Histoire du Québec

Premier championnat de hockey

Le premier championnat de hockey

Canadiens 3, Dorchesters 1

Le deuxième samedi de mars 1837 est un grand jour au Canada. Les Canadiens viennent de remporter leur premier championnat de hockey ! Cette partie mémorable s’est jouée sur une patinoire extérieure au sud de la rue Bleury de Montréal, à l’angle de Dorchester.

En pleine guerre civile

Les détails de ce match historique nous sont pevenus plus d’un siècle plus tard, en 1941, grâce à John T. Knox. Ce monsieur de 84 ans confie alors à un journaliste montréalais, Harold McNamara, les notes que son père à lui, John Knox, lui avait laissées. Et M. Knox père était un témoin direct : il avait assisté à la partie de 1837.

Ce qui est particulièrement étonnant ici, c’est qu’en 1837 on est en pleine guerre civile à Montréal. Les membres du Doric Club et les Fils de la Liberté se battent dans les rues. À peine quelque mois plus tard, le Dr Chénier et des Patriotes périront à Saint-Eustache. Le village de Saint-Benoît sera dévasté par l’armée anglaise. Pourtant, on joue au hockey.

On rapporte même que cette confrontation finale entre les deux équipes est exempte de toute rudesse, même si aucun arbitre ni juge de ligne n’est présent! Mais les deux capitaines se sont engagés à faire respecter les règlements. Pas de mise en jeu, pas de hors-jeu; les joueurs chaussent des patins de bois à lame d’acier et jouent jusqu’à épuisement.

Vers le championnat

Trois équipes existent à Montréal, et les trois sont à peu près de force égale : les Dorchesters, les Uptowns et les Canadiens, qui ont leur patinoire à l’angle nord-est des rues Sherbrooke et Saint-Laurent. La première partie a eu lieu en février 1837 entre les deux équipes anglophones. Trois Canadiens français patinent pourtant pour les Dorchesters : John Perrault, Joe Dion et Paul Loyal. Les Dorchesters ont compté le premier but et prétendent qu’ils ont remporté le championnat. La voule envahit la patinoire : impossible de terminer la partie ! À ce moment, les Canadiens lancent un défi aux supposés champions…

On se met d’accord pour que la rencontre débute à 14 herues et que le premier club qui réussira à compter trois buts sera proclamé champion. La partie doit se terminer à 16 heures.

Or, ce samedi, les partisans sont fort agités; ils se pressent autour de la patinoire. La garnison militaire de l’île Sainte-Hélène veille, espérant qu’elle n’aura pas à intervenir…

Chacune des équipes aligne huit joueurs. Chez les Canadiens : le gardien de but Joe Charlevois, à la défense Dollard Roy, Alfred Péloquin et Émile Guilbault, à l’attaque Joseph Devlin, Dick Duchesneau, Alex Lespérance et Pat Hogan. Le club des Uptowns a prêté les Perrault, Joyal et Dion à l’équipe des Dorchesters.

Le match débute à 14 heures. Après 20 minutes, Stapelton compte le premier but pour les Dorchesters. Dix minutes plus tard Guilbault enregistre, pour les Canadiens, le but égalisateur; puis Duchesneau donne l’avance aux bleus à 36 minutes. Précurseur de Maurice Richard, Duchesneau assomme les Dorchesters, en comptant le troisième but. La partie est terminée. La foule en délire saute sur la patinoire, on s’embrasse, on crie, on porte en triomphe les nouveaux héros !

Cette confrontation sportive met temporairement un baume sur les plaies des Canadiens français.

(Source : Marcel Tessier raconte… Chroniques d’histoire, tome 1, 2000, Éditions de l’homme).

Hockeyeurs

Hockeyeurs vus par le Musée Grévin Montréal. Photographie d’Histoire-du-Québec.ca