Histoire du Québec

Saint-Zénon

Municipalité de Saint-Zénon

La municipalité de Saint-Zénon, constituée en 1895, occupe une superficie de 490 kilomètres carrés dans la région administrative de Lanaudière et fait partie de la Municipalité régionale de comté de Matawinie. La municipalité regroupe plus de 1200 Zénoniennes et Zénoniens et passe en été à 3100 habitants ou plus.

Auparavant, la municipalité s’appelait Saint-Louis de Mantawa.

C’est le dernier territoire a être colonisé en Lanaudière, même si les Amérindiens le fréquentaient depuis des siècles sans y fixer pourtant d’habitat permanent. Saint-Zénon est en outre la municipalité la plus haute du Québec (730 mètres au-dessus du niveau de la mer). Elle est située au bord de la rivière Noire ponctuée de nombreuses chutes d’eau.

Le village se trouve entre deux immenses parcs et réserves fauniques : celui du Mont-Tremblant et celui de Mastigouche. Le parc régional de Sept-Chutes se trouve lui aussi sur son territoire.

La fondation de Saint-Zénon remonte à 1870, l’année où la paroisse est érigée canoniquement. Ce nom vient d’un officier de l’armée romaine en Afrique, martyrisé pour s’être converti au christianisme. La constitution civile a lieu en juillet 1895, et jusqu’au milieu du XXe siècle le village s’est tourné presque exclusivement vers l’exploitation forestière. C’est depuis la fin des années 1950 que Saint-Zénon commence à s’orienter vers le tourisme, centrant ses activités estivales et hivernales sur la chasse, la pêche, la motoneige, la nature, les parcs et les lacs qui sont plus de190 sur l’ensemble du territoire.

Au cours de son histoire, les événements les plus marquants ont été:

  • la construction du pont dans le rang Saint-Albert qui a coûté à la municipalité une somme de 27$ et 39¢, et du pont de Sainte-Louise, au prix de 44$ et 50¢ (le prix des travaux augmente !);
  • l’époque de la prohibition, quand la vente des liqueurs et spiritueux a été interdite du 15 juin 1921 au 3 août 1964 (!) ;
  • l’arrivée du premier médecin en 1945 ;
  • la construction d’un pont sur la rivière St-Louis, dans le 5e rang, au coût de 1000$;
  • la première route asphaltée (la route 43, entre Saint-Zénon et Saint-Michel);
  • l’installation du système communautaire de télévision en 1963, etc.

Parmi les attraits architecturaux, on remarque l’église de Saint-Zénon, construite entre 1899 et 1901 et qui n’a jamais subi de transformations majeures.

La Coulée des Nymphes, située près du presbytère, avec son belvédère, offre de très beaux points de vue sur la vallée de la rivière Sauvage.

Remarquons également que les pourvoiries de Saint-Zénon sont réputées au Québec. Elles se trouvent au milieu de forêts très calmes, où le gibier et le poisson abondent et elles attirent de nombreux vacanciers. De plus, il existe deux ZEC, où les amateurs s’adonnent à la pêche à la truite.

Saint-Zénon est connu aussi des motoneigistes et des skieurs.