Histoire du Québec

Massacre de Lachine en Nouvelle-France

Massacre de Lachine

Dans la nuit du 4 au 5 août 1689, quinze cents Iroquois débarquent à Lachine et se placent en peloton devant chaque maison de la côte.

Au signal, le massacre commence. Deux cents personnes périssent et cent-vingt autres sont conduites en captivité.

Au cours de cette nuit tombe une pluie torrentielle et les Iroquois peuvent traverser le lac Saint-Louis sans être vus et parvenir à quelques arpents du fort La Présentation. Ils surprennent les habitants dans leur sommeil et ils se rendent ensuite dans des localités aussi éloignées que Lachenaie.

Il y eut ainsi une centaine de victimes dans les régions situées à proximité de Lachine.

Voici un témoignage d’un habitant de Montréal qui est venu en aide aux survivants : «Sur l’habitation d’André Rapin, nous avons trouvé dans un creux cinq têtes dont une de Perrine Filastreau, femme de Simon Davaux dit Bouterain, avec ses os, une tête et les os d’un garçon qu’on dit être soldat; deux têtes d’enfants et leurs os et la tête de Marie Cadieu, femme d’André Canaple dit Valtagagne, dont les os furent trouvés dans une fosse, au pied du grand bastion du Fort Rolland ».

Plusieurs plaques commémoratives rappellent aujourd’hui le massacre de Lachine.

L’an 1689 fut longtemps nommé : L`Année du Massacre.

Massacre de Lachine - inspection militaire

Exercices de la marine française

Un groupe de soldats de la marine française sur l’île de Sainte-Hélène. Photo : © Histoire-du-Québec,ca

Voir aussi :