Histoire du Québec

Abolition de la peine de mort

Le Canada abolit la peine de mort

Le 23 juin 1976, le Canada entre dans le camp des pays «progressistes» qui refusent de recourir à la loi du talion en adoptant, le 23 juin 1976, en deuxième lecture et après un vote serré de 135 voix contre 125, un projet de loi abolissant la peine capitale.

Il a fallu toutefois près d’un mois après ce vote libre pour que la question soit enfin vidée, les partisans de la peine capitale refusant de désarmer et menant un combat de tous les instants contre l’adoption du projet de loi, en deuxième lecture, d’abord. Son adoption définitive, en troisième lecture, le 15 juillet 1976, ne s’est faite qu’après un vote serré de 131 voix contre 121, remplaçant par l’emprisonnement à perpétuité la peine capitale, quel que soit le genre de meurtre commis.

Deux meurtriers, Arthur Turpin et Arthur Lucas, détiennent le douteux honneur d’avoir été, le 11 décembre 1962, à Toronto, les deux derniers criminels à être pendus au Canada. Soixante-sept autres personnes jugées coupables de meurtre les avaient précédés à la potence depuis les débuts de la Confédération.

(Tiré de La Presse, le 23 juin 1976).

concert

Partout où la peine de mort est prodiguée, la barbarie domine ; partout où la peine de mort est rare, la civilisation règne. (Victor Hugo, Actes et Paroles). Photo : © Histoire-du-Québec.ca