Histoire du Québec

La prospérité à domicile

La prospérité à domicile

Le commerce avec l’outre-mer rendit prospère toutes les couches de la société hollandaise. Rien n’était plus révélateur de cet enrichissement que l’entrain avec lequel les Hollandais buvaient, mangeaient et fumaient. Les denrées alimentaires abondaient ; le vin et la bière en provenance de France et d’Allemagne coulaient à flot, et le tabac – réduit en poudre à priser ou manufacturé pour être fumé dans de longues pipes d’argile – était apprécié en toutes occasions. Même le mendiant avait sa tabatière et souvent il s’accordait une prise avant de tendre la main.

La fabrication de la pipe devint une industrie nationale, car il n’était pas rare qu’un homme fumât quatre ou cinq pipes différentes après le repas. Il lui était même loisible d’écouter des poèmes à la gloire de cette « herbe médicinale ».

Les bourgeois hollandais aimaient profondément leurs maisons. Pratiquement ils s’y réfugiaient toujours, hors de leurs heures de travail. Ils trouvaient normal de consacrer de grosses sommes d’argent à leur ameublement. Les luxueux secrétaires et bonheurs-du-jour, les riches chaises et tables, les bibelots de prix, les services de porcelaine de ses investissements. Les épouses les entretenaient avec un zèle fanatique.

France van Mieris

Frans Van Mieris. Les trésors d’un intérieur. Maitresse de maison hollandaise (ci-dessus) compte scrupuleusement le linge de maison, une servante l’aide. Orgueil de toute maison, l’armoire à linge contenait parfois jusqu’à vingt-quatre douzaines de chemises et quarante douzaines de nappes et de serviettes. La petite fille joue au « kolf », ancêtre du golf actuel. Sans doute ramené des Indes sur l’épaule d’un matelot, ce perroquet ne dépare pas la femme à la veste à velours rouge bordée de fourrure, à laquelle il tient compagnie sur cette toile due au pinceau de Frans van Mieris.

Pour préserver l’ordre méticuleux de la cuisine, les mets étaient préparés dans un petit office. Parce qu’ils risquaient de déranger quelque chose, les enfants étaient généralement bannis de la maison, sauf à l’heure du repas ou du coucher. Pauvres ou riches, les gamins devaient s’ébattre toute la journée au soleil et à l’air pur.

La prospérité engendre des richesses artistiques : en quête des moyens raisonnables de dépenser leur argent, les Hollandais découvrirent que l’art était source de plaisirs et de profits. Le marchand de tableaux et d’objets d’art, qui exerçait son négoce dans une galerie du genre de celle représentée sur le tableau « Une galerie d’art » (peinture à l’huile sur toile, école flamande, XVIIe siècle, National Gallery, Londres), servait d’intermédiaire entre les peintres et leurs protecteurs. La clientèle de ces artistes s’étendait jusqu’à la cour de Louis XIV et elle comptait même des collectionneurs italiens et anglais. Cependant, les Hollandais de la classe moyenne fournissaient le gros de la demande. Souvent, les bourgeois s’intéressaient à l’art, moins par souci d’esthétique que parce que de tels objets témoignaient de leur fortune nouvellement acquise. Ils tenaient par-dessus tout à ce qu’un tableau donnait une représentation fidèle de leur cadre de vie, et les peintres étaient heureux de les satisfaire. Pour la plupart, les artistes hollandais n’étaient que de bons exécutants.

Les assiettes Ming disposés auprès d’un pot à vin hollandais d’étain étaient ramenées d’Extrême-Orient à bord des navires de commerce, chargés d’épis et de blé. Les demeures hollandaises étaient pleines d’objets précieux.

Jean Steen

Jean Steen. Sur cette table sont entassés une dinde, volatile découvert aux Amériques, des coupes de fruits et une langouste. C’est en Hollande qu’apparaissent les premières natures mortes, dont ce tableau d’Abraham van Beyeren donne une idée. Ce tableau de Jean Steen traduit la joyeuse atmosphère d’un repas où des représentants de trois générations savourent des mets, tout en écoutant de la musique de cornemuse. Les femmes utilisent des chaufferettes (voir partie en bas à gauche) parce que, selon leur habitude, les hommes accaparent les sièges près de la cheminée.