Histoire du Québec

Saint-Mathieu-du-Parc

Municipalité de Saint-Mathieu-du-Parc

La municipalité de Saint-Mathieu-du-Parc s’étend sur un vaste territoire de 197 kilomètres carrés dans la MRC de Maskinongé, dans la région administrative de la Mauricie. Sa population compte environ 1400 Mathieusaintoises et Mathieusaintois. La municipalité est située à 11 kilomètres de Shawinigan.

Le territoire de Saint-Mathieu-du-Parc est parsemé de 83 lacs et d’un grand nombre de ruisseaux, avec des cascades et des chutes. La calme rivière Shawinigan le traverse, tout en étant entourée d’une immense forêt à la faune variée et abondante. Le Parc national de la Maurice est situé en partie sur son territoire.

La région de Saint-Mathieu-du-Parc se distingue par le relief vallonné des Laurentides, à la limite méridionale du Bouclier canadien. L’environnement y est représentatif de la région précambrienne des Grands Lacs et du Saint-Laurent.

Saint-Mathieu-du-Parc a été érigée en municipalité en 1887. Les colons s’installent sur le territoire lors des jours glorieux de l’essor de l’industrie forestière. Les premières familles occupent les rives du Petit lac des Souris (aujourd’hui, lac Bellemare) et les berges de la rivière des Souris, où la famille de M. Magnan implante une scierie.

Les deux noyaux sont séparés par environ 5 kilomètres, aussi une longue controverse partage les deux groupes de colons pour décider du lieu de construction de l’église paroissiale, qui n’est construite qu’en 1913.

Son nom rappelle que la paroisse a été fondée le 21 septembre 1872, jour de la Saint-Matthieu, apôtre du Christ, l’un des quatre évangélistes.

Le développement de la localité fut interrompu par la grippe espagnole qui décima la population en 1918 et 1919, ainsi que par le grand incendie de 1948 qui détruisit l’église, le presbytère, quatre magasins et vingt-deux maisons.

Aujourd’hui, Saint-Mathieu-du-Parc demeure une ville forestière, mais c’est également un lieu de villégiature grâce à la présence de nombreux plans d’eau, dont les lacs Vert, Goulet, Bellemare, Trudel et des Érables sont les plus connus. On peut dire que la source principale de revenus de la collectivité sont les activités reliées au tourisme.

La municipalité possède une piste cyclable de 12 kilomètres et une station de sports d’hiver se trouve à proximité. Des auberges pittoresques et des gîtes accueillants, ainsi que des restaurants typiques, attendent les visiteurs.

L’orignal, le cerf de Virginie, l’ours noir, le castor, la loutre, le vision, le rat musqué, la martre, le pékan, le renard, le lynx, le raton laveur, le coyote et bien d’autres animaux habitent la région, dont les lacs regorgent de poissons: omble de fontaine, crapet de roche, éperlan, achigan à petite bouche, perchaude et touladi (truite d’eau douce).

Les forêts sont composées d’érables à sucre, de bouleaux jaunes, de bouleaux à papier, d’épinettes rouges, d’épinettes noires, de sapins baumiers, de mélèzes, de hêtres à grandes feuilles, de peupliers faux-tremble, de chênes rouges, de thuyas occidentaux, qu’au Québec on connaît aussi sous le nom de cèdres, de pins gris, de pins rouges et de pins blancs.

Comme exemple du patrimoine architectural de la municipalité, citons le pont couvert de Saint-Mathieu-du-Parc, construit en 1936 et toujours utilisé.

Bref, les infrastructures touristiques en place répondent aux besoins des visiteurs et plusieurs projets de développements permettent à Saint-Mathieu-du-Parc d’envisager l’avenir avec sérénité.

Saint-Mathieu, note historique tiré du Dictionnaire illustré des noms et lieux du Québec

Sitée à 10 km au nord de Saint-Boniface-de-Shawinigan dont elle a été détachée comme paroisse en 1874, cette municipalité de la Mauricie (MRC Le Centre-de-la-Mauricie), distante de 11 km de Shawinigan, plus à l’est, assure l’accès au parc national de la Mauricie, ce qui reflète le nom du bureau de poste, Saint-Mathieu-du-Parc, depuis 1980 :ce dernier a été créé en 1891 sous la dénomination de Lac-Bellemar et est connu également sous le nom de Saint-Mathieu-du-Lac-Bellemare.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, deux groupes de pionniers s’installent sur le territoire : l’un occupe les rives de la rivière des Souris. Là-bas, un dénommé Magnan implante bientôt une scierie ; l’autre s’établit à 5 km plus au nord, près du Petit lac des Souris, devenu par la suite le lac Bellemare. Une longue dispute entre les deux groupes retardera la construction de l’église paroissiale jusqu’en 1913, bien que la paroisse de Saint-Mathieu ait été fondée en 1872, érigée canoniquement en 1874 et civilement deux ans plus tard.

Le nom retenu pour cette paroisse et la municipalité créée en 1887, dont le territoire occupe une partie des cantons de Caxton et de Shawinigan – parfois anciennement on employait la forme Saint-Mathieu-de-Caxton – commémore la création de la première desserte, le 21 septembre 1872, jous de la Saint-Mathieu, fête religieuse qui célèbre les vertus d’un apôtre du Christ, l’un des quatre évangélistes, au Québec, toutefois, l’évangéliste Matthieu voit son nom régulièrement amputé d’un “t”, pratique orthographique qui se reflète dans maints noms de lieux. Lieu de villégiature, station de sports d’hiver renommée, Saint-Mathieu-du-Parc demeure une localité forestière avec un grand nombre de lacs – lac Vert, lac Goulet, lac Bellemare, lac Trudel, lac des Érables, notamment.

parc saint mathieu

Saint-Mathieu-du-Parc. Image libre de droits.