Histoire du Québec

Saint-Sixte

Municipalité de Saint-Sixte

Saint-Sixte est une petite municipalité, située dans la municipalité régionale de comté de Papineau. Elle fait partie de la région administrative de l’Outaouais et de la région historique de la Petite-Nation, entre Montréal et Gatineau.

La municipalité ne compte qu’environ 500 Saint-Sixtoises et Saint-Sixtois et s’étend sur une vaste superficie de plus de 83 kilomètres carrés au creux d’une belle vallée, à l’ouest de l’ancienne seigneurie de la Petite-Nation.

Le nom de la municipalité Saint-Sixte viendrait de Sinsic, le nom amérindien de la rivière Saint-Sixte, un affluent de la rivière de la Petite-Nation, située à proximité qu’on aurait sanctifié et francisé (comme d’ailleurs plusieurs d’autres toponymes québécois). C’est l’arpenteur J. Johnston qui en a francisé l’orthographe en 1665.

L’histoire de Saint-Sixte débute en 1855. En effet, cette année-là, la mission de Saint-Sixte est fondée sur le territoire du canton de Lochaber (proclamé en 1807) et les registres de la paroisse sont ouverts.

La paroisse de Saint-Sixte est érigée canoniquement en 1885. La chapelle est construite en 1886.

En 1887, un bureau de poste sous le nom de Saint-Sixte y est ouvert. En 1893, une partie du canton de Lochaber se détache pour former la municipalité de canton de Lochaber-Partie-Nord.

C’est en 1979 que Lochaber-Partie-Nord change son nom pour Saint-Sixte. La localité a été incorporée dans la municipalité régionale de comté de Papineau en 1983.

La vallée de la rivière Saint-Sixte est une petite vallée agricole cernée de collines rocheuses et accidentées dont celles des Montagnes Noires qui se trouvent au nord. Cette petite rivière était utilisée par les coureurs des bois qui montaient au nord pour faire la traite des fourrures.

Ces lieux sont reconnus par la beauté du paysage champêtre et bucolique, avec la rivière à proximité et les affleurements rocheux. Le territoire est parsemé de belles collines, de magnifiques rivières, de champs éblouissants et de lacs époustouflants, ce qu’on dit un petit coin de paradis.

Dans les rangs environnants, se cachent des lieux de détente et d’activités.

Aujourd’hui, les habitants de ce beau village suspendu entre les collines vivent de l’agriculture et de l’industrie du bois.

Une colonie de vacance anime les jeunes de la région et l’association des amateurs de chevaux permettent aux amateurs de randonnée de découvrir le pays en se faufilant dans les bois et les champs à dos de cheval, en carriole ou en charriot.

On trouve sur ce territoire une cabane à sucre qui peut accueillir jusqu’à 150 visiteurs.

saint-sixte

Saint-Sixte, brouillard. Photo : © Noëlla Lévesque