Histoire du Québec

Laurier-Station

Municipalité de Laurier-Station

Laurier-Station est une municipalité de village rattachée à la région administrative de Chaudière-Appalaches et située en plein cœur de la municipalité régionale de comté de Lotbinière, à une cinquantaine de kilomètres au sud-ouest de la ville de Lévis. Le village compte environ 3 mille résidents et recouvre une superficie de plus de 12 kilomètres carrés.

Laurier-Station se situe dans les basses-terres du Saint-Laurent, à 43 kilomètres de la ville de Québec.

Laurier-Station faisait partie de la paroisse de Saint-Flavien jusqu’en 1951 où elle devient une municipalité, notamment le 1er janvier 1951.

Historiquement, c’est la gare du Canadien National, construite en 1880, qui lance le développement de la région et un bureau de poste sous le nom de Laurier y est ouvert en 1900. Cette gare a été ouverte pour faciliter l’exploitation du bois. C’est d’ailleurs grâce à cette gare que le village a reçu son nom, parce que le premier ministre du Canada Sir Wilfrid Laurier (1841-1919), le premier Canadien français à devenir premier ministre du pays, s’y arrêta durant l’une de ses campagnes électorales.

Entre les années 1920 et 1930, l’industrie du meuble s’implante sur le territoire, suivie de l’ouverture des plusieurs commerces et services.

Dans les années 1950, l’avènement de l’autoroute Transcanadienne (autoroute Jean-Lesage) et le développement d’industries de fabrication de meubles propulsèrent le nouveau développement de la localité et l’abandon graduel du chemin de fer dont la gare sera fermée définitivement en 1980.

L’arrivée de nouveaux commerces, industries et services gouvernementaux permet au village de devenir un carrefour régional.

On accède à Laurier-Station en empruntant la route 271 x l’autoroute 20.

laurier station

Laurier Station vers 1960. Source de l’image : canada.iquebec.com/html