Histoire du Québec

Saint-Gabriel

Ville de Saint-Gabriel

Saint-Gabriel est une ville de la région administrative de Lanaudière située à proximité du lac Maskinongé. La ville occupe une superficie de 2,9 kilomètres carrés et regroupe un peu moins de 3 mille Gabriéloises et Gabriélois. Elle fait partie de la municipalité régionale de comté D’Autray.

Le lac Maskinongé était visité depuis des siècles par les Abénaquis et les Attikameks qui venaient y pêcher. Les premiers Européens s’y implantent vers 1815. C’étaient principalement des Irlandais et des Écossais. Jesse Armstrong fut le premier à obtenir dans le domaine de Lanaudière, un vaste terrain au lac en 1783. Au début des années 1820, on y voit les premières familles de Canadiens-français.

Les pionniers rencontraient d’importantes difficultés : il n’y avait aucun chemin, les seules routes naturelles étaient le lac et les rivières coupées de rapides. En 1830, Bernard Monday obtient du gouvernement du Bas-Canada un octroi de 30 000 $ pour faire une route. Ainsi, au cours des années, différentes routes sont établies.

C’est en 1837 que naît Saint-Gabriel-du-Lac-Maskinongé, une municipalité rebaptisée Saint-Gabriel-de-Brandon en 1840.

Saint-Gabriel est érigé en paroisse canonique en 1851 et en paroisse civile en 1853. Les paroisses environnantes se forment et se détachent graduellement de Saint-Gabriel de la même façon. Ainsi, suite à une série de regroupements, la ville de Saint-Gabriel est constituée civilement en 1892, mais en 1893, Saint-Gabriel se divise en deux municipalités civiles. St-Gabriel village et St-Gabriel paroisse, qui comprend la paroisse d’aujourd’hui.

La ville doit son essor à l’exploitation du bois utilisé dans la construction navale au milieu du XIXe siècle. En 1888, avec l’arrivée du chemin du fer, les moulins à scie commencent à produire encore plus de bois pour la pâte à papier. Depuis le début du XXe siècle, pas moins de sept fours à charbon de bois y sont exploités par l’entreprise Canadien Charcoal Co. Ltd. qui cesse ses opérations en 1922.

Saint-Gabriel devient, au début du XXe siècle, un centre de villégiature qui attire des résidents de Montréal et de Trois-Rivières.

Aujourd’hui, la ville de Saint-Gabriel est entourée par la municipalité de paroisse de Saint-Gabriel-de-Brandon, dont la superficie est trente fois plus vaste pour le même nombre d’habitants.

Saint-Gabriel demeure un centre touristique prisé par les amoureux de la nature. Le lac Maskinongé est un des meilleurs lacs du Québec pour la pratique de la voile et de la pêche. On y trouve des truites, le maskinongé (un poisson voisin du brochet) et quelques autres poissons qui se rendent compte, mais un peu tard, qu’ils auraient mieux fait d’aller nager ailleurs que dans un lac plein d’hameçons meurtriers et de pêcheurs sadiques. Un centre de plein air est installé au bord du lac.

La ville offre des sites pour les adeptes de motoneiges et de VTT. La plage du lac Maskinongé est l’endroit idéal pour profiter de la saison estivale.

On peut visiter intéressante église de Saint-Gabriel, érigée en 1911.

Saint-Gabriel est située à une heure de Montréal et une demie-heure de Joliette.

theatre st gabriel de brandon

Théâtre aménagé dans le poste de pompiers, Saint-Gabriel, vers 1930-1940, auteur : Nelson Newbergher, Gélatine argentique, photo du domaine public