Histoire du Québec

Nouveau Dominion

Dans un nouveau Dominion

Vers le début des années soixante du XIXe siècle, le Canada-Uni s’est avère ingouvernable. La multiplicité des factions politiques ne pouvait assurer une majorité stable. La création de nouvelles structures fédérales et provinciales aux pouvoirs partagés apparaît être la solution. L’Acte de l’Amérique du Nord britannique, la nouvelle constitution, est sanctionné par la reine Victoria le 31 mars 1867 et entre en vigueur le 1er juillet suivant.

En 1867, le nouveau Dominion est composé de quatre provinces : le Québec (l’ancien Canada-Est), l’Ontario (l’ancien Canada-Ouest), le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse. La constitution établit le partage des pouvoirs entre le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux.

Les institutions parlementaires mises en place dans la province sont constituées d’une Assemblée législative composée de soixante-cinq députés élus par le peuple, d’un Conseil exécutif ou Cabinet nommé par le premier ministre et d’un Conseil législatif formé de vingt-quatre membres nommés à vie par le représentant de la Couronne au Québec.

Les élections provinciales se déroulent à la fin de l’été et la première session débute le 27 décembre 1867. Le parti conservateur de Pierre-Joseph-Olivier Chauveau constitue le gouvernement et le Parti libéral, qui s’était opposé à la Confédération, forme l’opposition officielle.

Le 1er juillet 1867, la ville de Québec retrouve avec plaisir son rôle familier de capitale qu’elle avait perdu en 1865 au profit d’Ottawa. Elle devient la capitale d’une province à l’intérieur d’un Dominion, qu’on appelle aussi la Puissance du Canada. L’ancien parlement du Canada-Uni, le parlement bureau de poste au haut de la côte de la Montagne qui relie la Basse-Ville et la Haute-Ville de Québec, est libre et devient le parlement du gouvernement de la nouvelle province.

L’édifice est alors redécoré et remeublé car il a été passablement dégarni lorsque le gouvernement du Canada-Uni a quitté la ville de Québec.

C’est dans le parlement-bureau de poste, où avait siégé la Chambre d’assemblée du Canada-Uni, que s’installent d’abord l’Assemblée législative et le Conseil législatif de la province de Québec après la Confédération de 1867. On aperçoit au second plan l’édifice de l’Université Laval que dominent la lanterne et les lanternaux conçus par l’architecte Joseph-Ferdinand Peachy.

Tour du parlementLes toits du parlement de Taché sont librement inspirés de ceux du Louvre à Paris. Photo : © Histoire-du-Québec.com