Histoire du Québec

Octobre au Québec - ligne du temps

Ligne du temps : Octobre au Québec

Pour en apprendre plus, n’oubliez pas de consulter les rubriques suivantes :

Ligne du temps – XXe siècle
Ligne du temps XIXe siècle
Ligne du temps : février au Québec
Ligne du temps : septembre au Québec
Ligne du temps : novembre au Québec

12 octobre 1492 : Christophe Colomb découvre l’Amérique.

2 octobre 1535 : Jacques Cartier se rend jusqu’à Hochelaga, bourgade indienne sur l’île de Montréal. Il baptise la montagne «labourée et fort fertile» au centre de cette île le «mont Royal».

15 octobre 1612 : Samuel de Champlain est nommé lieutenant du vice-roi en Nouvelle-France.

15 octobre 1646 : Les Agniers capturent les pères Isaac Jogue et Jean de La Lande. Les Amérindiens accusent les Français qui viennent d’Europe de causer des décès dans leurs communautés par apporter des maladies. Pour conjurer la mort, un guerrier agnier tue d’un coup de hache le père Isaac Jogue le 18 octobre 1646. Le 19 octobre, le père Jean de La Lande est également tué.

17 octobre 1663 : Élection de Jean-Baptiste Legardeur de Repentigny au poste du premier maire de la ville de Québec.

Octobre 1764 : Les Anglais qui se sont établis au Québec, demandent l’établissement d’une assemblée législative choisie parmi les seuls sujets protestants de la colonie.

29 octobre 1764 : En réponse à la demande des Anglais d’établir une assemblée législative composée des sujets protestants, 94 des principaux commerçants canadiens français se réunissaient afin d’adresser une pétition au gouvernement britannique accusant certains Britanniques de vouloir imposer au Canada un système de gouvernement inacceptable.

16 octobre 1690 : Les Anglais tentent de prendre Québec avec une flotte de trente navires ou davantage, envoyés de la Nouvelle-Angleterre sous les ordres de Sir William Phipps. À 6 h 00 du matin, un émissaire vient sommer le gouverneur Frontenac de se rendre d’ici une heure. Frontenac lui donne alors sa célèbre réponse: « Je n’ai point de réponse à faire à votre général que par la bouche de mes canons et à coups de fusils ; qu’il apprenne que ce n’est pas de la sorte qu’on envoie sommer un homme comme moi; qu’il fasse du mieux qu’il pourra de son côté, comme je ferai du mien ”.

Le 18 octobre 1690 : Début du bombardement de Québec qui durera deux jours.

23 et 24 octobre 1690 : les Anglais négocient l’échange de prisonniers et lèvent l’ancre.

octobre au quebec

Paysage d’octobre au Québec. Photo : © Nadia Fetissova

13 octobre 1710 : Capitulation de Port-Royal sur la baie Fundy (Nouvelle-Écosse actuelle). Francis Nicholson, commandant de forces britanniques au nombre de plus de 3 mille soldats, somme le gouverneur Daniel d’Auger de Subercase de lui remettre le fort défendu par 300 Français. Pour éviter toute effusion de sang, le gouverneur négocie la capitulation. Port-Royal passe aux Anglais et est renommé Annapolis-Royal.

17 octobre 1748 : Fin de la guerre de Succession d’Autriche par le traité d’Aix-la-Chapelle. C’est le retour à la situation d’avant le début de la guerre, Louisbourg retourne à la France.

10 octobre 1763 : Proclamation Royale : La Province of Quebec devient la 15ème colonie britannique en Amérique.

26 octobre 1768 : Assermentation de Guy Carleton, baron Dorchester comme gouverneur général de la province de Québec.

17 octobre 1777 : Les troupes américaines du général Horatio Gates battent à Saratoga une expédition de miliciens du Québec partie combattre les Américains rebelles.

28 octobre 1778 : Parution d’un manifeste signé par l’amiral français Charles-Henri, comte d’Estaing.  L’amiral appelle les Français d’Amérique se s’allier aux révolutionnaires des États-Unis. Distribué clandestinement et affiché à la porte de quelques églises, le manifeste provoque l’ire du gouverneur Haldimand.

26 octobre 1787 : Insatisfaits de l’Acte de Québec, les loyalistes obtiennent de la Grande-Bretagne qu’elle accorde au gouverneur du Canada et au Conseil législatif le droit de leur concéder des terrains vacants au Québec.

14 octobre 1886 : Le parti du libéral Honoré Mercier (père)  emporte les élections par une faible marge. Les conservateurs s’accrochent cependant au pouvoir. Leur leader John Jones Ross  tente de se maintenir puis est obligé de céder sa place le 29 janvier 1887.

