Histoire du Québec

Prêts de la Banque du Canada

Taux des prêts bancaires de la Banque du Canada

 Au Canada, Banque du Canada exerce une influence sur le coût des fonds à court terme en établissant le taux cible du financement à un jour, mais elle ne fixe aucun taux de base des prêts bancaires. Ce sont les institutions financières qui fixent leurs propres taux de base des prêts bancaires en fonction du coût des fonds à court terme et des pressions de la concurrence à laquelle elles se livrent.

La Banque du Canada consent des prêts aux institutions financières au taux d’escompte. Le taux officiel d’escompte est le taux d’intérêt auquel la Banque du Canada consent des prêts. Ce taux se situe un quart de point de pourcentage au-dessus du taux cible du financement à un jour, qui est le taux directeur de la Banque.

Le taux cible du financement à un jour est le taux d’intérêt moyen auquel la Banque du Canada souhaite que les institutions financières se prêtent des fonds pour une durée d’un jour. Si une variation de ce taux intervient, celle-ci se répercute sur d’autres taux d’intérêt, tels que ceux applicables aux emprunts contractés par les consommateurs et aux prêts hypothécaires.

Au fil des ans, la Banque a perfectionné la manière dont elle mène sa politique monétaire. Dès années 1990, elle a établi un rapport entre le taux cible du financement à un jour et le taux officiel d’escompte, c’est-à-dire, en 1994, elle a établit une fourchette opérationnelle pour le taux du financement à un jour et en 1996, elle a changé sa façon d’établir le taux d’escompte.

Au Canada, le taux officiel d’escompte représente aujourd’hui la limite supérieure de la fourchette opérationnelle de la Banque du Canada. Ce taux se situe toujours un quart de point de pourcentage au-dessus du taux cible du financement à un jour, qui correspond au point médian de la fourchette. Le taux officiel d’escompte est aussi le taux auquel la Banque du Canada prête des fonds à un jour aux institutions financières qui participent au Système de transfert de paiements de grande valeur, le plus important système de paiement du Canada.

La limite inférieure de la fourchette opérationnelle est le taux d’intérêt accordé par la Banque du Canada sur les sommes que les institutions financières déposent chez elle.

Naturellement, la Banque du Canada modifie toujours le taux du financement à un jour, les limites de la fourchette opérationnelle et le taux officiel d’escompte en même temps et du même pourcentage.

Si vous vous posez la question pourquoi le taux cible du financement à un jour a-t-il été choisi comme indicateur de la politique monétaire qui est menée, la réponse est simple: le taux cible est celui qu’il convient d’utiliser pour établir des comparaisons avec les taux d’intérêt d’autres pays. Il correspond directement au taux cible des fonds fédéraux de la Réserve fédérale américaine, au taux des prises en pension à deux semaines de la Banque d’Angleterre et au taux acheteur minimal des opérations de refinancement (taux des prises en pension) de la Banque centrale européenne.

Ainsi, lorsque le taux directeur se rapproche de zéro (le taux directeur est l’instrument classique de politique monétaire qu’utilisent les banques centrales afin de stabiliser l’économie et de maintenir la stabilité des prix), la Banque du Canada peut envisager de recourir à d’autres moyens pour stimuler l’économie et atteindre son objectif en matière d’inflation. Dans sa boîte à outils peuvent figurer des mesures monétaires moins classiques telles que l’assouplissement quantitatif et l’assouplissement direct du crédit.

L’assouplissement quantitatif est l’achat par la Banque du Canada d’actifs financiers qu’elle finance par l’expansion des réserves tenues chez elle. Ces achats font augmenter le prix des actifs acquis – qui peuvent être aussi bien des titres d’État que des actifs du secteur privé – et diminuer leur rendement. En outre, la hausse des réserves mises à la disposition des banques commerciales encourage celles-ci à accroître l’offre de crédit aux ménages et aux entreprises.

Par assouplissement direct du crédit on entend l’achat ciblé d’actifs privés que la banque centrale effectue directement sur certains marchés de crédit essentiels au bon fonctionnement du système financier. La mesure vise à réduire les primes de risque, à améliorer la liquidité et à stimuler l’activité sur des marchés précis afin que le crédit circule et que la demande croisse au sein de l’économie.

Par Elba.

 jardin_chinois_chiens

Photo : Histoire-du-Quebec.ca