Histoire du Québec

Les Livres Bleus

Les Livres Bleus

Au commencement de la session, les ministres de chaque département déposent devant le Parlement le rapport des affaires confiées à leur soin pendant le cours de l’exercice administratif qui s’est terminé dans,l’intervalle des deux sessions.

Ces documents, porteurs de la livrée bleue caractéristique, contiennent l’histoire d’une année et sont utiles pour se faire une idée du progrès du pays. Ils représentent une somme de travail considérable, les volumes sont au nombre d’une trentaine.

Nous n’avons pas l’intention de les analyser en détail, mais nous en publions ci-après un résumé aussi succinct que possible, mais suffisant pour donner une idée de leur contenu.

Comptes Publics

Les comptes publics pour l’exercice 1901-02 démontrent que les recettes du fonds consolidé pour l’année fiscale terminée le 30 juin 1902 ont été de $58, 050, 790 et les dépenses du même fonds se sont élevées à $50, 759, 301, laissant un excédent des recettes sur les dépenses de $7,291,398.

Les dépenses au compte du capital ont été de $13, 211, 407 dont il faut déduire le surplus cité plus haut : $2,569,680, de remboursement au compte de la rébellion du Nord-Ouest, ce qui fait en tout $8,862,821. Le reste, soit $3,340, 085, a été ajouté à la dette nette qui a la clôture de l’exercice s’élève à $271,829,089.

Les dépenses au compte du capital se divisent comme suit:

Chemins de fer, $9,408,102; terres fédérales, $270,837; milice, $299, 697; subsides de chemins de fer, $2,093,939; contingent d’Afrique et garnison de Halifax, $247,741; primes pour le fer et l’acier, $791,089.

Au 30 juin 1902, la solde au crédit des déposants des caisses d’épargnes des postes et du gouvernement était de $58,437,988,70, augmentation de $2,389,029,64 sur 1901. Sur cette augmentation, $1,662,258,32 représentent des intérêts accrus aux différents comptes et $726, 771, 32 l’excédent des dépôts sur les retraits.

Le taux moyen de l’intérêt payé sur la dette brute a été de 3.09 p.c. Au lieu de 3.12 p.c. L’année précédente, et le taux net de l’intérêt a baissé de 2.60 à 2.57 p.c.

Agriculture

Le ministre de l’agriculture débute dans son rapport par ces mots : « Je suis heureux de pouvoir encore une fois féliciter le pays d’une année de prospérité. » Le ministre fait remarquer qu’en débit de l’immense richesse de la récolte du Nord-Ouest, l’année précédente, la récolte de cette année est encore plus riche, ce qui indique qu’à l’avenir le pays devra sans doute jouir d’une augmentation constante de récolte.

Dans l’est, dit M. Fisher, la production a été moins merveilleuse; le beurre et le fromage se sont fabriqués en plus grande quantité que jamais et se sont exportés dans les mêmes proportions. Les prix ont été tellement favorables que l’exportation a été plus forte que jamais. L’industrie du porc, des œufs et de la volaille a fat des progrès marqués. La seule difficulté paraît être que les acheteurs ne peuvent pas trouver suffisamment de produits agricoles au Canada pour satisfaire aux demandes qu’ils reçoivent.

Les chiffres de 1902 indiquent que la valeurs des produits agricoles du Canada sortis par voie d’exportation a été de $80,000,000; tandis qu’en 1896, elle était de $39,000,000 seulement.

Immigration

Le rapport du département de l’Intérieur donne le tableau suivant pour la comparaison entre le chiffre des émigrants arrivés en 1901 et en 1902 :

  • Anglais et Gallois : 1901 – 9,401; 1902 – 13,095
  • Écossais : 1, 476; 2,853
  • Irlandais : 933; 1, 311
  • Galiciens : 4,702, 6,550
  • Allemands : 984; 1048
  • Hongrois : 546; 1,048
  • Autrichiens : 228; 320
  • Scandinaves : 1,750; 2,451
  • Français et Belges : 492; 651
  • Russes et Finlandais : 1,726; 3,759
  • Américains : 17,987; 26, 388
  • Divers : 8,924; 7,902.

Total : 1901 – 49, 149. 1902 – 67,379.

Les frais pour l’importation des émigrants ont été par tête :

  • Du continent européen : 1901 – $2.65; 1902 – $2.44
  • De la Grande-Bretagne : 9,58; $7,01.
  • Des États-Unis : 7.96; 6.74

Moyenne, per capita : 6.11; 6.24.

