Histoire du Québec

Le tarif des trains de banlieue

Le tarif des trains de banlieue sera doublé

À Toronto et à Montréal

D’ici un an, il en coûtera deux fois plus cher pour voyager à bord des trains de banlieue du Canadien National, à Toronto. Un jugement de la Commission fédérale des Transports vient d’accorder aux Chemins de Fer Nationaux la permission d’augmenter de 100 pour cent le prix de ses passages à bord des trains faisant le service de banlieue, autour de Toronto.

Ces trains de banlieue opèrent actuellement à perte. Or les commissaires ont appliqué le principe qui veut que la compagnie de chemin de fer ne sont pas obligée de payer pour faire fonctionner ce service et que les trains de banlieue doivent rapporter ce qu’ils coûtent d’opération. Le CNR avait demandé au mois de mai dernier, la permission d’augmenter ses tarfis-voyageurs suffisamment pour couvrir ses dépenses d’opération. Cette augmentation est de 100 pour cent, du prix actuellement exigé des usagers de la banlieue de Toronto.

Cette augmentation sera répartie sur une période de 14 mois. Le 30 septembre prochain, une augmentation de 50 pour cent, sera mise en vigueur pour six mois, puis une autre augmentation de 25 pour cent et enfin, à la fin de 14 mois, une troisième augmentation, également de 25 pour cent.

La compagnie avait demandé que l’augmentation totale soit répartie sur une période de six mois, mais les commissaires, par la voix du juge Kearney, n’ont pas accepté cette demande.

La compagnie a l’intention de demander une telle augmentation pour toutes les grandes villes de l’est du pays où elle offre un service de banlieue, soit Montréal, Hamilton, Windsor, Ottawa et Québec.

(Cette nouvelle date du 6 août 1954).

tarifs de trains de banlieue

Photo: Histoire du Québec.ca

La Commission fédérale des Transports entendra les demandes du Canadien National relativement à Montréal l’automne prochain.