisans de la mer; la vaillance et la persévérance des nombreuses associations, compagnies et communautés qui ont consacré leur énergie et leur savoir au développement de la ville; la vaillance et la persévérance quotidienne des gens et des citoyens qui œuvrent aujourd’hui encore au progrès de Percé; la vaillance et la persévérance requises, ici, de plus en plus, pour l’accomplissement des tâches journalières dans des conditions souvent très difficiles; la vaillance et la persévérance à l’instar de celles du fou de Bassan qui, inlassablement, de migration en migration, consolide et restaure son aire de nidification.

Hameau de Pointe-Saint-Pierre

Pointe-Saint-Pierre est un hameau situé à l’extrémité d’une pointe qui, au nord, forme avec celle où se trouve Percé, au sud, la Malbaie. Il tient sa désignation de la pointe elle-même dont le nom remonte au moins à 1685, alors qu’elle était identifiée (Anse S. Pierre d’Alcantara ». Après la Conquête, la pointe fut l’objet, un certain temps, de traduction anglaise comme quantité d’autres toponymes parsemés dans les îles du Saint-Laurent, le long de ses côtes et dans le golfe. Comme l’indique la carte du canton de Malbaie (1915), la pointe Saint-Pierre désignait vraisemblablement l’avancée de terre un peu arrondie au nord de la pointe Verte plutôt que l’extrémité pointue terminée de nos jours par un quai. Peuplé d’abord par des Loyalistes, le hameau, né vers 1770 fut d’abord un poste établi par un nommé Smith. Peu de temps après vinrent s’installer des Irlandais et des Écossais. Par ailleurs, le géologue William Logan identifie l’endroit, en 1844, dans un rapport publié en 1846, sous la dénomination de Pointe-à-Pitre.

Voir aussi :

armoiries de perce
Armoiries de la ville de Percé.

Laisser un commentaire

Exit mobile version