Histoire du Québec

Ste-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine

Municipalité de Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine

La Municipalité de Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine est une municipalité gaspésienne (région administrative Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine) qui fait partie de la municipalité régionale de comté de La Haute-Gaspésie.

La municipalité se trouve a environ 75 kilomètres au nord-ouest de Gaspé, à l’embouchure de la rivière Madeleine.

Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine regroupe environ 400 Madeleinoriveraines et Madeleinoriverains et se déploie sur un territoire de 270 kilomètres carrés.

En fait, la municipalité comprend trois hameaux: Manche-d’Épée, Madeleine-Centre et Rivière-Madeleine. Autrefois, chacun constituait un poste de pêche.

Comme un peu partout en Gaspésie, les paysages de Ste-Madeleine sont très beaux, son territoire est parsemé de collines et de petites vallées pittoresques, au sortir desquelles, on aperçoit une mer infinie.

Le nom de Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine emprunte celui de la seigneurie de Rivière-de-la-Madeleine, octroyée en 1689, à M. Denis Riverin.

La rivière Madeleine, avec sa chute du Grand Sault de 25 mètres, est une rivière à saumon. De plus, on y trouve un grand nombre de lacs à truite et des excursions de pêche en haute mer sont proposées aux touristes.

À Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine, il y a de nombreux pêcheurs près d’une passe migratoire des saumons, de 72 mètres de longueur, la plus longue passe migratoire souterraine au monde, construite dans la rivière Madeleine. Des pêcheurs de crabes, de bourgots (ou bigorneaux) et de homards n’y sont pas rares.

Les résidents pêchent aussi la morue, mais la plupart ont un emploi saisonnier dans l’industrie touristique ou s’occupent de la coupe du bois.

Notons  qu’autrefois, on connaissait ces lieux sous l’appellation du Paradis des pêcheurs et aujourd’hui, la municipalité a décidé de faire valoir une nouvelle fois son surnom.

On peut se promener dans le calme le long de sentiers traversant des étangs côtiers au sable fin, en admirant les couchers de soleil. Les baleines et les fous de Bassan s’approchent parfois des berges et se laissent photographier.

L’un des trois phares de la Haute-Gaspésie se trouve dans la municipalité de Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine. Un centre d’interprétation du patrimoine (musée d’histoire de Ste-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine) a été aménagé sur le site du phare, à l’intérieur de la maison des gardiens du phare. On y trouve aussi une cafeteria, une boutique et les bureaux de la ZEC.

ste madeleine

Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine, tous droits réservés © P. Campeau

Il existe un camping, ainsi qu’un hôtel et des motels. On peut y goûter des plats régionaux fort savoureux.

Dans la vallée du village de Manche-d’Épée, une réserve écologique nommée la réserve de Manche-d’Épée a été créée car un microclimat existe à cet endroit. On y pratique l’agriculture à petite échelle, ainsi que la culture des arbres fruitiers.

Parmi les autres centres d’intérêt, citons l’église Sainte-Marie-Madeleine, datée de 1884 qui est l’une des plus anciennes églises de toute la région, avec un clocher original.

Fait historique : le nom du village Manche-d’Épée, situé à 6 kilomètres à l’ouest de Madeleine-Centre, rappelle un fait historique : selon le site Web de la municipalité, en 1834, M. Irénée Pelchat y trouva un pommeau d’épée dans le fond de la rivière.

Pour loger ou pour manger à votre faim, l’Auberge Restaurant du village vous accueillera avec plaisir.

barachois ste madeleine

Barachois de Cap-de-Madeleine, tous droits réservés © P. Campeau