2 octobre 1899 : La Grande-Bretagne entre en guerre contre les Boers Les Canadiens anglais acceptent la nouvelle avec enthousiasme. Les Canadiens français, qui se reconnaissent dans les Boers, refusent que le Canada se mêle d’une guerre qui ne le regarde pas. Au Québec, Henri Bourassa rejette l’impérialisme de la Grande-Bretagne. Wilfrid Laurier, premier ministre canadien, sous forte pression, adopte un arrêté ministériel et met 8 300 soldats à la disposition de la Grande-Bretagne. Le gouvernement du Canada finance les troupes en leur octroyant 3 millions de dollars.

25 octobre 1900 : Répression contre les grévistes du coton à Valleyfield.

3 octobre 1914 : Premier contingent des Forces expéditionnaires canadiennes part pour l’Angleterre. Il y débarquera le 14 octobre. Au total, 33 mille soldats et officiers canadiens partent en Europe dans l’espace de quelques jours, c’est la plus grande armée à traverser l’Atlantique de toute l’histoire dans un délai tellement court.

12 octobre 1917 : Le premier ministre du  Canada Robert Laird Borden  annonce la formation d’un gouvernement unioniste qui s’assure une majorité de 71 sièges malgré le Québec qui vote en bloc contre le gouvernement (à l’exception de trois circonscriptions anglaises de Montréal). Pour la première fois, aucun Canadien français ne fait partie du cabinet fédéral des ministres.

30 octobre 1918 : L’armistice et la fin des hostilités de la Première guerre mondiale. Au cours de la guerre, 20 000 Québécois étaient allés se battre au front, dont 5 000 dans la marine. Environ 15 000 étaient encore à l’entraînement au moment de la fin de la guerre. Somme toute, les Québécois formaient 4,5 % de l’effectif de l’armée canadienne. 49 % étaient des Britanniques émigrés au Canada depuis le début du  XXe siècle et 40 % étaient des Canadiens anglais.

25 octobre 1939 : Le parti libéral d’Adélard Godbout  défait l’Union nationale de Maurice Duplessis.

16 octobre 1944 : Le patrouilleur St.Roch finit son voyage historique le long du passage Nord-Ouest. Il réussit de traverser le passage de l’est vers l’ouest en 86 jours.

10 octobre 1964 : Samedi de la Matraque à Québecé L’émeute et la répression contre une foule qui proteste contre la visite au Québec de la reine Élisabeth II.

octobre au Québec Mont-Royal

Mont-Royal en octobre

Octobre, ville de Mont-Royal. Photo : © N.T.

14 octobre 1966 : Le métro de Montréal est inauguré. Lors de son inauguration, le métro comprend 26 stations, totalisant 26 kilomètres de tunnels.

14 octobre 1967 : René Lévesque quitte le Parti libéral.

2 octobre 1968 : René Lévesque fonde le Parti québécois et est élu son président.

23 octobre 1969 : Dépôt du projet de loi 63, mieux connue sous son appellation anglaise « bill 63 ». La Loi pour promouvoir l’enseignement de la langue française au Québec vise à confirmer pour les parents la possibilité de choisir, entre le français et l’anglais, la langue dans laquelle l’enseignement sera donné à leurs enfants; assurer que les enfants de langue anglaise du Québec acquièrent une connaissance d’usage de la langue française; assurer que les personnes qui s’établissent au Québec acquièrent, dès leur arrivée, la connaissance de la langue française.

26 octobre 1969 : Le Front commun du Québec français exige que l’Assemblée nationale proclame l’unilinguisme français à tous les niveaux.

31 octobre 1969 : Le Front commun du Québec français organise une manifestation devant le parlement de Québec, la violence éclate et la police intervient.

5 octobre 1970 : Début de la Crise d’octobre : Le Front de Libération du Québec kidnappe le diplomate britannique James Richard Cross et exige la diffusion de son Manifeste.

7 octobre 1970 : Lecture du Manifeste du FLQ à la radio de CKAC.

8 octobre 1970 : Lecture du Manifeste du FLQ à la télévision de Radio-Canada.

10 octobre 1970 : Le ministre de la Justice, Jérôme Choquette, déclare en conférence de presse que le gouvernement refuse toute négociation avec le FLQ. Acte suivant, le Front de Libération du Québec kidnappe le ministre du Travail et de la main-d’œuvre Pierre Laporte.

11 octobre 1970 : Robert Bourassa laisse croire qu’il accepte de négocier avec le Front de Libération du Québec.

