Histoire du Québec

Sainte-Anne-des-Monts

Ville de Sainte-Anne-des-Monts

La ville de Sainte-Anne-des-Monts (SADM), entre mer et montagnes, est située sur la péninsule gaspésienne, entre l’estuaire du Saint-Laurent et les monts Chic-Chocs. Cette localité s’est développée autour de la rivière Sainte-Anne.

Le toponyme de Sainte-Anne-des-Monts nous renvoie aux nombreux monts qui entourent la municipalité. La ville s’échelonne sur 27 kilomètres et est habitée par environ sept mille Annemontoises et Annemontois.

La ville offre des vues majestueuses : la mer, les baies, les rochers, les falaises composent des tableaux panoramiques d’une beauté exceptionnelle.

Sainte-Anne-des-Monts est le centre administratif de la MRC La Haute-Gaspésie (région administrative de Gaspésie-Îles-de-la-Madelaine), c’est pourquoi elle possède de nombreux services et commerces. Dès sa fondation, l’économie locale se partage entre mer et forêt. Dans la pêche se concentrent la plupart des activités, les infrastructures portuaires se situent au havre des Quinze-Collets, dans lequel stationnent plusieurs bateaux de pêche. Ici, se trouve un des plus importants centres de pêche au saumon de la Gaspésie (toutefois, des barques parsèment toute la côte).

Un grand nombre de résidents travaille dans l’industrie forestière. Il y a un aéroport, un vaste parc industriel, un hôpital, une Marina, un club de Golf, de nombreux sentiers de ski de fond et pistes de motoneige, une piscine intérieure, une Maison de la Culture, le Centre de découverte Explorama, une piste de patin à roues alignées, des parcs (du Petit-Bois, Multi-Sports). Il y a aussi la plage Cartier et plusieurs restaurants, du haut de gamme au plus simple.

Le site de Sainte-Anne-des-Monts a connu au cours de l’histoire les bateaux des Vikings, les pirogues des Indiens, les navires de Jacques Cartier et de Samuel de Champlain. mais c’est en 1662, que la ville est née «officiellement», quand le roi de France, Louis XIV, concède à Jacques et Denys de la Ronde deux rivières du secteur Cap-Chat et Sainte-Anne-des-Monts. Le développement de la ville n’a commencé que plusieurs siècles plus tard, mais l’histoire de cette ville est longue et intéressante, vous pouvez en savoir plus sur le site de la ville.

Les Annemontoises et Annemontois sont très gentils. Si vous, un nouvel arrivant au Québec, choisissez cette localité comme demeure, vous ne serez pas déçu.

Pour toutes les questions concernant la vie dans cette ville, contactez la Mairie, ses employés se feront un plaisir de vous renseigner.

Mont Albert

Situé dans le parc de la Gaspésie, ce mont fait partie des Chic-Chocs. Atteignant une altitude de 1151 m, ce mont comporte deux hauteurs, le sommet Albert Sud, le plus élevé, et le somme Albert Nord, séparés par un plateau connu sous le nom de Table à Moïse, un ensemble que l’on peut admirer de la route traversant la péninsule gaspésienne de Sainte-Anne-des-Monts à New Richmond. Quelques autres reliefs des environs, le mont Jacques-Cartier et le mont Richardson notamment, partagent à des degrés divers certaines des caractéristiques bioclimatiques qui font du mont Albert un site exceptionnel au Québec : les neiges le recouvrent – du moins en partie – neuf mois par année ; sa végétation de toundra alpine est particulière, à plusieurs égards semblable à celle du Grand Nord ; on y trouve, à certains moments de l’année, quelques hardes de caribous des bois, ces cervidés s’étant maintenus au sud du Saint-Laurent uniquement dans la région des monts Chic-Chocs.  Le mont Albert a été ainsi nommé par l’arpenteur-géologue Alexander Murray, qui en atteignit le sommet le 26 août 1845, jour de l’anniversaire de naissance du prince de Saxe-Cobourg-Gotha, Albert (1819-1861), époux de la reine Victoria.

Canton de Courcelette et origine de ce nom au Québec

Courcelette est une petite commune du nord de la Picardi, comptant environ 200 habitants. Son nom vient d’un mot du latin médiéval pour désigner un petit domaine. Cette commune est située dans le département de la Somme, arrondissement du Péronne, à une quarantaine de kilomètres au nord-est d’Amiens. Ce village fut, lors de la bataille de la Somme en 1916, le théâtre des premiers affrontements de tanks ou chars d’assaut entre les Anglais et les Allemands. Ces derniers avaient occupé les lieux dès le 31 août 1914, au début de la Première Guerre mondiale. L’attaque des alliés, le 5 septembre 1916, permit au 22e bataillon canadien-français de s’illustrer, et c’est pour rappeler ces événements que l’on attribua, en 1917, le nom de courcelette à un nouveau canton gaspésien, situé à une vingtaine de kilomètres au sud de Sainte-Anne-des-Montrs, aujourd’hui dans le parc de conservation de la Gaspésie.

Le territoire de ce canton, essentiellement montagneux, compte plusieurs des plus hauts sommets des monts Chic-Chocs, dont le mont Albert qui culmine à 1150 mètres. Les escarpements abrupts qui caractérisent le paysage du canton de Courcelette, particulièrement au nord, le long de la rivière Sainte-Anne, ont participé à la création du toponyme Chic-Chocs puisque la signification du terme, en langue micmque, est montagnes escarpées. À une quinzaine de kilomètres au sud-ouest du canton de Courcelette, s’étend le canton de Joffre, dénommé en 1916, en l’honneur du maréchal de ce nom. Héros de la première victoire de la Marne en 1914. Plusieurs municipalités du Québec, huit au total, ont voulu également inscrire le nom de Courcelette dans l’odonymie de leurs territoires, en désignant sous cette appellation une rue ou une avenue de leurs quartiers. Par ailleurs, le bureau de poste de la base militaire de Valcartier, près de Qubéec, porte ce nom depuis 1967.

ste anne des monts

Vue aérienne de Sainte-Anne-des-Monts. Source de l’image : Ville Ste-Anne-des-Monts.