L’immigration totale pour la période 1897 – 1902 a été de 141,261.

e député-ministre de l’Intérieur fait l’éloge de la région du Lac St-Jean. Il indique ses avantages et déclare qu’il est dans l’intérêt du pays de maintenir une propagande active pour induire les cultivateurs de la province de Québec et des États-Unis à aller s’y établir.

D’excellents résultats ont aussi été obtenus dans plusieurs pays européens, sauf en France. M. Fabre a fait son possible, mais son bureau est mal situé et les moyens à sa disposition sont limités. Le député-ministre recommande une dépense de $1,000 pour des fins de propagande en France.

Les ventes de terres ont puissamment augmenté. Pour les « homesteads », il y a augmentation de $144,425, soit le double d’aucune année depui1 1872. Il a été vendu par les compagnies 2,201,795 acres, soit une augmentation de 1,880,760 acres sur 1900. La vente totale pour l’année a été de 4,954,847 acres. En 1896, la vente de terres par les compagnies était de 108,000 acres.

Yukon

Le gouvernement a retiré l’année dernière, $1,559,259 de revenu. Les dépenses ont été, pour le Yukon, $2,474,219, dont $1,764,694, pour dépenses ordinaires de $769,525 pour dépenses au compte du capital. Depuis que le gouvernement a commencé à administrer le Yukon, il a été dépensé dans ce pays $8,427,597, et le gouvernement fédéral en a retiré $8,267,826 de revenus.

Affaires des Sauvages

Le rapport des affaires des sauvages dénote une prospérité conforme à la prospérité générale. Les profits des sauvages qui se livrent aux industries ont dépassé de $213,000 les profits réalisés l’année dernière.

On rapporte parmi les sauvages 2,5000 naissances et 2,319 décès, soit une augmentation de 181. Dans la province de Québec, il y a eu 277 naissances, et 209 décès, soit un gain naturel de 68, le plus considérable de tous les groupes du pays.

Voici un état comparatif de la population des sauvages en 1901 – 1902 :

  • Ontario – 20,763 et 20,983.
  • Québec – 10,865 et 10,842.
  • Nouvelle-Écosse – 2,020 et 2,067.
  • Nouveau-Brunswick 1,655 et 1,644.
  • Île du Prince-Édouard 315 et 316.
  • Colombie Britannique – 24,576 et 25,500.
  • Manitoba – 6,840 et 6,754.
  • Territoires – 17,927 et 17,922.
  • En dehors des limites des traités – 14,566 et 22,084.

Au total : 99,527 et 108,112.

On estime que les profits des sauvages, en salaires et autrement ont été en 1901 – 1902 de $1,181,760.

Il y a dans l’Ouest, pour es sauvages, 283 écoles, dont 100 catholiques, 87 anglicanes, 41 méthodistes et 14 presbytériennes, et 41 sans dénomination particulière. Il y a 9,969 élèves, garçons et filles.

Le fonds en fidéicommis des sauvages se monte à $4,015,945, contre $3,941,983, l’année précédentes.

Il a été dépensé pour les sauvages $1,057,130.

Milice et Défense

Le rapport du département de la milice et défense indique que les dépense de ce département, jusqu’au 30 juin dernier ont été de $2,914,997.

De cette somme, on a employé $3315,157 pour les exercices militaires annuels, $214, 467 pour la visite du duc d’York. $224,805 pour les uniformes et accessoires; $81,912 pour la garnison d’Halifax; $358,754 pour le personnel du corps de milice permanente. Le revenu se chiffre à $43,564. On a fait $10,146 de recettes brutes sur la vente des munitions, uniformes, etc., et $23,229 à l’école militaire Royale.

Les recettes pour la vente des munitions ont été faites dans les dépôts suivants : London, $552; Ottawa, $690; Montréal, $734.

Les officiers de la milice permanente sont au nombre de 778.

Ce rapport dit au sujet de l’officier commandant les troupes canadiennes : Un colonel attitré de la milice régulière de Sa Majesté pourra être nommé au commandement général des troupes canadiennes. On a retranché les mots « de Sa Majesté » afin de permettre à un officier colonial d’occuper ce rang élevé s’il y a lieu.

Justice

Il résulte du rapport du ministre de la justice que la population totale moyenne des pénitenciers pour l’exercice 1901-1902 a été de 1,291, contre 1,405 en 1900-01.