16 octobre 1970 : À 4 heures du matin, Pierre Elliott Trudeau décrète la Loi des mesures de Guerre (War Measures Act). L’État de siège est déclaré: l’habeas corpus est suspendu, l’armée canadienne prend le contrôle du Québec et procède à des arrestations de centaines de citoyens considérés suspects (comédiens, chanteurs, poètes, écrivains, journalistes, syndicalistes, etc.). L’armée assure la protection des quartiers riches et des édifices gouvernementaux.

17 octobre 1970 : On découvre le cadavre du ministre Pierre Laporte, assassiné par le FLQ par strangulation.

30 octobre 1972 : Réélection du parti libéral de Pierre Elliott Trudeau, gouvernement minoritaire au Canada.

1er octobre 1974 : Sœur Marguerite Jean est la première femme canadienne à détenir un doctorat en droit canonique.

13 octobre 1975 : Pierre Elliott Trudeau impose un contrôle des prix et des salaires.

27 octobre 1979 : René Lévesque inaugure du barrage LG-2 de la Grande rivière, lequel sera rebaptisé barrage Robert-Bourassa à la Baie de James.

2 octobre 1980 : Pierre Elliott Trudeau annonce son intention de rapatrier la Constitution du Canada avec ou sans le consentement des provinces, ce qui donne lieu à une tempête de protestations.  Après des négociations, Trudeau obtient l’appui de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick, tandis que les autres provinces défient l’initiative devant les tribunaux.

15 octobre 1983 : Robert Bourassa redevient chef du Parti libéral du Québec.

29 octobre 1973 : Réélection de l’équipe de Robert Bourassa.

26 octobre 1992 : Référendum sur l’Accord de Charlottetown : Résultat pancanadien : 56,68 % :NON; 43,32 % :OUI. Résultat québécois: 57 % :NON. Résultat dans le reste du Canada : 54 % NON. Les Québécois rejettent l’accord parce qu’ils n’y voyaient rien qui puisse satisfaire leurs revendications historiques. Les Canadiens disent NON parce qu’ils trouvent que l’Accord de Charlottetown accorde au Québec des concessions qu’ils jugent inacceptables.

27 octobre 1995 : Entre 40 000 et 100 000 Anglo-canadiens viennent manifester à Montréal pour inciter les Québécois à voter « non » au référendum. Ils bénéficient de 90 % de rabais sur leur transport en avion ou en train.

30 octobre 1995 : Référendum sur la souveraineté du Québec : OUI : 49,4 %; NON : 50,6 %. Taux de participation : 93,2 %. Environ 60 % des francophones votent Qui, environ 90 % des anglophones et allophones votent Non. Lors de son discours le soir du référendum, Jacques Parizeau pointe du doigt l’argent et certains votes ethniques comme responsables de la défaite du Oui ce qui provoque un tollé de protestation de la part des adepts de rectitude politique. (C’est vrai qu’on a été battu, mais au fond, par quoi? Par l’argent et des votes ethniques! – Jacques Parizeau)

31 octobre 1995 : Jacques Parizeau remet sa démission en tant que premier ministre, chef du Parti québécois et député de la circonscription de L’Assomption.

2 octobre 1996 : Décès de Robert Bourassa à la suite d’une longue maladie (cancer).

16 octobre 1997 : L’entreprise Pharmascience met sur le marché le premier condom féminin. Le condom féminin Reality est une mince gaine de polyuréthane qui adhère à l’intérieur du vagin.

30 octobre 1997 : La Cour suprême du Canada statue que rien dans le système de droit canadien ne permet d’interner une femme enceinte toxicomane pour la forcer à suivre un traitement dans le but de sauver le fœtus qu’elle porte. La Cour suprême a ainsi donné raison à une jeune femme à qui la Cour du banc de la reine du Manitoba avait ordonné, en 1996, à la demande des services sociaux de Winnipeg, d’être détenue dans un centre pour y être traitée. L’Association canadienne pour le droit à l’avortement s’est réjouie du jugement.

16 octobre 1998 : La Fédération des femmes du Québec, de concert avec l’ensemble du mouvement des femmes du Québec sont les hôtes de la première rencontre internationale préparatoire à la « Marche mondiale des femmes en l’an 2000 ». Pendant trois jours, 150 déléguées de 67 pays discutent des revendications globales et des scénarios d’actions pour préparer la Marche d’octobre 2000.

5 octobre 1999 : Madame la juge Louise Arbour est assermentée  à la Cour suprême du Canada. Madame Arbour a fait ses études au Collège Régina Assumpta de Montréal et à la Faculté de droit de l’Université de Montréal. En 1970, elle a été procureur en chef du Tribunal pénal international (TPI) pour le Rwanda et l’ex-Yougoslavie.

Octobre au Québec !