Histoire du Québec

Saint-Alexandre-des-Lacs

Municipalité de Saint-Alexandre-des-Lacs

La municipalité de Saint-Alexandre-des-Lacs est située au nord-est de la Vallée de La Matapédia dans la région administrative du Bas-Saint-Laurent. Ce petit village compte trois cents Alexandriennes et Alexandriens et s’étale sur une superficie de près de 90 kilomètres carrés constituée de nombreuses collines et de dix-sept lacs ! Le nombre des habitants est en chute constante, comme c’est le cas de la plupart des municipalités de la région.

Saint-Alexandre-des-Lacs fut établi comme mission en 1922. Son nom vient du nom de l’abbé Alexandre Bouillon, fondateur de quelques municipalités dans La Matapédia. D’ailleurs, ce nom rappelle la géographie particulière du territoire, faisant référence à des nombreux plans d’eau qui émaillent son territoire.

Pendant longtemps, la municipalité s’est appelée Lac-Pitre, en souvenir de Peter Glassgow qui en aurait été le premier occupant. Michel Dompierre et Bertrand Leblanc, dans leur livre La Matapédia (publié par la MRC La Matapédia en 2004), racontent sur la page 79 que le premier nom du village en valait bien un autre, mais il eût été bien difficile de laisser en patronyme à une paroisse catholique le nom d’un Anglais protestant, ivrogne et trousseur de jupons dont la réputation était à ce point vilaine qu’on l’appelait l’Antichrist et que l’écho de ses bacchanales forçait à se signer les gens qui passaient devant son repaire. Alors, après son départ aux États-Unis, on donna un nom plus convenable à la petite mission et on l’appela Notre-Dame-des-Champs. On lui donnera le nom définitif de Saint-Alexandre-des-Lacs en souvenir de l’abbé Alexandre Bouillon, curé de Lac-au-Saumon qui transmit à l’évêque la demande d’ériger une paroisse dans ces parages et qui desservit cette paroisse pendant plus de 30 ans.

On rappellera que M. Ludovic Marmen a donné le terrain pour l’édification de l’église paroissiale de St-Alexandre-des-Lacs.

Tout au long de l’histoire de Saint-Alexandre-des-Lacs, le feu a été son pire ennemi. À l’été 1937, un feu d’abattis, qui avait été fait au Lac Rouge, échappa à tout contrôle et ravagea tout sur son passage jusqu’aux limites de la Rivière-Matane. Plusieurs résidents perdirent leurs maisons à cause de l’incendie qui dura une vingtaine de jours. Pour limiter les dommages, il fallut improviser une digue de terre.

Cependant, la forêt demeure le pôle de l’économie du village. La transformation des arbres à Saint-Alexandre-des-Lacs, la coupe de bois, le reboisement et le travail sylvicole sont les principaux éléments de son économie.

Les habitants de Saint-Alexandre-des-Lacs se plaignent avec raison que ce soit dommage que la principale attraction touristique, les Chutes à Philomène, de 33 mètres de hauteur, soit situées à l’entrée du village, parce que les vacanciers viennent admirer les Chutes à Philomène sans passer par le village qui offre un repos bien mérité.

Naturellement, la pêche sur ses dix-sept lacs et l’observation des animaux dans les terrains boisés attirent bien des visiteurs.

Une partie de la rivière Causapscal traverse la municipalité et c’est un lieu idéal pour observer des saumons.

Côté agriculture, la municipalité compte quelques fermes bovines.

Le village de Saint-Alexandre-des-Lacs se trouve à quatre kilomètres de la route 132.

chute philomène

Chute Philomène, source de la photographie : St-Alexandre-des-Lacs