Histoire du Québec

Après la Conquête

La vie au Québec après la Conquête

D. Qu’établirent les Anglais étant devenus paisibles possesseurs du Canada ?

R. Ils établirent un gouvernement militaire, qu’ils remplacèrent au bout de quatre ans par un autre plus libéral. Les officiers que le général Amherst nomma dans Québec, Montréal et les Trois-Rivières, se conduisirent avec tant de modération que les Canadiens commencèrent de prendre confiance en ceux qu’ils avaient redoutés dans le principe. N’étant plus tourmentés par la guerre, ils purent cultiver leurs terres, et porter les produits de leur industrie sur les marchés, les y vendre à qui ils voulaient et aux prix qu’ils y mettaient.

D. En quelle année le traité de paix et la proclamation de Georges III furent-ils publiés ?

R. En l’année 1763. Les Canadiens furent satisfaits d’y trouver la liberté du culte catholique, l’assurance d’une chambre d’assemblée, l’établissement d’un conseil législatif dans l’intérim, et l’érection des cours de justice.

D. À quelle occasion les troubles ont-ils commencé dans les colonies anglaises de l’Amérique ?

R. Ce fut à l’occasion d’un statut que le Parlement d’Angleterre passa pour prélever certains droits sur différents objets étrangers importés en Amérique, après le 29 septembre 1764, pour défrayer les dépenses nécessaires à la protection de la colonie. Les Canadiens ne prirent point de part dans les querelles des colonies anglaises avec la mère-patrie ; ils demeurèrent fidèles aux Anglais, malgré les efforts des Américains pour les exciter à la révolte.

D. Quel fut le premier gouverneur anglais depuis la conquête ?

R. Ce fut le général Murray. Étant prêt à s’embarquer pour l’Angleterre en juin, 1766, il reçut des adresses du Conseil, du clergé, des anciens et nouveaux sujets
du pays, le complimentant sur sa bonne administration, et lui souhaitant une réception gracieuse de son Souverain.

D. Par qui le général Murray fut-il remplacé dans le gouvernement du Canada?

R. Ce fut par l’honorable Paulus-Emilius Irving, commandant. Le 1er juillet de la même année, il fut passé une ordonnance dans le Conseil, qui déclarait que tous les sujets de Sa Majesté dans la province de Québec, sans aucune distinction, étaient en droit d’être choisis pour former des corps de jurés, de siéger et agir comme jurés, dans toutes causes civiles et criminelles, que les sujets canadiens pourraient pratiquer dans les cours comme avocats et procureurs, en se conformant aux règlements que les dites cours prescriraient à ce sujet.

D. En quelle année l’honorable Guy Carleton fut-il nommé gouverneur de la province ?

R. Ce fut en septembre 1766. Il trouva les habitants des campagnes dans une parfaite sécurité ; mais il existait dans les villes des causes do dissension, qui tôt ou tard auraient produit des conséquences fâcheuses, si elles n’eussent pas été tempérées par le sang-froid,”l’impartialité de Son Excellence. Les Anglais déniaient aux Canadiens les droits et privilèges inhérents aux sujets britanniques, comme leur admissibilité au Conseil législatif, et aux emplois lucratifs et honorifiques du gouvernement.

D. Que fit le gouvernement anglais pour réunir les esprits divisés ?

R. Il enjoignit au Gouverneur et au Conseil de la colonie de lui faire rapport des causes de ces dissensions, et du remède à y apporter. Le parlement, ayant oui le rapport du gouverneur, passa l’acte de la 14e année du règne de Georges III, qui remédia aux plaintes et porta la joie dans tous les coeurs canadiens. Les principales dispositions do cet acte étaient le libre exercice de la religion, perception par le clergé de ses droits et dîmes, la substitution d’un nouveau serment à l’ancien pour les catholiques, les droits de propriété respectés, leurs lois, coutumes et usages adoptés, la faculté de tester introduite, les lois criminelles anglaises continuées, l’établissement d’un conseil législatif, oh les Canadiens furent admis.

Forêt canadienne en automne. Photo d'Anatoly Vorobyev.
Forêt canadienne en automne. Photo d’Anatoly Vorobyev.