Histoire du Québec

Rivière-Éternité

Municipalité de Rivière-Éternité

La municipalité de Rivière-Éternité regroupe près de 550 Éternitoises et Éternitois. La municipalité s’étend sur près de 497 kilomètres carrés dans la MRC du Fjord-du-Saguenay, située dans la région administrative du Saguenay–Lac-Saint-Jean

Rivière-Éternité se trouve au bord du fjord du Saguenay. La rivière Éternité traverse son territoire et un majestueux cap du même nom surplombe le village (mais ce cap est également connu sous le nom de Cap Trinité).

En 1881, une statue de la Vierge a été installée sur le Cap Trinité. Au fil des ans, ce site est devenu un lieu de pèlerinage.

L’histoire de la municipalité débute vers 1924, quand le ministère de la Colonisation entreprend la construction d’une route reliant La Baie à Saint-Siméon, dans le cadre d’un projet de colonisation de ce vaste territoire. Toutefois, la construction n’est pas très rapide et ce n’est qu’après le début de la crise économique de 1929 que la route est enfin ouverte. En effet, des ouvriers furent envoyés pour finir la route par le gouvernement, qui tentait de remédier ainsi au chômage généralisé. Une colonie s’établit alors dans le canton Hébert. Il faut d’ailleurs remarquer que de nombreux villages de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean sont nés à cette époque.

En 1932, on trouve sur ces terres plus de 30 familles. En 1936, on y compte un bureau de poste et une école-chapelle. La colonie s’appelle alors Notre-Dame-de-la-Trinité.

Selon l’historien Éric Tremblay (voir le site web de Rivière-Éternité), le toponyme Trinité est indiqué pour la première fois en 1731 sur une des cartes dressées par le jésuite Pierre Laure. En 1744, le nom La Trinité apparaît en sa version amérindienne, «Heregachitgs», sur la carte de Nicolas Bellin.

Quant au toponyme Éternité, nous le retrouvons sur les cartes vers 1830, selon l’historien Victor Tremblay (cité par Éric Tremblay, sans mentionner la source exacte), mais sans que l’on puisse en déterminer l’origine.

Dans les années 1950, on y érige une église et un presbytère par corvée. La municipalité de Rivière-Éternité est constituée civilement en 1974.

En 1972, la Société de développement touristique de Rivière-Éternité est fondée afin de créer des emplois et de favoriser le développement économique de la municipalité. On aménage une route d’accès et un sentier vers la statue du cap Trinité.

À Rivière-Éternité, on célèbre chaque année au mois d’août la fête de Notre-Dame du Saguenay, une fête religieuse qui attire un grand nombre de croyants. Pour ceux qui préfèrent des activités plus profanes, signalons que la municipalité est une destination prisée des amateurs de chasse à l’orignal, des mordus de la pêche blanche, de la motoneige, du traîneau à chiens et des randonnées pédestres.

Depuis 1989, une importante exposition internationale de crèches de Noël se tient dans la municipalité, qui est aussi l’hôte d’un Carnaval d’Hiver.

Parc de conservation du Saguenay

Parc de conservation d’une superficie de 284 km2, localisé principalement en bordure du fjord du Saguenay et composé de dix sections séparées. En amont il rejoint presque le cap à l’Est, dans Sainte-Rose-du-Nord, alors que, vers l’aval, il s’étend jusqu’à la Grande Anse, à Tadoussac, dans le Saint-Laurent, ce qui lui donne une longueur de 75 km. Sa plus grande largeur se trouve à a hauteur de la baie Éternité. Les parties habitées des municipalités sises le long du fjord, telles que L’Anse-Saint-Jean, ne sont pas incluses dans le parc.

Cap Trinité

Quiconque remonte le Saguenay ne peut manquer d’être impressionné par ce cap grandiose qui a inspiré plus d’un poète. Voisin du cap Éternité, il domine la rive sud du fjord, à 10 km de la municipalité de Rivière-Éternité. Son altitude est de 411 m, mais avec la profondeur de l’eau il compterait près de 700 m de hauteur absolue. L’origine du nom serait liée à sa forme particulière qie décrit ainsi Arthur Buies : « On a donné au cap Trinité son nom parce qu’il est en réalité formé de trois caps égaux de taille et d’élévation, dont le premier comprend également trois caps disposés en échelon et formant comme trois étages superposés ». Le cap apparaissait en 1731 sur une carte de jésuite Laure.

Selon une légende, les trois entailles auraient été faites par le géant Mayo, premier ancêtre des Amérindiens. Attaqué par un démon monstrueux vivant dans le Saguenay, il l’aurait saisi et assommé à trois reprises sur le cap, qui se trouva ainsi balafre. Une autre légende raconte que les Algonquins seraient les descendants du peuple atlante (de l’Atlantide) ; Atla, jeune femme issue d’une union mixte avec un Viking, s’y serait jetée dans le Saguenay, pour contrer une prophétie présidant l’extermination de la tribu. Depuis 1881, une statue de Notre-Dame, baptisée Notre-Dame du Saguenay, de 7,5 m de hauteur et de 3 000 kg, sculptée par Louis Jobin (1845-1928), veille sur le Saguenay, grâce à la reconnaissance d’un voyageur de commerce deux fois miraculé par la Vierge. Selon les historiens d’art, il s’agit de l’ex-voto le plus volumineux commandé au Canada. Le cap Trinité fait partie du parc de conservation du Saguenay; on peut admirer le majestueux panorama environnant en circulant dans les sentiers de randonnée qui y accèdent.

Rivière-Éternité

Rivière-Éternité.