Histoire du Québec

Thetford Mines

Ville de Thetford Mines

La Ville de Thetford Mines fait partie de la région administrative des Chaudière-Appalaches. Elle s’étend sur une superficie de 225 kilomètres carrés. Dans la ville habitent 27 mille Thetfordoises et Thetfordois et c’est la plus grande ville de la municipalité régionale du comté de L’Amiante. Le territoire de la ville est traversé par la rivière Bécancour.

Son histoire débute en 1876, avec la découverte d’amiante dans la région. Un an plus tard, l’exploitation minière commence et le chemin de fer Québec Central est construit afin de faciliter l’accès aux mines.

En 1885, le Canton de Thetford-Sud est constitué et en 1892, la Municipalité de Kingsville, dont le nom est remplacé par celui de Thetford Mines en 1905. Ensuite, une série de fusions et d’annexions culmine le 17 octobre 2001, avec la constitution de la ville actuelle de Thetford Mines, issue d’un regroupement de cinq municipalités, soit Black Lake, Robertsonville, Pontbriand, Thetford-Sud et Thetford Mines. Notons que tous ces agrandissements répondaient aux besoins de l’industrie minière.

Depuis les derniers changements, la zone urbaine de la ville de Thetford Mines constitue 25% du territoire, le reste étant occupé par des territoires forestiers et agricoles.

D’ailleurs, toute l’histoire de Thetford Mines est marquée par des événements liés à l’extraction du minerai. C’est ici que la première grève de mineurs au Québec s’est produite en 1915, ainsi que la célèbre grève de 1949 ou la catastrophe à la mine Bell qui a causé 7 morts en 1938… En outre, la ville partage le sort du Québec: en 1918, la grippe espagnole frappe Thetford Mines, en 1947, la moitié de la ville est détruite par un incendie qui fait des ravages de la rue Dumais jusqu’au manège militaire, en 1980, la ville accueille la Finale des Jeux du Québec

Thetford Mines

Photographie: © Ville de Thetford Mines, source: ville.thetfordmines.qc.ca, autorisation d’utilisation à des fins non commerciales à condition de mentionner la source et de ne pas modifier la photographie.

Grosso modo, pendant plus de 100 ans, l’exploitation du chrysotile (sorte d’amiante de la famille des serpentines) a été le fer de lance du développement de Thetford Mines, mais aujourd’hui, la ville mise sur la diversification de l’économie. En effet, les secteurs du plastique, des composites et de la fabrication métallique occupent une grande place. L’oléochimie, la nanotechnologie et les technologies du “bois plastique”  y sont également présentes, ce qui assure à la ville de Thetford Mines une place parmi les leaders québécois pour le développement des nouvelles technologies.

D’ailleurs, à Thetford Mines, le Centre collégial de transfert technologique spécialisé en oléochimie industrielle et le Centre de technologie minérale et de plasturgie ont été inaugurés il a quelque années.

Remarquons que Thetford Mines a constitué un Comité des Nouveaux arrivants qui a pour but de faciliter l’adaptation des nouveaux résidents de Thetford-Mines.

Thetford-Partie-Sud

Située à peu près au centre de la MRC de L’Amiante entre Saint-Joseph-de-Coleraine et Sacré-Coeur-de-Marie-Partie-Sud, Thetford-Partie-Sud compte comme entités hydrographiques importantes le lac Bécancour, au nord, et la rivière de l’Or, au sud. Voisine au sud-est de Thetford-Mines, qu’elle englobe aussi à l’est, au nord et au nord-ouest, la localité a bénéficié des retombées économiques provoquées par la découverte de mines d’amiante dans le dernier quart du XIXe siècle.

Le 1er janvier 1886, le canton de Thetford voyait son territoire scindé en deux municipalités de canton distinctes : Thetford-Partie-Nord et Thetford-Partie-Sud. Tour à tour se détacheront de Thetford-Partie-Sud en 1892, Kingsville et en 1914, Amiante. Tirée du nom du canton à l’intérieur duquel la municipalité occupe la partie sud, cette appellation évoque une ville du comté de Norfolk en Angleterre. Dans l’usage courant, la population se dit tout simplement de Thetford. Le bureau de poste établi à cet endroit en 1916 a porté, jusqu’en 1927, l’appellation abrégée de Thetford-Sud, sur le modèle de laquelle le gentilé Thetfordsudois a été formé et adopté par les autorités municipales en 1986.

Canton de Thetford

À 80 km environ au sud de Québec, se trouve le canton de Thetford qui se distingue par un relief généralement montagneux atteignant au nord 690 m, au sud environ 150 m de moins aux collines de Bécancour et, à l’est, au Grand Morne dépassant aussi les 600 m. Il est arrosé par deux grands lacs nommés Lac du Huit et Lac à la Truite, par la rivière Bécancour issue du lac de même nom, plus petit que les deux autres, et enfin par plusieurs petits cours d’eau, notamment les ruisseaux Madore, de l’Aqueduc et Gingras. Le réseau routier qui étend ses ramifications sur toute la surface, s’organise autour de la principale agglomération,, Thetford Mines, ville qui relie les petites municipalités de Pontbriand, Robertsonville, Sacré-Coeur-de-Marie-Partie-Sud et de Sainte-Anne-du-Lac. Cette dernière longe le lac du Huit dont les rives sont aussi densément peuplées que celles du lac à la Truite. Ce nom tiré de la toponymie anglaise, est relevé sur la carte de Gale et Duberger en 1795. Le canton a été proclamé en 1802.