Histoire du Québec

Nicola Tesla

Nikola Tesla et sa dernière invention

À la première page de son édition du 9 février 1901, la Presse faisait état de la plus récente invention de Nikola Tesla, qui n’était une autre chose que le néon.

Avec le nouveau siècle les nouveaux instruments se font jour. La nouvelle lumière artificielle est le nom donné par Nikola Tesla à une nouvelle lumière remarquablement intéressante, produit de dix ans de réflexions et d’expériences.

Sous un globe d’électricité, la lampe présente un spectacle magique. Sans mèche, sans fils métallique, ni carbone, elle remplit un appartement d’une lumière aussi éclatante que celle du jour.

Cette lumière plait à la vue et elle est merveilleusement diffuse, presque sans ombre. Grâce au doux rayonnement de cette lumière, on peut lire ou écrire dans un coin quelconque de la chambre comme si on était en plein jour.

Et comment se produit cette lumière? Par des vibrations électriques d’une rapidité prodigieuse. Depuis des années le public a entendu parler de l’oscillateur de Tesla, cette merveilleuse machine produisant les éclairs en zigzags semblables à des langues de feu, et qui, d’après Tesla, accomplira des merveilles comme celles d’envoyer des courants autour du monde, sans fils, et celle de brûler le nitrogène de l’air.

Mille fois, on a demandé :”De quelle utilité pratique peut être cette machine?” Une des réponses à cette question est cette illumination brillante et douce comme la lumière du jour.

L’inventeur dit que son oscillateur est la clef de la solution des plus importants problèmes du temps présent. C’est par des vibrations que ce nouveau rayonnement est produit, semblable à celui du soleil, dont les vibrations se comptent par millions par seconde.

nicolas tesla rochefoucauld

Machine à explorer le temps, inventée par Nicola Tesla (on n’en est pas très sûr). Photo : © Histoire-du-Quebec.ca

Les vibrations électriques de l’oscillateur font que les atomes des gaz contenus dans la lampe de Tesla deviennent de petites comètes, roulant dans l’espace avec une vitesse excessive, laissant des traînées de lumière remplir la lampe de la clarté du jour.

C’est un miracle, apparemment. Le départ et l’arrêt subits du courant électrique à une vélocité inconcevable produisent un rayonnement continuel d’où naît la pure lumière solaire, la lumière du jour.