Le 1er juillet 1902, il y avait 2,214 détenus contre 1,382 l’an dernier à pareille époque.

Le coût par tête a été : Kingston, $307,97; St-Vincent de Paul, $290,92; Dorchester, $263,56 Manitoba, $452,47, et Colombie, $318,45.

Des améliorations considérables ont été faites dans tous les pénitenciers.

Les libérations sur parole ont été comme suit :

Pénitenciers : (1899-1900, 1900-1901, 1901-1902)

  • Kingston : 20, 47, 46.
  • St-Vincent de Paul : 28, 43, 58
  • Dorchester : 20, 16, 33
  • Manitoba 2, 4, 11
  • Colombie Anglaise : 1, 12, 19.

Au total : 71, 122, 157.

Travaux Publics

Le rapport des Travaux Publics de 1901 – 02 est le dernier signé par l’honorable M. Tarte.

Dans cet exercice, il a été dépensé pour travaux publics, $6,786, 799.

Les principaux chapitres de dépenses ont été :

Ports et travaux de rivière, $2,277,767 et édifices publics, $2,043,388.

Il a de plus été avancé à la commission du port de Montréal $550, 000 faisant un total général de dépenses de $7,366,799.

Le Canada, dit ce rapport, possède 5,729 milles de télégraphe exploités par le département des travaux publics; 5,729 milles de télégraphe exploités par le département des travaux publics. 5,482 sont des lignes terrestres et 238 milles sont des câbles. Il y a 22 bureaux du gouvernement et il est expédié annuellement 89, 400 messages, dont 40,000 pour le Yukon.

Les dépenses totales du télégraphe ont été de $298, 968 et les recettes, de $114, 266.

Industrie et Commerce

Le rapport annuel du département de l’industrie et du commerce indique que le commerce total pour 1901 – 1902 a dépassé celui de l’année précédentes d’un peu plus de $37,000,000 et que l’augmentation sur 1895 a été de $199,500,00.

Le Canada tient la tête pour le percentage d’augmentation du commerce dans cet exercice.

Les chiffres d’augmentation des autres pays sont les suivants : Canada, 96.05 p.c. Japon, 89.06. Australie, 62.21. États-Unis, 48.08é Hollande – 43.8. Italie – 39.01. Allemagne = 32.45. Belgique – 32.08. République Argentine – 30,91. Royaume-Uni – 24.77. France – 18.16. Espagne – 3.65.

Par tête de population, le commerce du Canada, en 1901-02, a été de $77; États-Unis, $30; Grande-Bretagne, $162; France, $53; Allemagne, $41.

Auditeur Général

Le rapport de l’auditeur général comprend deux volumes. Il a été audité des comptes pour $56,752,140 et l’audition coûte $57,938.

L’auditeur général conseille que le gouvernement renonce à la méthode d’accorder en dehors du subside régulier de $3,200 par mille payé aux chemins de fer, un montant additionnel et proportionnel suivant le prix que coûte la construction. Il dit que les inspections se font à la légère, parce que les ingénieurs sont trop occupés pour les faire sérieusement. Il conseille qu’à l’avenir les subsides soient fixés d’avance définitivement, par mille, pour chaque chemin de fer, suivant la nature des travaux à faire.

Le rapport conseille aussi que les salaires des employés du service civil soient augmentés sur toute la ligne en raison de l’accroissement des frais d’existence.

Les arrérages dus au trésor le 30 juin 1902 s’élèvent aux sommes suivantes : Commission des chemins à barrières de Montréal $44,362; commission du port de Québec, $1,905, 078; commission du port des Trois-Rivières, $64,837.

Pêcheries

Le service des pêcheries en 1901-1902 a coûté $549, 670; les recettes ont été de $79,169.

Les pêcheurs de pleine-mer ont reçu $155,942 en primes.

Les pêcheurs maritimes du Canada couvrent 5,600 milles de côte sur l’Atlantique et 7,180 sur la côte du Pacifique; les pêcheries intérieures ou d’eau douce représentent 72,700 milles carrés.

Pendant 1901-1902, 78,290 personnes se sont livrées à la pêche et leur matériel représente $11,491,300.

La valeur du poisson et produits subsidiaires pris dans le cours de l’exercice a été de $25,737,153, soit quatre millions de plus que l’année antérieure.

livres bleusRue St-Stanislas de la Croix. Illustration: Histoire du Québec.ca