Histoire du Québec

Sainte-Brigitte-de-Laval

Sainte-Brigitte-de-Laval

Sainte-Brigitte-de-Laval se situe à environ 30 kilomètres au nord-est de la ville de Québec, dans la municipalité régionale de comté de La Jacques-Cartier et dans la région administrative de la Capitale-Nationale. Sa population est d’environ 3700 Lavaloises et Lavalois. C’est une municipalité essentiellement résidentielle et de villégiature aux paysages montagneux. Sa superficie est d’environ 112 kilomètres carrés.

Sainte-Brigitte-de-Laval offre un milieu de vie agréable dans un environnement champêtre et reposant.

Autrefois, ce territoire appartenait à la seigneurie de La Côte-de-Beaupré, octroyée à M. Antoine Cheffault, sieur de la Renardière, en 1636. Vers 1670, Mgr de Laval fait l’acquisition de cette seigneurie et la cède au Séminaire de Québec.

Sainte-Brigitte-de-Laval commence à se peupler vers 1830 avec l’arrivée de colons venus principalement d’Irlande qui défrichent les terres et construisent les premières maisons de la localité. Un peu plus tard, ils sont rejoints par des familles de Canadiens français. On peut encore voir des bâtiments d’intérêt historique qui marquent le paysage de la municipalité.

En 1855, la mission de Sainte-Brigitte est constituée. En 1860, on y compte déjà 36 familles, la plupart étant d’origine irlandaise catholique. Finalement, le 24 février 1863, Sainte-Brigitte est constituée civilement. Son nom a été choisi en l’honneur de sainte Brigitte de Kildare. La dernière partie du nom de la ville rend hommage à Mgr de Laval, l’un des premiers propriétaires des lieux.

La municipalité est divisée en quatre secteurs, soit le noyau villageois, le hameau de Moulin-Vallière, le hameau de l’Île-Enchanteresse au sud-ouest et le hameau de La Branche au nord-est.

Sur le territoire de Sainte-Brigitte-de-Laval, on trouve environ 25 sommets dépassant 650 mètres d’altitude. En raison de la topographie de Sainte-Brigitte-de-Laval, on l’appelle la petite Suisse canadienne. D’ailleurs, deux rues situées tout près du Club de golf Alpin portent les noms de Genève et de Zurich.

Côté économie, la coupe et la transformation du bois ont toujours constitué une ressource de première importance pour Sainte-Brigitte-de-Laval, même si les activités récréo-touristiques occupent aujourd’hui une place prépondérante.