Histoire du Québec

Saint-Romain

Municipalité de Saint-Romain

La municipalité de Saint-Romain, fondée en 1858 sur une superficie de 113 kilomètres carrés et juchée dans les Appalaches, compte une population d’environ 650 Romanoises et Romanois. Elle se trouve dans la région administrative de l’Estrie et fait partie de la municipalité régionale de comté du Granit.

Historiquement, il y a sept mille ans environ, à la fin de la période de glaciation et du recul des glaciers, le territoire de la municipalité s’est progressivement couvert d’une importante forêt.

L’un des premiers Européens à fouler le sol de la région a été le Père Druillettes de la mission des Jésuites de Sillery lors d’une expédition en 1646, entreprise afin de fonder une mission d’évangélisation de la population abénaquise.

Cependant, les Français ont dû céder ce territoire aux Anglais suite à la guerre entre la France et l’Angleterre en 1713.

Au fait, Saint-Romain, après sa voisine Lambton, demeure l’une des plus anciennes municipalités de la région du Granit. Alors, les premiers colons de la région ont été des Écossais, en majorité de l’île de Lewis. Les premiers Canadiens français sont arrivés au milieu du XIXe siècle. Ce sont des habitants de la Beauce qui fondent la paroisse en 1854 et la baptisent en hommage au pape Romain, dont le pontificat, en l’an 897, ne dura que trois mois. Chaque colon qui s’y établissait, s’installait sur un lot qui lui permettait de cultiver la terre et de couper du bois. Ces deux activités permettaient de nourrir la famille et de gagner l’argent nécessaire pour les autres besoins.

Jusqu’au début des années 1960, la municipalité porte le toponyme de Saint-Romain-de-Winslow. Ce nom évoque l’origine de la deuxième vague de colons, des Écossais qui ont quitté la Buckinghamshire anglais pour s’installer dans cette paroisse. Le vocable Winslow rappelle Joshua Winslow, agent payeur des troupes anglais au Canada en 1790 et receveur général du Bas-Canada en 1791.

Aujourd’hui, la transformation des ressources naturelles procure de l’emploi à une portion importante de la population de Saint-Romain. Le développement touristique, la villégiature et le plein air sont en expansion sur le territoire et sont porteurs d’avenir.

Le Centre d’interprétation des tracteurs antiques de Saint-Romain, unique en son genre, mérite une visite.